Cosi fan tutte

1
2
3
4
5

Opéra Garnier , Paris

Du 22 octobre au 13 novembre 2013

MUSIQUE & DANSE

,

Opéra

Ainsi font toutes ou L’École des amants. Quand Da Ponte et Mozart font la leçon, fût-elle pleine de grâce, l’apprentissage est rude et cruel. Jeu de masques et jeu de dupes, les règles s’embrouillent et tout le monde perd. En langue italienne.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 13 novembre 2013

 

Cosi fan tutte

De

Lorenzo Da Ponte

,

Wolfgang Amadeus Mozart

Mise en scène

Ezio Toffolutti

Direction musicale

Michael Schonwandt

Avec

David Bizic

,

Bernarda Bobro

,

Stéphanie d'Oustrac

,

Dimitry Korchak

,

Myrto Papatanasiu

,

Lorenzo Regazzo

En langue italienne.

  • Opera Buffa en deux actes (1790)

Ainsi font toutes ou L’École des amants. Quand Da Ponte et Mozart font la leçon, fût-elle pleine de grâce, l’apprentissage est rude et cruel. Jeu de masques et jeu de dupes, les règles s’embrouillent et tout le monde perd.

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Livret de Lorenzo Da Ponte
Direction musicale : Michael Schonwandt
Mise en scène, décors et costumes : Ezio Toffolutti
Lumières : André Diot
Chef de Choeur : Alessandro Di Stefano

Avec l'Orchestre et Choeur de l’Opéra national de Paris.

  • Les chemins de la connaissance

Ainsi font toutes ou l’École des amants. Quand Lorenzo Da Ponte fait la leçon, l’apprentissage est rude et cruel, même si Mozart ne peut s’empêcher d’entremêler sa grâce à l’implacable démonstration. Sous le regard de deux apprentis sorciers, deux frères et deux sœurs se perdent dans l’alchimie du désir. Il y a des faux soldats, des faux Albanais, un faux médecin, un faux notaire, mais surtout des faux-semblants et des faux amis… Et l’on voudrait que les sentiments soientéternels et que le cœur n’ait pas d’intermittences ? Jeu de masques et jeu de dupes, les règles s’embrouillent et tout le monde perd. Le Marivaux le plus abstrait et, déjà, le Musset le moins complaisant se retrouvent dans la polyphonie vertigineuse de ce concerto à six voix. Michael Schønwandt mène ces écoliers sur les chemins de la connaissance.

  • D'après un fait divers

Così fan tutte a été commandé à Mozart début septembre 1789, par l’empereur Joseph II qui, d’après la légende, aurait lui-même choisi le sujet : un fait divers qui venait de défrayer la chronique mondaine. Lorenzo da Ponte eut à nouveau la charge du livret : Mozart avait déjà fait appel à lui pour ses deux précédents ouvrages et surtout il avait créé avec lui l’opéra moderne, c’est à dire un opéra où l’orchestre quitte son simple rôle d’accompagnateur pour éclairer en profondeur la psychologie des personnages.

Così fan tutte fait partie, avec La Clémence de Titus, des opéras de Mozart qui ont suscité le plus de malentendus. Pendant bien longtemps, on n’a voulu y voir qu’une comédie galante, un « marivaudage » frivole pour lequel le compositeur avait écrit une musique charmante, mais superficielle. Le livret de Da Ponte, il est vrai, après les audaces des Noces de Figaro et de Don Giovanni, a pu sembler conventionnel. Mais il est habile, bien construit, toujours théâtral, et Mozart, avec sa musique sensuelle, brûlante, passionnée, lui a donné des prolongements psychologiques insoupçonnés : il lui a fait poser les questions essentielles de l’amour et lui a insufflé un fond de gravité que ne possédait pas la farce initiale.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Cosi fan tutte

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment