Le Faiseur

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois , Paris

Du 15 juin au 03 juillet 2016
Durée : 2 heures

CLASSIQUE

,

Coups de coeur

,

Comédie de moeurs

Robin Renucci met en scène la pièce de Balzac et dénonce les dérives du capitalisme à travers les aventures du banquier Mercadet.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 03 juillet 2016

 

Photos & vidéos

Le Faiseur

De

Honoré de Balzac

Mise en scène

Robin Renucci

Avec

Tariq Bettahar

,

Jeanne Brouaye

,

Bruno Cadillon

,

Daniel Carraz

,

Gérard Chabanier

,

Judith D'Aleazzo

,

Thomas Fitterer

,

Sylvain Méallet

,

Patrick Palmero

,

Stéphanie Ruaux

  • Le banquier escroc

Le banquier Mercadet excelle à faire de l’argent avec celui des autres. Mais ses affaires ont mal tourné et le bonhomme n’a plus un sou.

Pour rassurer la horde de créanciers qui le harcèlent, il invoque le soutien de Godeau, un ami parti faire fortune aux Indes, le mariage prochain de sa fille avec un riche parti… Ils seront remboursés, un peu de patience !

La fable est un peu grosse mais allègrement gobée par les spéculateurs aussi cupides que crédules. Mercadet est un escroc, un « faiseur » – passé depuis dans le langage courant – mais les autres ne valent pas mieux. Et l’on se réjouit de son habileté à les rouler dans la farine.

Robin Renucci a choisi de mettre en scène la seule pièce de théâtre de Balzac qui ait connu le succès (post mortem). C’est une comédie étonnamment moderne qui annonce les dérives du capitalisme dont résonne notre époque. Mercadet a fait école et le directeur des Tréteaux de France, dont on connaît l’exigence, joue sur l’actualité du propos avec une évidente jubilation.*

  • Note d'intention

Le banquier Mercadet est un formidable affairiste : il excelle à faire de l’argent avec de l’argent. Rompu aux roueries, virtuose de la tromperie, il organise autour de lui le bal des créanciers. Les dettes contractées par Mercadet sont au centre de la pièce, à la fois clefs dramaturgiques et fondements philosophiques. Les doléances s’enchaînent dans une ronde étourdissante mais à chaque fois, en véritable comédien, Mercadet retourne la situation par un brillant volte-face. Il mêle la famille aux affaires en faisant du mariage de sa fille Julie un mirage pour repousser ses attaquants, une ruse dont il use et abuse pour se sortir de l’impasse.

Dans un enchâssement cocasse de jeux de mensonges, c’est la puissance motrice de la dette qui œuvre. La dette devient horizon métaphysique de la pièce : elle fait courir les créanciers parce qu’elle est notre en-commun le plus essentiel ; tout être humain est toujours le débiteur de l’autre, l’enfant de ses parents, la Terre du soleil.

Lorsque le spectacle commence, le plateau vide contraste étrangement avec le capharnaüm de meubles et d’objets qui règne autour : Monsieur et Madame Mercadet, à court d’argent pourtant, ont remisé les meubles de leur appartement parisien pour entreprendre des travaux d’embellissement. D’emblée, cet espace paradoxal donne la règle : il faut à tout prix tromper le visiteur, dissimuler le dépouillement véritable sous une somptuosité apparente.

C’est dans le huis-clos d’un salon bourgeois que le faiseur Mercadet fait son jeu, embrouille son monde. Alerte et flamboyante, la fable prolifère à un rythme infernal. Le décor l’y invite : d’un superbe noir laqué, il est à la fois écrin de luxe et théâtre. Le dispositif à deux ressorts sert un jeu ludique et jaillissant, un va-et-vient jubilatoire entre les personnages du XIXe siècle et les acteurs du XXIe siècle. Toujours présents autour du tréteau où se joue la scène, les acteurs sont prêts à bondir pour y prendre part. L’espace libère les protagonistes corsetés par leurs obligations sociales et leurs intérêts personnels : il rend toutes les trajectoires, toutes les collisions possibles.

Au principe de cette dynamique collective, il y a la fuite en avant de Mercadet, qui sans cesse se jette dans le vide pour mieux se rattraper. Tout le plaisir est dans le risque. Très silhouettés, entre réalisme et grotesque, les personnages nous plongent dans un univers Daumier monochrome et raffiné où chacun se met en scène dans le jeu social et mondain. Les protagonistes sont sous le poids d’une perpétuelle menace - celle de la ruine - sans jamais pourtant perdre la face. C’est la condition pour survivre dans ce monde cynique.

Le Faiseur nous offre la vision jouissive et effrayante d’un monde froid dans lequel l’individu, dans une course frénétique, tente de sauver sa peau ; un monde où l’homme, pour reprendre les mots de Balzac, est un " lièvre poursuivi " . En écrivant Le Faiseur, Balzac est visionnaire. Dans ce texte matriciel du libéralisme économique, il annonce dès les années 1840 les dérives de la spéculation telles que nous les subissons de plein fouet en 2015. Descripteur d’un capitalisme financier dont le théâtre se fait aujourd’hui témoin, Balzac, avec une contemporanéité inouïe, rend compte de la spirale extrême où entraîne la finance.

Les Tréteaux de France souhaitent faire goûter cette langue balzacienne, terrible de clairvoyance et de drôlerie, qui nous parle si fort. À travers cette mise en scène tout en clair-obscur, nous voulons éclairer nos zones d’ombre contemporaines et, en négatif, interroger le monde que nous cherchons à construire ensemble.

Robin Renucci

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le Faiseur

4 Notes

4 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(2)

Très bon


(2)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

MARC D. (1 avis) 02 juillet 2016

le faiseur très belle mise en scène- belle énergie des comédiens nous sommes contents d'avoir découvert le théâtre de Balzac, pourquoi est-il si peu joué de nos jours ? merci les tréteaux , c'est de l'excellent théâtre populaire comme le voulait Jean Vilar
0
0
1
2
3
4
5
Par

Didier G. (7 avis) 27 juin 2016

le faiseur pièce d'actualité sur la spéculation boursière jouée par une troupe formidable de comédiens habités par leurs personnage et mise en scène de mains de maitre; bravo à Renucci et toute son équipe des tréteaux de France dont l'illustre Comédie française ferait bien de s inspirer ;
0
0
1
2
3
4
5
Par

Henriette Z. (1 avis) 20 juin 2016

le faiseur spectacle joyeux, populaire,et si actuel sur le capitalisme financier!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Lili D. (1 avis) 19 juin 2016

Tres bons comédiens
0
0

Spectacles consultés récemment