Orchestre national d'Île-de-France - Révérence

1
2
3
4
5

Théâtre Suresnes - Jean Vilar , Suresnes

Le 15 novembre 2020
Durée : 1h30

MUSIQUE & DANSE

,

Concert

,

Musique classique

Sous la direction du chef américain Robert Tuohy, l’Orchestre national d’Île-de-France fait vibrer les cordes et les âmes sensibles, provoquant la réunion inédite de réflexions symphoniques et métaphysiques de trois compositeurs virtuoses. Un voyage vertigineux entre l’ici et l’au-delà !
Continuer la lecture

Places en vente le 01 septembre 2020

Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires. Merci de respecter les gestes barrières, de vous munir d'un masque et de le porter lorsqu'il est exigé.
 

Photos & vidéos

Orchestre national d'Île-de-France - Révérence

De

Gustav Mahler

,

Sergei Rachmaninov

,

Richard Strauss

Direction musicale

Robert Tuohy

Avec

Genia Kühmeier

Sous la direction du chef américain Robert Tuohy, l’Orchestre national d’Île-de-France fait vibrer les cordes et les âmes sensibles, provoquant la réunion inédite de réflexions symphoniques et métaphysiques de trois compositeurs virtuoses. Un voyage vertigineux entre l’ici et l’au-delà !

En 1888, Gustav Mahler compose Totenfeier, une « Fête des morts » inspirée d’un poème épique de l’écrivain Adam Mickiewicz. A travers les sanglots de l’orchestre, on entend la fin de l’innocence, et l’audace d’un musicien qui se lance à corps perdu dans une marche funèbre sans issue. Cette pièce sera, quelques années plus tard, intégrée à sa deuxième symphonie, Résurrection, mais restera à tout jamais le bouleversant cri d’angoisse d’un jeune homme de 27 ans confronté à sa propre finitude.

A la même époque, Richard Strauss entreprend la composition de son poème symphonique Mort et transfiguration, lettre bouleversante évoquant les dernières pensées d’un homme au seuil de la mort, de l’agonie à la délivrance. Là encore, le salut viendra plus tard avec la reprise de ce thème dans ses quatre derniers lieder, qui célèbrent — enfin ! — l’intégralité du cycle de la vie. Un esprit de réconciliation que partage aussi le compositeur russe Serge Rachmaninov dans ses Danses symphoniques, oeuvre ultime qui explore les trois étapes de l’existence : Jour, Crépuscule et Minuit. Trois artistes d’une immense sensibilité confrontés au vertige de la disparition, ici rassemblés dans un dialogue symphonique autour d’une question ô combien inépuisable à laquelle la musique reste encore la meilleure des réponses.

Gustav Mahler (1860-1911)
Symphonie n°2 en ut mineur « Résurrection » – 1. Allegro maestoso « Totenfeier » (1895)

Richard Strauss (1864-1949)
Vier letzte Lieder op.150 (1950)

Serge Rachmaninov (1873-1943)
Danses symphoniques op.45 (1940)

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Orchestre national d'Île-de-France - Révérence

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment