Jean-Claude Gallotta - Le Sacre du printemps

1
2
3
4
5

Chaillot - Théâtre national de la Danse , Paris

Du 06 au 13 avril 2012
Durée : 1h20

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

Triple hommage à Igor Stravinsky en forme de pirouette signé Jean-Claude Gallotta : un Sacre du printemps tout feu tout flamme, précédé de deux courtes pièces, Tumulte et Pour Igor.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 13 avril 2012

 

Jean-Claude Gallotta - Le Sacre du printemps

De

Jean-Claude Gallotta

,

Igor Stravinsky

Avec

Matthieu Barbin

,

Ximena Figueroa

,

Ibrahim Guétissi

,

Mathieu Heyraud

,

Georgia Ives

,

Cécile Renard

,

Eléa Robin

,

Gaetano Vaccaro

,

Thierry Verger

,

Stéphane Vitrano

,

Béatrice Warrand

,

Thalia Ziliotis

Triple hommage à Igor Stravinsky en forme de pirouette signé Jean-Claude Gallotta : un Sacre du printemps tout feu tout flamme, précédé de deux courtes pièces, Tumulte et Pour Igor.

Chaque chorégraphe porte un Sacre en lui. Celui de Jean-Claude Gallotta est gravé au compas sur un pupitre d’écolier. Le futur chorégraphe entend l’oeuvre pour la première fois sur un vieux tourne-disque. Assoupi sur son banc en bois, il « s’enrêve » aussitôt, dit-il aujourd’hui. C’est alors qu’il chorégraphiait la dernière séquence de son spectacle précédent, L’Homme à tête de chou, que lui sont revenus ces souvenirs. Par quelle voie secrète ?

En guise de réponse, Le Sacre du printemps s’est alors imposé comme le second volet du diptyque commencé avec l’hommage à Gainsbourg : mêmes danseurs, même lumière sélénienne, mêmes énergies venues directement de la musique. Jean-Claude Gallotta a choisi de travailler sur la première version de l’œuvre, qu’il considère comme une des meilleures, rude, sans affèteries, sans brillance décorative, dirigée et enregistrée par Igor Stravinsky lui-même. Pas d’anecdote, pas d’intrigue. Jean-Claude Gallotta ajoute : pas d’Élue, ou du moins pas d’Élue unique, glorifiée puis sacrifiée. Chaque interprète féminine sera « éligible », tour à tour, pour rétorquer à « l’obscur pouvoir discrétionnaire » des dieux.

Du rituel, Jean-Claude Gallotta a également retenu le double sens étymologique de « relier » et de « se recueillir ». Il s’agit bien pour lui de se recueillir, comme à genoux, sur les marches de l’autel qui montent et monteront toujours à son adolescence, et de se relier aux maîtres, de Kantor à Fellini, qui l’ont conduit à ne pas l’oublier.

Le Sacre est précédé de deux courts avant-programmes : I – Tumulte, où le chorégraphe invite danseurs et public à entendre le silence brut de la danse qui précède le déchaînement de la musique. II – Pour Igor, un solo en hommage au compositeur.

  • La presse en parle

« Ses interprètes affichent une énergie, une vitalité extraordinaires en même temps qu’ils assurent une exécution remarquable. Une belle troupe ! » Le Nouvel Observateur

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Jean-Claude Gallotta - Le Sacre du printemps

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment