Le journal d’une femme de chambre

1
2
3
4
5

Théâtre de la Huchette , Paris

Du 29 septembre au 31 décembre 2022
Durée : 1h15

CLASSIQUE

,

Seul(e) en scène

Une confession terrible, cocasse et qui nous touche au cœur ! Un des plus grands textes du génie Octave Mirbeau ! Un jeu de massacre jubilatoire ! Un chamboule tout sauvage et salutaire ! Un rire énorme, féroce qui se moque de l’hypocrisie, démonte le système, bouleverse nos certitudes !

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 30,50 €,23,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé.
 

Le journal d’une femme de chambre

De

Octave Mirbeau

Mise en scène

Nicolas Briançon

Avec

Lisa Martino

  • Un chamboule tout sauvage et salutaire !

Un jeu de massacre jubilatoire ! Un chamboule tout sauvage et salutaire ! Un rire énorme, féroce qui se moque de l’hypocrisie, démonte le système, bouleverse nos certitudes ! Et par-dessus tout, une sensualité indomptée, un érotisme lancinant, une volupté enivrante. C’est à tout cela que nous convie Célestine…

Une confession terrible, cocasse et qui nous touche au cœur ! Un des plus grands textes du génie Octave Mirbeau !

  • Note d'intention

Voilà longtemps que je rêve autour du Journal d’une femme de chambre. Sans doute l’œuvre la plus connue et pourtant la plus mystérieuse d’Octave Mirbeau. Il y a dans ce texte sans concession, lucide, terrifiant et pourtant très drôle, une vérité, une modernité encore scandaleuse. Une analyse sans concession qui raconte nos paradoxes et nos folies.

Ce que nous montre Célestine, au-delà de l’hypocrisie d’une société qui cache sa crasse sous les tapis, c’est notre humanité, dans sa solitude et ses paradoxes. Jeu de massacre, le texte n’épargne personne. Aucune strate de la société. Des pauvres aux riches, personne ne sort grandi de ce brûlot !

Alors bien sûr d’abord, il y a la sensualité de Célestine, son attrait morbide pour Joseph, mais dans ce texte, maitres et domestiques se renvoient leur perversion et leur laideur dans une structure vertigineuse. Pas de gentils, nous sommes tous coupables ! Porter ce texte au théâtre, c’est lui rendre son parfum de scandale, de révolte, sa drôlerie noire et cynique. J’aimerais que le spectateur soit comme un intime, à qui l’on avoue l’inavouable. Dans la chambre même de Célestine, au plus proche.

Pourtant, si étouffante et morbide que soit l'atmosphère, si décourageante que soit la perspective d'une humanité vouée au pourrissement et au néant, l'écriture se mue en thérapie. Ce qui devrait être source d'écœurement se révèle tonique et jubilatoire ; de l'exhibition de nos tares naît un amusement contagieux ; du fond du désespoir s'affirme la volonté d'un mieux-être qui aide à supporter moins douloureusement une existence absurde.

Très étrangement dans sa noirceur, dans son dégout, dans sa terrifiante lucidité, le roman d’une femme de chambre nous pousse à chercher une sérénité, un équilibre, et sans doute un épanouissement salutaire. Plonger en enfer, pour comprendre qu’il existe un paradis.

Un voyage nécessaire.

Nicolas Briançon

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le journal d’une femme de chambre

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment