Jachère

1
2
3
4
5

TGP - CDN de Saint-Denis , Saint-Denis

Du 08 au 23 janvier 2016
Durée : 1h45

CONTEMPORAIN

Sans adapter les Chroniques de l’oiseau à ressort d’Haruki Murakami, Jean-Yves Ruf et ses compagnons partent du début du roman dans lequel un homme au chômage explore son quartier et découvre un puits sec dans lequel il descend.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 23 janvier 2016

 

Jachère

Mise en scène

Jean-Yves Ruf

Avec

William Edimo

,

Isabel Gonzales Sola

,

Laurence Mayor

,

Juliette Savary

,

Alexandre Soulié

,

Bertrand Usclat

Pour Jean-Yves Ruf, Jachère pourrait être, après Chaux vive et Silures, le troisième volet d’une « trilogie des bars ». Cadre de ce nouveau poème de plateau créé au fil des répétitions, le bar est un îlot où s’extraire du rapide courant qui charrie les soucis et les obligations de la vie quotidienne. En panne, au ralenti, le débit de boissons abrite des hommes qui végètent parmi des rites, des rêveries et des mythes ressassés, et que ne réveillent, par sursauts, que le désir, la force ou les imprécations des femmes qui tiennent ce lieu instable. Sans adapter les Chroniques de l’oiseau à ressort d’Haruki Murakami, Jean-Yves Ruf et ses compagnons prennent pour terreau commun le début du roman dans lequel un homme au chômage, en jachère, pas encore hors circuit mais pas non plus actif, explore son quartier et découvre un puits sec dans lequel il descend.

Chantier ouvert ou abandon signé, les zones de dépression – et le bar en est une – mûrissent un rebond ou amorcent une noyade. Comme un des cercles de Dante, et nourri des écrits d’Emmanuel Bove, Jachère réunit des clowns au bord de la chute, dont l’existence en arrêt ne connaît ni satisfaction ni consolation. D’abord musicien, le metteur en scène Jean-Yves Ruf construit la verticalité d’une mythologie, avec ses hauteurs, ses limbes et ses enfers, faite de différentes strates grâce à différents sons. Aussi, bruissements d’ailes et chants a capella émaillent le spectacle ponctué d’images ritournelles, obsessions qui paraissent de façon fugitive, comme des débuts de rêves ou des souvenirs fantômes.

« Il y a des choses, tu sais, qui deviennent fausses dès qu’on en parle. » Haruki Murakami, Chroniques de l'oiseau à ressort

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Jachère

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment