Le Gardien

Théâtre de l'Œuvre , Paris

Du 03 octobre au 31 décembre 2006
Durée : 2h10

CONTEMPORAIN

Robert Hirsch, Samuel Labarthe et Cyrille Thouvenin partagent l'affiche de cette pièce d'Harold Pinter, mise en scène par Didier Long. Un événement théâtral à ne pas manquer.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 31 décembre 2006

 

Le Gardien

De

Harold Pinter

Mise en scène

Didier Long

Avec

Robert Hirsch

,

Axel Kiener

,

Samuel Labarthe

Molières 2007 du Spectacle du Théâtre privé et du Meilleur Comédien : Robert Hirsch.

  • Le mot du metteur en scène

En marge et pourtant au cœur de nos mégalopoles, au ras du sol, vivent trois individus. Trois paumés ordinaires qui, peut-être sans en être conscients, théâtralisent leur quotidien, en exprimant leurs idées, leurs délires et leurs obsessions.

Leurs confrontations rendent aux relations humaines leur dimension complexe et fascinante, infiniment mystérieuse, jusque dans la banalité apparente de leur propos. Pas de classification des comportements au regard d’une situation donnée : les trois personnages semblent agir de manière autonome comme s’ils avaient échappé à leur auteur.

Qu’en est-il du mensonge et de la vérité ? De la réalité et des faux-semblants ? Deux frères décident d’engager un vieillard comme gardien. Mais sont-ils vraiment frères ? Mais ont-ils vraiment besoin d’un gardien ? Mais sont-ils chez eux ? S’agit-il d’une machination ? Mais alors qui est le maître du jeu ?

Si Harold Pinter ne s’attache pas à apporter des réponses et ne se soucie pas du pourquoi des situations, c’est peut-être pour mieux révéler que l’idée que nous nous faisons des autres, de leur langage et de leurs agissements, pervertit notre clairvoyance à leur égard et obstrue notre faculté à voir vraiment ceux qui nous entourent.

"L’inexplicable" déroute, angoisse et charme tout à la fois. L’insolite naît brusquement de l’accumulation des mots, des objets, des détails réalistes qui font de l’univers du gardien de Pinter un voyage sans apitoiement, sans sentimentalisme, sans jugement, au centre de l’humain. Kafka n’est pas loin, si ce n’est qu’ici, le dérisoire sert de miroir grossissant à la représentation d’un humour corrosif et d’une cruauté nue.

Didier Long

Adaptation de Philippe Djian.

  • La presse

« Sous la banalité apparente de la situation et des mots qui la dessinent, apparaissent les arcanes de psychologies tout en clair-obscur et en faux-semblants. Un texte économe et simple et pourtant profond qui offre aux comédiens qui s’en emparent l’occasion de montrer toute la richesse kaléidoscopique de leur interprétation. » Catherine Robert, La Terrasse

« Véritable bête de scène, Robert Hirsch donn eune coloration qu'on pourrait qualifier de "célinienne" au vieux grigou. Il est fabuleux. Face à lui, Samuel Labarthe bouleverse par le justesse d'un jeu en retrait, tandis que Cyrille Thouvenin fait preuve d'une inquiétante animalité. » Télérama

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le Gardien

0 Note

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Philippe S. (2 avis) 09 décembre 2007

RE: Le Gardien J'ai vu cette pièce en 2006 au theatre de l'oeuvre.Cette pièce de PINTER n'est pas simple et comme d'habitudePINTER n'en dit pas assez pour savoir exactement de quoi il retourne. Laisser nous guider par l'interpretation de Robert HIRSCH, comme d'habitude géniale,qui nous propose une version.La prestation de Robert HIRSCH est renversante et confirme la place de cet ENORME et UNIQUE comédien. Cette pièce est à ne pas manquer!!!!!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Maud G. (1 avis) 19 mars 2007

Le Gardien Pièce magnifiquement jouée mais le sujet est difficile et ne m'a pas du tout plu. Je pense qu'il faut connaitre la pièce et l'auteur pour apprécier. Un vieux clochard, Davies, est recueilli par Aston. Davies s'avère etre un vieillard odieux: il exige des changements dans la maison, critique les chaussures qu'Aston a la gentillesse de lui offrir, n'entreprend rien pour chercher du travail et va jusqu'a vouloir evincer son hote. Aston est en effet un "Tanguy", hébergé par son jeune frère. Il a apparemment été lobotomisé et a du mal à mener à bien ses projets (il cherche à construire une cabane tout au long de la pièce). Le jeune frère, Mick, est un entrepreneur. Il semble etre celui qui a le plus les pieds sur terre mais il ne parvient pas à communiquer avec son frère. Finalement, cette pièce présente 3 personnalités complexes qu'on a vraiment envie de brusquer pour qu'elles réalisent enfin quelque chose dans leur vie. Enfin, c'est comme cela que je l'ai compris ...
0
0

Spectacles consultés récemment