Les Chiens de conserve

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 02 au 28 mars 2004
Durée : 1H45

CONTEMPORAIN

Suite à une lettre anonyme lui apprenant le meurtre de sa fille et la faillite de son ancienne usine, le vieux Garbeau saute dans sa Roll-Mops jaune citron, revolver au poing…
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 mars 2004

 

Les Chiens de conserve

De

Roland Dubillard

Mise en scène

Catherine Marnas

Avec

Serge Brincat

,

Francis Leplay

,

Franck Manzoni

,

Maud Narboni

,

Olivier Pauls

,

Catherine Pietri

,

Agnès Pontier

  • Au château de Vesouille ! En Roll Mops !

Voilà une entrée inédite dans Dubillard, à partir du scénario d’un film qu’il n’a jamais pu tourner. Nous avons abordé le texte comme un canevas, une machine ludique et enfantine, en suivant autant les indications caméra, lumière, bande son, que la trame elle-même : suite à une lettre anonyme lui apprenant le meurtre de sa fille et la faillite de son ancienne usine, le vieux Garbeau saute dans sa Roll-Mops jaune citron, revolver au poing…

Catherine Marnas

  • Note de mise en scène

Les Chiens de conserve est un scénario de cinéma que Roland Dubillard devait tourner avant de tomber malade. Il devait interpréter lui-même le rôle de Garbeau. C’est une œuvre sur laquelle il n’a pas arrêté de revenir. Il existe plusieurs versions du scénario mais aussi une version radiophonique et une adaptation théâtrale.

On y retrouve bien sûr le comique propre à Roland Dubillard, un jeu permanent avec les mots (le personnage principal est aphasique, son chauffeur met des « n » partout…) mais l’originalité de cette œuvre réside dans son intrigue à suspens, il s’agit véritablement d’une énigme policière avec une course poursuite digne d’un « thriller », un dénouement sanglant…Le jeu avec le cinéma est déjà annoncé dans les noms des personnages, Garbeau justicier coiffé d’un panama (Bogart ?) a une fille qui s’appelle Marlène.

Les Chiens de conserve n'est pas un texte théâtral, c'est avant tout une entrée inédite dans Dubillard, à partir du scénario d'un film qu'il n'a jamais pu tourner. Nous avons abordé le texte comme un canevas, une machine ludique et enfantine. Il s'agissait pour moi de prendre chaque scène comme prétexte à jouer, jusqu'à l'absurde, mais pas au sens de Beckett ou de Ionesco, plutôt du côté de Charlie Chaplin, c'est à dire en faisant apparaître ce que l'absurde a d'extraordinairement ludique. Le coup de foudre que j'ai eu pour Les Chiens de conserve concernait tout autant les indications caméra, lumière, bande son, que la trame elle-même. Écrit pour être filmé, ce scénario permettait un jeu avec la théâtralité extrêmement libre.

Catherine Marnas

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Les Chiens de conserve

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment