Je dois tout à ma mère

Lucernaire , Paris

Du 05 mars au 19 avril 2014
Durée : 1h05

CONTEMPORAIN

François Frin, la quarantaine pépère, a un projet diabolique : Faire tuer sa mère… ! Scène après scène, entre rire et compassion, nous attendons fébrilement de connaître l’issue de ce projet rocambolesque.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 19 avril 2014

 

Photos & vidéos

Je dois tout à ma mère

De

Philippe Honoré

Mise en scène

Edith Vernes

Avec

Philippe Honoré

  • Un projet rocambolesque

Pour François Frin, la quarantaine, homme tranquille, tout démarre par une soirée banale au cours de laquelle va naître une pulsion assassine : tuer sa mère. Depuis des années, il n’en peut plus de sa tyrannie, de ses exigences et de ses humiliations. Alors pourquoi ne pas oser la supprimer ? Ou plutôt, la faire supprimer par un tueur à gage ? L’idée lui apparait complètement saugrenue puis de plus en plus réalisable.Et si pour une fois, il allait jusqu’au bout de ses projets ?

Scène après scène, nous suivons la progression de ce complot ô combien infâme.Tour à tour, nous nous trouvons en présence de la mère de François, autoritaire et dépressive, de son meilleur ami, généreux et hâbleur, du tueur à gage, organisé et méprisant… Entre rire et compassion, nous attendons fébrilement de connaître l’issue de ce projet rocambolesque. Se débarrasser de l’emprise d’une mère : rien de plus difficile !

  • Note d'intention

Le texte
L’amour d’une mère peut-il exempt de tyrannie ? Une mère disparue devient-elle forcément admirable ? Au décès de la mienne, ce furent, entre autres, ces questions qui m’assaillirent. Mais pour parler de cette relation à la fois singulière et universelle, j’ai eu envie d’avoir recours à la comédie, de me référer à l’univers des thrillers. Faire tuer sa mère par un tueur à gages, le projet, bien sûr, semble à la fois inconcevable et monstrueux. J’ai cherché à embarquer le spectateur dans cette aventure, à le mettre en haleine…

François Frin va-t-il renoncer ? Ira-t-il jusqu’au bout ? Quel dénouement pour cette histoire, cet affrontement mère-fils allant jusqu’à son paroxysme ? En écrivant ce monologue, il m’est apparu évident que, pour une fois, la première, je me devais d’interpréter ce texte, ô combien intime. être sur scène, je ne l’avais jamais envisagé durant les trente années où le théâtre fut le pilier de mon existence. Et pourtant, cette année j’y serai !

La mise en scène
Nous avons voulu privilégier le texte et le jeu du comédien et avons donc opté pour une théâtralité des plus simples : Un plateau nu. Une chaise comme seul élément de décor. Et pour illustrer les divers lieux où nous entrainent les pérégrinations de François Frin - le pavillon familial, un hall de gare, un casino, un hôtel de bord de mer - l’habillage sonore sera parfaitement évocateur.

Le comédien interprétera plusieurs personnages : François, sa mère, Fred, le tueur à gages, Damien, un infirmier. Mais là encore il s’agira de les incarner avec un minimum d’effets. Aucun changement de costume, aucune caricature ou travestissement. Une gestuelle et un phrasé différents suffiront à aiguiller le spectateur d’un univers à l’autre.

François Frin nous entraîne dans son projet démoniaque mais nous le suivons également dans son fantasme : devenir un héros. Nous avons donc choisi une atmosphère musicale à la fois onirique et inquiétante, nous inspirant de l’univers cinématographique des thrillers.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Je dois tout à ma mère

2 Notes

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(1)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Guillaume P. (1 avis) 16 mars 2014

excellent très drole, philippe seul sur scène joue plusieurs personnages avec merveille. a voir absolument.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Philippe B. (1 avis) 14 mars 2014

Humour grinçant Cri de haine et cri de tendresse envers cette mère possessive, sarcastique , démoniaque . Comment "casser" en toute bonne conscience un jeune être qui s'éveille à la vie . Interprétation fantastique d'un texte écrit à la plume grinçante . Bravo à l'auteur . Bravo au comédien
0
0

Spectacles consultés récemment