L'oral et Hardi

1
2
3
4
5

Théâtre de la Bastille , Paris

Du 01 au 24 juin 2022
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Jacques Bonnaffé reprend pour le plus grand plaisir des spectateurs son spectacle tiré de l’œuvre de Jean-Pierre Verheggen, grand poète contemporain. Textes étonnants, odes homériques, harangues et morceaux de brave homme, un grand moment unaniment salué par la critique et le public.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 28,50 €,21 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 12 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

L'oral et Hardi

De

Jean-Pierre Verheggen

Mise en scène

Jacques Bonnaffé

Avec

Jacques Bonnaffé

  • Des gourmandises linguistiques pour réconcilier avec gaieté théâtre et poésie

Après avoir été OEdipe dans la pièce de Joël Jouanneau, Jacques Bonnaffé revient à La Commune dans une nouvelle aire de jeu toute personnelle, où seul en scène il tricote avec la poésie goûteuse et féconde de Jean-Pierre Verheggen, auteur que rien n’effraie, surtout pas les mots et leurs mille possibles.

Jacques Bonnaffé se lance à corps perdu dans cette aventure du verbe et nous offre ces gourmandises linguistiques, nous laissant tour à tour tordus de rire ou tout déconcertés. Sur le plateau, il joue à plusieurs je, notamment ces discoureurs auto-habilités à se saisir de la parole : candidat en campagne, commentateur sportif et autres.

Ce marathon des bons mots, dans son élan vital et épique, invite chacun à explorer la langue, territoire de l’imaginaire toujours à reconquérir. La communion entre le corps de cet acteur funambule et la tête de ce poète manifeste réconcilie avec gaieté le théâtre et la poésie ; et le public d’applaudir à cette osmose jouissive.

 " La langue m’échappe depuis toujours. Je n’arrive pas à la saisir. Je confonds tout : Freud et Fred, le danseur de claquettes ou, aujourd’hui Tintin et Desmond Tutu, Madame Bovary et Monsieur Bovidé. Ou Tiresias et mamelle, j’en passe et des plus belges. "  Jean-Pierre Verheggen, l'auteur.

  • Le mot du metteur en scène

Cette mésaventure des lapsus et des sons, cette faute de frappe au bord des lèvres nousressemble, au Nord. Plus rare est l'idée de s'obstiner dans l'erreur et d'en faire quelquegrande chose. Cela donne dans mon coin le personnage de Jules Mousseron - Zeph Cafougnette, celui qui Cafouille - joué pendant des années avec La Fanfare. Qui meramène outre-frontière à Verheggen lorsqu'il ajoute : « Je suis un handicapé de la langue, un languedicapé de naissance. »

On peut écrire ce qu’on veut sur l’oeuvre de Jean-Pierre Verheggen, qu’elle estgrandiose, unique, féconde ou fondatrice, provocante, réjouissante, inégalable, publiée, consultée et reconnue par tous les grands lecteurs de poésie contemporaine ou les vrais amateurs d’art, il reste toujours à la faire entendre. La livrer en scène.

L'Oral et Hardi, portrait de l’artiste en Hercule de foire, regroupe quelques grandstextes étonnants de Verheggen, ses odes homériques, ses harangues, ses transes linguistiques, ses morceaux de brave homme, ses discours manifestes. Jean-Pierre a legoût du grand souffle épique, même quand ses thèmes ont allure de jeux de mots. Verheggen s’est lancé depuis quarante ans dans la grande aventure de l’ouissance, « à la fois jouissance de l’oreille et jouissance par l’oreille (selon André Velter), il n’a cesséde mener à bride abattue l’une des plus toniques chevauchées verbales. »

Pour l’image comme pour les mots, la recherche d’un étonnement premier sera notreguide. L'écriture de Jean-Pierre est un art primitif, son usage une incantation. Comme pour les précédents spectacles, l’aire de jeu est un espace d’entraînement physique presque vide où se joue la répétition, l’échauffement et la création du monde.

Car le fil à souffler le vers n’est pas l’improvisation littéraire, le stand-up ou l’inspiration non-stop. Cet ouragan intérieur de l'écriture provient d’une constante fréquentation, lointaine admiration des grands poèmes, et d’une référence affective à Henri Michaux, le voisin régional de Namur. Entre les averses passent des tubes anciens, Marceline avec Arthurle poète, Jacques Darras et les Gilles de Binche.

Jacques Bonnaffé

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : L'oral et Hardi

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment