La Femme Rompue

Nesle , Paris

Du 17 septembre au 16 octobre 2002

CONTEMPORAIN

Séduite par le message intemporel de ce monologue, je l’ai adapté à la scène pour ensuite le partager avec le public. Pour se faire, Jean-Christophe Roux et moi-même avons traduit en termes scéniques et charnels l’écriture de Simone de Beauvoir. Isabelle Lacordaire
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 16 octobre 2002

 

La Femme Rompue

De

Simone de Beauvoir

Mise en scène

Jean-Christophe Roux

Avec

Isabelle Lacordaire

Présentation
Un mot de l'interprète
Note de mise en scène

La nuit tombe, les lumières des lampions et des arbres de Noël colorent la capitale, les klaxons déchirent les tympans tandis que les chants et les rires rythment la fête de la Saint-Sylvestre.

Rideaux tirés, les deux dernières boules Quiez coincent le timbre du téléphone, Murielle veut arrêter ce vacarme et veut dormir…
Les souvenirs reviennent et bousculent le présent…
Dure et tendre,
grinçante et émouvante,
elle se débat,
elle veut vivre,
revivre…
Elle se raconte, elle nous raconte…

« Ma fille est morte et on m’a volé mon fils… 
Ma mère m’a crié « tu l’as tuée ! »… 
« Si on avait su m’aimer, j’aurais été la tendresse même… »
« Si je m’étais levée à sept heures…
Si j’avais été l’embrasser en rentrant… »

Haut de page

Ce que vit cette femme est intemporel ; c’est la vie qui passe, qui marque, c’est l’heure du bilan où tout peut arriver…
Dans cette fiction, l’auteur s’efface derrière la subjectivité mystifiée des femmes en crise confrontées aux difficultés de la maturité : vieillissement, solitude, abandon conjugal…

Séduite par le message intemporel de ce monologue, je l’ai adapté à la scène pour ensuite le partager avec le public. Pour se faire, Jean-Christophe Roux et moi-même avons traduit en termes scéniques et charnels l’écriture de Simone de Beauvoir.

Isabelle Lacordaire

Haut de page

J’ai ressenti ce Monologue de la femme rompue de S. de Beauvoir comme un miroir réfléchissant nos peines, nos souffrances d’aujourd’hui et notre quête d’absolu.

Pour se voir dans ce miroir, il faut s’en approcher doucement et s’observer.

Observer Murielle, l’écouter et rentrer dans sa vie et dans ses émotions, qui sont bien souvent les nôtres, nécessite un travail sur le rythme qui favorise l’écoute et privilégie l’accès à l’émotion du texte par la respiration du personnage.

Mon travail avec Isabelle Lacordaire, est d’amener à ce rythme propre, à faire jaillir les émotions et leurs évolutions.
Doucement, nous observons, écoutons et formons ce quatrième mur qui éponge et échange des émotions avec cette âme en quête d’amour.

Jean-Christophe Roux

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Femme Rompue

0 Note

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Jean B. (1 avis) 03 octobre 2002

RE: La Femme Rompue Le spectacle de La Femme Rompue joué par Vanessa Roma au théâtre des Trois Bornes est bien meilleur que celui-ci. Tantôt drôlatique, violent ou désespérant, Melle ROMA nous donne envie de lire de Beauvoir, alors que la version du théâtre Nell reste fade et sans saveur. Allez voir Melle ROMA, métro Parmentier 75011 et vous comprendrez! Renseignements et réservations au 01 43 57 68 29
0
0
1
2
3
4
5
Par

Michel B. (1 avis) 25 septembre 2002

La Femme Rompue Excellent spectacle ! J'ai été impressionné par la performance de la comédienne qui, seule, parvient à capter l'attention du spectateur du début à la fin, et à lui faire ressentir avec beaucoup de force tous les tourments qui agitent ce personnage de femme brisée par la vie. Le pari paraissait pourtant risqué : adapter ce texte de S.de Beauvoir pour la scène, faire comprendre les événements douloureux du passé de cette femme, tout en gardant intacte la puissance de l'émotion. La comédienne, par sa présence charnelle et sa sensibilité à vif, nous donne à voir un personnage touchant, tour à tour pathétique, déconcertant par ses accès de violence difficilement contenus, ou attendrissant quand l'espoir d'un avenir plus heureux renaît en elle. Dans cette âme et ce corps fatigués, qui semblent vaincus, des petites flammes de vie continuent de briller...
0
0

Spectacles consultés récemment