Après Jean-Luc Godard – Je me laisse envahir par le Vietnam

1
2
3
4
5

Théâtre de la Commune , Aubervilliers

Du 10 au 20 mars 2022
Durée : 2h45

CONTEMPORAIN

,

Documentaire

,

Performance

Faisant le pari de s’émanciper de Godard sans rien en rejeter, Eddy D’aranjo invente avec son équipe une forme dévoilée alliant fiction et documentaire, littérature, performance et mise à jour du processus de création.

Continuer la lecture


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 18 ans (inclus). À partir du 30 septembre 2021 le pass sera exigé pour les adolescents de 12 à 17 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

Après Jean-Luc Godard – Je me laisse envahir par le Vietnam

Mise en scène

Eddy D’aranjo

Avec

Majda Abdelmalek

,

Elan Ben Ali

,

Edith Biscaro

,

Bertrand de Roffignac

,

Clémence Delille

,

Volodia Piotrovitch d’Orlik

,

Léa Sery

Le cinéma de Jean-Luc Godard a bouleversé les codes narratifs, d’abord en montrant une jeunesse alors absente des écrans, avec sa façon d’être, de bouger, de parler – nouvelle vague du sentiment, et nouvelle génération d’acteurs et d’actrices. Le cinéaste se passionnera ensuite pour la politique, demandant à l’art de devancer le changement radical du monde, si férocement espéré, avant de se replier vers la méditation inquiète des signes et de l’histoire.

À quatre-vingt dix ans passés, et après plus de cent films, il ne cesse, aujourd’hui encore, de lutter contre la standardisation des récits et des images, contre l’endormissement, surtout, de la sensibilité et de la pensée. Comment cet héritage, si libre et si plein de fantômes, peut-il s’inscrire et se continuer au théâtre ?

Faisant le pari de s’émanciper de Godard sans rien en rejeter, Eddy D’aranjo invente avec son équipe une forme dévoilée alliant fiction et documentaire, littérature, performance et mise à jour du processus de création. Sans renoncer ni au lyrisme ni à la beauté, la volonté de perturber le cadre de la représentation y rejoint la nécessité de rendre visible la part négative du réel, sa brutalité contemporaine et historique. Un spectacle mélancolique et délicat, attentif au soin que requièrent le passé, les souvenirs, les morts aimés et les spectres de la grande politique.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Après Jean-Luc Godard – Je me laisse envahir par le Vietnam

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment