Bloody mess

Hérouville Saint-Clair (14)
du 6 au 7 février 2006
2h15

Bloody mess

Spectacle en anglais surtitré en français. Dans un déluge de fumigènes et de lumières multicolores, c’est la guerre des étoiles version artisanale, trash, kitch et pop. Dix personnages, dix histoires, dix performances, s’exposent, s’opposent, s’affrontent, se téléscopent, dans une épopée burlesque et échevelée, qui semble se diriger droit dans la représentation empêchée jusqu’à la pirouette finale qui remet tout en connexion et dans le bon ordre. Les comédiens sont épuisés, la scène est dévastée, le public en a plein les yeux. Il suffit de se laisser aller au délire visuel, au langage des corps pour garder la maîtrise dans ce théâtre dionysiaque qui est une fête des sens et de l’intelligence.

Spectacle en anglais surtitré en français.

Une punkette-majorette danse et hurle comme une possédée. Une lumière stroboscopique fait tanguer l’espace. Deux clowns fardés de blanc (deux metteurs en scènes rivaux ?) font une échappée agressive pour imposer chacun sa manière de re-jouer les chaises musicales. Une diva pleure. La sono crache des accords de Deep Purple ou quelques mouvements des Suites pour violoncelle de Bach. Un comédien se lance dans la bataille et entonne, vite interrompu, le couplet du big bang originel. Sound Check. Interview. Chaque comédien rejoint sa place et tente sa chance personnelle auprès du public. Des techniciens de concert de rock font irruption pour déposer des lampes disco et un micro dont personne ne veut. Une actrice déguisée en gorille, balance du pop-corn sur tout ce qui bouge. Deux hommes, meneurs de revue chic, dansent avec des étoiles en papier alu. Silence. Tentative d’explication du pourquoi du silence. Bloody Mess ou ça va saigner !

Dans un déluge de fumigènes et de lumières multicolores, c’est la guerre des étoiles version artisanale, trash, kitch et pop. Dix personnages, dix histoires, dix performances, s’exposent, s’opposent, s’affrontent, se téléscopent, dans une épopée burlesque et échevelée, qui semble se diriger droit dans la représentation empêchée jusqu’à la pirouette finale qui remet tout en connexion et dans le bon ordre. Les comédiens sont épuisés, la scène est dévastée, le public en a plein les yeux. Il suffit de se laisser aller au délire visuel, au langage des corps pour garder la maîtrise dans ce théâtre dionysiaque qui est une fête des sens et de l’intelligence. Car sous les apparences du non-sens et de l’absurde, c’est une parabole sur la frénésie du monde qui est contée sur scène, massacrant, au passage, aussi bien la culture savante que le spectacle de divertissement, alternant hystéries comiques et pauses poético-émouvantes. Un beau spectacle à mettre devant tous les regards, ceux qui aiment Fellini, les Marx Brothers, Alice au pays des merveilles, Jules Verne, les Monthy Python, les match(es) de rugby, le cinémascope de Cecil B. de Mille et les esquimaux de l’entracte.

Le Collectif Forced Entertainment est né en1984, à l’Université. Installés à Sheffield, cité ouvrière et foyer de contestation du thatchérisme, loin de l’establishment culturel londonien, les six membres fondateurs dont Tim Etchells le metteur en scène, cooptent des collaborateurs au gré de leurs créations-performances non conformes aux canons esthétiques qui prévalent sur les scènes. Depuis longtemps, ils intègrent à leur démarche les matériaux offerts par la modernité - cinéma, vidéo, photo, multimédias - et mélangent tous les genres.

Du solo au travail de groupe, du spectacle à la structure fixe à l’improvisation, de la scène théâtrale à l’installation longue durée, Forced Entertainment joue avec les frontières qui séparent la fiction et les événements du réel. Volontiers provocateur, le collectif explore les mythologies, les défis, les rêves et les cauchemars de la vie urbaine d’aujourd’hui, la relation que nous installons entre notre vécu et les images de notre culture médiatique, la nature de notre langage, notre attirance pour le chaos comme notre désir d’ordre et le besoin de témoigner.

Bloody mess a été créé pour fêter leur vingt ans d’existence et représente pour la compagnie une sorte de manifeste pour le futur : le désordre (mess) qu’ils ont imaginé est grand, sanglant (bloody) et beau. Forced Entertainment est présent sur les grandes scènes internationales.

"La compagnie de théâtre expérimental la plus brillante de Grande Bretagne." The Guardian

"L’un des plus importants groupes de performers en Europe." Der Tagesspiegel

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Comédie de Caen à Hérouville

1, square du théâtre 14200 Hérouville Saint-Clair

Spectacle terminé depuis le mardi 7 février 2006

Pourraient aussi vous intéresser

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

- 32%
Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

- 20%
Lady Agatha

Michodière

Spectacle terminé depuis le mardi 7 février 2006