L'École des femmes

du 4 au 5 décembre 2001
2H40

L'École des femmes

Un barbon a acheté une enfant de quatre ans et la séquestre en secret depuis 13 ans pour la former à être sa femme. Mais ce soupçon inquiet et fondé d’une noire transgression est balayé par la scène d’aveu du cruel geôlier : il aime Agnès passionnément, et souffre du tour que prend son projet. Le travail de Jacques Lassalle, sur ce classique de Molière, est salué comme un chef-d’œuvre de sensibilité, de finesse et d’élégance.
  • Une création doublement mythique

Octobre 2001 : à l’occasion de sa saison d’hommage à Louis Jouvet, l’Athénée propose à Jacques Lassalle de mettre en scène L’École des femmes avec la contrainte suivante : reprendre le décor mythique créé par Christian Bérard pour la mise en scène de Louis Jouvet en 1936. Ce fut un emprunt, certes, mais de ceux qui fécondent et libèrent, dira Jacques Lassalle.

Ce dernier a relu L’École des femmes en insistant sur l’interdit fondateur de la pièce : un barbon a acheté une enfant de quatre ans et la séquestre en secret depuis 13 ans pour la former à être sa femme. Mais ce soupçon inquiet et fondé d’une noire transgression est balayé par la scène d’aveu du cruel geôlier : il aime Agnès passionnément, et souffre du tour que prend son projet. Le travail de Jacques Lassalle est salué comme un chef-d’œuvre de sensibilité, de finesse et d’élégance.

Décembre 2001 - décembre 2003 : L’École des femmes part en tournée en France, Suisse, Italie, Tunisie, et les réactions des jeunes filles lorsque la pièce est présentée s’intensifient alors que la crise du voile soulève polémique et ranime salutairement le débat sur l’égalité des chances filles-garçons… L’Athénée décide donc de reprendre aujourd’hui cette création doublement mythique, et d’en profiter pour l’ancrer dans une mission de sensibilisation des jeunes à ces questions.

  • Note de mise en scène

"Lorsque Patrice Martinet directeur de l'Athénée - Théâtre Louis Jouvet me proposa de mettre en scène L'École des femmes, je fus naturellement honoré et ravi, mais tout autant étonné. C'est que sa proposition, telle qu'elle m'était présentée, préservait la plus grande liberté de lecture et de traitement. En gardant en mémoire, autant qu'il serait possible, la réalisation de Jouvet et les décors et costumes de Bérard. Mettre en scène non seulement un texte mais la trace, pour l'essentiel imaginaire, d'une de ses plus mémorables représentations.

Au théâtre, l'idée de reconstitution paraît vaine autant qu'illusoire. Mais conjuguer, dans l'élaboration d'une mise en scène, le double questionnement d'un texte et d'une de ses plus légendaires représentations antérieures, ce n'est pas reconstituer, c'est proprement, entre connaissance du passé et exploration du présent, créer, re-créer.

Jusqu'alors, mettre en scène L'École des femmes, c'était à mes yeux l'occasion d'aborder, après Le Misanthrope et Le Malade imaginaire, l'une des comédies les plus autobiographiques de l'œuvre."

Jacques Lassalle

Sélection d’avis du public

RE: L'École des femmes Le 15 janvier 2005 à 12h06

Bonjour Aurélie, je m'appelle Clara et j'ai à étudier cette mise en scène. Tu as l'air d'avoir quelques éléments qui pourraient m'intéresser. Si tu veux bien me les communiquer, cela m'aiderait beaucoup. Je te remercie d'avance.

L'École des femmes Le 29 décembre 2004 à 17h03

je me présente, aurélie, étudiante en étude théâtral à la sorbonne. J'ai eu la chance de pouvoir discuté avec la scénographe de ce spectacle qui m'a énormément éclairé sur la signification des costumes, du décor. Jacques Lasssalle , d'après moi, réussit avec merveille à rendre hommage à louis jouvet avec une mise en scène qui témoigne d'une grande sensibilité. merci

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

RE: L'École des femmes Le 15 janvier 2005 à 12h06

Bonjour Aurélie, je m'appelle Clara et j'ai à étudier cette mise en scène. Tu as l'air d'avoir quelques éléments qui pourraient m'intéresser. Si tu veux bien me les communiquer, cela m'aiderait beaucoup. Je te remercie d'avance.

L'École des femmes Le 29 décembre 2004 à 17h03

je me présente, aurélie, étudiante en étude théâtral à la sorbonne. J'ai eu la chance de pouvoir discuté avec la scénographe de ce spectacle qui m'a énormément éclairé sur la signification des costumes, du décor. Jacques Lasssalle , d'après moi, réussit avec merveille à rendre hommage à louis jouvet avec une mise en scène qui témoigne d'une grande sensibilité. merci

Informations pratiques

Compiègne - Espace Jean Legendre

place Briet Daubigny 60200 Compiègne

Spectacle terminé depuis le mercredi 5 décembre 2001

Pourraient aussi vous intéresser

Les Démons

Comédie-Française - Salle Richelieu

- 22%
Montaigne, les Essais

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 20%
Le menteur

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

Spectacle terminé depuis le mercredi 5 décembre 2001