Prochainement à l’affiche

Trisha Brown Dance Company - 50 ans de création

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Chaillot - Théâtre national de la Danse Paris | du 25 au 28 mars 2020 | Durée : 1h16 plus entracte
MUSIQUE & DANSE, Danse contemporaine, Sélection Danse, Sélection Evénement
RESERVER

À partir de 20 €

 

Anciennement à l’affiche

Trisha Brown - Solo Olos / Son of Gone Fishin’ / Rogues /...

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Chaillot - Théâtre national de la Danse Paris | du 04 au 13 novembre 2015 | Durée : 1h30 avec entracte
MUSIQUE & DANSE, Festival d'Automne à Paris

Spectacle terminé depuis le 13 novembre 2015

 

Trisha Brown

  • Formation et premières chorégraphies

Trisha Brown, une des principales inspiratrices de la postmodern dance, s'est révélée au public, toujours plus vaste et chaleureux, avec ses premières performances réalisées au Judson Dance Theater de New York dans les années 60. En compagnie d'artistes avec lesquels elle partage une communauté d'esprit, Yvonne Rainer, Steve Paxton, elle repousse les limites du mouvement imposé jusqu'alors à la chorégraphie et transforme ainsi la danse moderne d'une manière définitive. Ce « lieu qui a révolutionné la danse », selon un critique de l’époque, est alors imprégné d’un esprit d'indépendance et de total irrespect envers la gestuelle affectée de l'époque, qualités qui sont toujours présentes chez Trisha Brown, même quand elle présente son travail dans les grands opéras du monde entier.

Avec sa compagnie, fondée en 1970, elle commence par explorer le territoire de son quartier new-yorkais d’adoption, Soho, en créant des pièces spécialement conçues pour des lieux alternatifs, toits et façades d’immeubles, où elle flirte avec la gravité, s'y pliant ou s’en affranchissant. Avec Man Walking Down the Side of a Building, tout en annonçant la nouvelle manière de voler qu'elle a par la suite développée dans son Orfeo de Monteverdi, en 1998, elle inspire le travail de nombre de chorégraphes et metteurs en scène en quête de lieux insolites et déroutants pour faire évoluer les corps.

Elle commence très tôt à explorer ses idées complexes sur le mouvement en travaillant à plusieurs pièces regroupées par cycles. En 1983, avec Set and Reset, en collaboration avec Robert Rauschenberg et Laurie Anderson, elle complète son premier cycle de travail, Unstable Molecular Structures, et établit le style géométrique fluide bien qu’imprévisible qui est une marque de son travail. Suit la Valiant Serie, implacablement athlétique, puis Newark, oeuvre puissante dans laquelle elle pousse ses danseurs à leurs limites physiques et explore pour la première fois un mouvement sexué. Ensuite vient l’élégant et mystérieux cycle intitulé Back to Zero, dans lequel la chorégraphe s’éloigne d'une virtuosité concrète pour investir le mouvement inconscient, cycle qui comprend le classique For M.G. : The Movie.

Elle est décédée le 18 mars 2017 à San Antonio au Texas à l'âge de 80 ans.

  • Danse et opéra

Inspirée par l'expérience de l’opéra qu'elle connaît grâce à Lina Wertmüller, qui l'invite à créer la chorégraphie de Carmen, Trisha Brown se tourne vers la musique classique avec le dessein de mettre en scène sa propre production lyrique. M.O., créé sur la monumentale Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach, est considéré comme un chef-d’oeuvre par Anna Kisselgoff, critique au New York Times, qui affirme que cette pièce « ramène nombre d'autres chorégraphies créées sur la musique de Bach à de simples pièces enfantines ». 1998 voit la création mondiale à Bruxelles de sa production de l’Orfeo de Monteverdi, suivie par une tournée à guichet fermé à Londres, Paris, Aix-en-Provence et New York. Dans Orfeo, Trisha Brown réussit une totale symbiose entre musique, texte et mouvement, et crée ce qu’un critique du Daily Telegraph de Londres nomme « un opéra dansé proche de la perfection comme je n'en ai encore jamais vu ».

En 2001 Trisha Brown se tourne à nouveau vers l'opéra et met en scène le nouvel opéra de Salvatore Sciarrino, Luci mie Traditrici. Basé sur l'histoire du Comte Carlo Gesualdo, compositeur du début du 17ème siècle, l'opéra traite d'amour, de trahison et de meurtre. Bernard Holland, après la première à Lincoln Center, a dit que l'oeuvre avait « une puissance viscérale » et une « forte théâtralité ».

En 2006, Trisha Brown met en scène Da Gelo a Gelo, un nouvel opéra de chambre de Salvatore Sciarrino inspiré d’un poème d’amour du 9ème siècle à la cour de la courtisane Izumi Shikibu. La première fut présentée au festival Schwetzinger en Allemagne. Sa recherche historique sur l’opéra lui permit de développer sa plus récente pièce, I love my robots  : deux robots constituent la scénographie ; ils rencontrent les danseurs et une interaction a lieu qui explore l’espace actif et inerte. Kenjiro Okazaki est le créateur des Robots ; Laurie Anderson, qui a déjà collaboré avec Trisha Brown pour Set and Reset, compose la musique ; les lumières sont de Jennifer Tipton et Elizabeth Cannon invente les costumes, sculptant les danseurs dans la lumière et les mouvements.

Parmi ses projets, une collaboration avec le baryton Simon Keenlyside, la mise en scène de Winterreise de Franz Shubert, pour une série New Visions au Lincoln Center. Le mystérieux Geometry of Quiet fut présenté en décembre 2002 aux Etats-Unis ; qui fait dire à Deborah Jowitt dans le Village Voice « une austérité calme domine une chorégraphie éblouissante. »

En 2000, Trisha Brown s’adjoint deux nouveaux collaborateurs, l’artiste visuel Terry Winters et le compositeur Dave Douglas, pour donner naissance à une trilogie chorégraphique s'appuyant sur les sons et structures de la musique de jazz d’aujourd’hui. Complétée par l’éclairagiste Jennifer Tipton, cette équipe artistique a conçu une oeuvre à la fois pleine de sensualité et d'une totale modernité.

En décembre 2003, Present Tense est créé à la biennale internationale de danse de Cannes. La chorégraphie met en scène des échanges très aériens et abrupts où les danseurs semblent chevaucher confusément dans les airs. La phrase maitresse de la pièce est typique de Trisha Brown, mais inhabituelle dans sa logique, utilisant des motifs qui mènent à une trame narrative émotionnelle et poétique.

  • Pièces récentes

Les pièces les plus récentes de Trisha Brown continuent à explorer de nouveaux territoires. La première en décembre 2004 de O zlozony O composite, pièce créée pour trois étoiles de l’Opéra de Paris, marque l’entrée de Trisha Brown dans le monde du ballet et est la première pièce qu’elle crée pour une autre compagnie. Cette chorégraphie élégante est un mélange de classique et de moderne, mêlant un poème de Czeslaw Milosz, une musique originale de Laurie Anderson, et une toile de Vija Celmins.

Puis elle créée How long does the subject linger on the edge of the volume… et utilise la dernière technologie de captation du mouvement pour ses éléments visuels et ses graphismes. La critique a acclamé cette pièce en avril 2005, « perçue de manière subliminale, les correspondances profondes des mouvements, du son et de l’environnement créent l’image d’un monde uni, magnifiquement beau ».

En 2012, elle crée O Zlozony/O Composite à l'Opéra Garnier.

  • Arts plastiques

Artiste plasticienne reconnue, les oeuvres de Trisha Brown sont exposées collectivement ou individuellement, la plus récente étant la Documenta 12 de Kassel en Allemagne.

Avis du public : Trisha Brown

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS