Fahrenheit 451

Aubervilliers (93)
du 16 janvier au 3 février 2013
2 heures

Fahrenheit 451

David Géry s’attaque à un grand classique de la littérature nord-américaine, Fahrenheit 451, roman d’anticipation, avec pour thème la résistance, celle d’un homme face à un système. Ray Bradbury projette dans un futur lambda la crainte d’une société conformiste où la culture est bannie, les livres brûlés par des pompiers incendiaires. Des autodafés qui nous semblent bien loin de nos réalités.

En 2004, David Géry réussit le pari d’adapter pour la scène Bartleby d’Herman Melville. Aujourd’hui, il s’attaque à un autre grand classique de la littérature nord-américaine, Fahrenheit 451, roman d’anticipation, avec pour même fil d’Ariane le thème de la résistance, celle d’un homme face à un système. Ray Bradbury projette dans un futur lambda la crainte d’une société conformiste où la culture est bannie, les livres brûlés par des pompiers incendiaires. Des autodafés qui nous semblent bien loin de nos réalités.

Et pourtant, en 1953 déjà, au moment de sa publication, cette allégorie avait valeur de cri d’alarme dans des États-Unis d’Amérique où le maccarthysme mettait à l’index nombre d’artistes. Et que dire aujourd’hui de la dictature du divertissement qui nous menace de repli individualiste, de paresse intellectuelle, voire, comme le titrait un grand hebdomadaire, de décervelage collectif. L’Histoire n’a-t-elle pas besoin de telles fables intemporelles pour nous détourner de certaines tentations ? En recentrant son adaptation sur le héros dont soudain la conscience s’éveille, David Géry nous installe dans un véritable objet de théâtre, passé au plateau pour nous éclairer sur nous-mêmes.

Le chef-d’oeuvre de Ray Bradbury nous donne, d’un monde futur, une image troublante qui, superposée à celle de notre époque, peine à ne pas s’y confondre… Un roman de science-fiction où la fiction nous apparaît parfois bien mince. Son adaptation, si elle reprend l’histoire du roman sans la trahir, est conçue pour produire du théâtre d’aujourd’hui mettant en questionnement les thèmes que le roman développe en regard avec notre époque.

Il ne s’agit pas de concevoir un spectacle de science-fiction, mais de travailler avec les acteurs à raconter cette histoire du côté de l’intime.

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre de la Commune

2, rue Edouard Poisson 93304 Aubervilliers

Bar Grand Paris Librairie/boutique Restaurant Seine-Saint-Denis Vestiaire
  • Métro : Mairie d'Aubervilliers à 395 m
  • Bus : André Karman à 73 m, Mairie d'Aubervilliers à 297 m, Paul Bert à 357 m
  • Voiture : par la Porte d'Aubervilliers ou de La Villette - puis direction Aubervilliers centre

    Navette retour : le Théâtre de la Commune met à votre disposition une navette retour gratuite du mardi au samedi - dans la limite des places disponibles. Elle dessert les stations Porte de la Villette, Stalingrad, Gare de l'Est et Châtelet.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de la Commune
2, rue Edouard Poisson 93304 Aubervilliers
Spectacle terminé depuis le dimanche 3 février 2013

Pourraient aussi vous intéresser

- 28%
Smile

Théâtre de l'Œuvre

Monsieur Motobécane

Petit Saint-Martin

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

- 32%
Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

Spectacle terminé depuis le dimanche 3 février 2013