Hanna Schygulla

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Les Aventures du prince Ahmed

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Echangeur Bagnolet | du 02 au 04 juillet 2021
MUSIQUE & DANSE, Avec les ados, Familial, Ciné-concert, Primaire
RESERVER

À partir de 8 €

 

Anciennement à l’affiche

Elle ! Louise Brooks

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Jean Arp Clamart | le 22 mars 2002
CONTEMPORAIN

Spectacle terminé depuis le 22 mars 2002

 

Hanna Schygulla

Jeune comédienne, Hanna Schygulla a provoqué l’impérieuse passion et les larmes amères de Petra von Kant dans le film de Fassbinder. Ensuite, elle a été sa Lili Marlène, sa Maria Braun, sa «femme allemande»...

Héroïne d'une vingtaine de films phares de Fassbinder, emblème du renouveau du cinéma allemand, Hanna a tourné avec les plus grands : Schlöndorf, Wenders, von Trotta, puis Ferreri, Saura, Godard, Wajda, Scola, Deville...

Puis vint le moment pour elle de changer de route.

En 95, elle a été «celle qui fait vivre les ombres» -comédienne- dans Mère blafarde, tendre sœur, mis en scène par Klaus Michael Grüber.

Entre Allemagne et France, elle offre son lumineux mystère au cinéma, au théâtre aussi. Comme les fées, les actrices ne connaissent pas de frontières... Hanna habite à Paris.

Et puis, Hanna glisse dans un nouvel univers : le chant, son rêve d'enfance, puis le théâtre.

« J’ai quatre ans, je suis assise sur les genoux de ma mère, dans un train d'après-guerre bourré de gens, qui s’arrête au milieu des rails, et la lumière s’éteint. Et moi... dans le noir complet, je commence à chanter à voix haute un «tube» de l’époque ruisselant de détresse et d'envie de vivre : des illusions… rien que des illusions, faut pas penser, faut se donner ».

Pour Hanna Schygulla, tout a commencé là, dans les trains traversant les ruines allemandes, quand elle fuyait sa ville natale en Silésie. La chanson 1’a toujours fait rêver, et «si vous prenez vos rêves au sérieux, que vous les arrosez bien, mais sans vous acharner non plus, ils se convertissent en réalité ».

En 1997, elle crée un récital, Quel que soit le songe à Paris, puis au Festival d’Avignon, sur des musiques de Jean-Marie Sénia. Ce récital est un triomphe en France et à l'étranger.

En français ou en allemand, il suffit d'écouter, de se laisser porter, histoire de se noyer dans son royaume. Il faut l'entendre porter à la crête du souffle une voix capable de tous les renversements, de tous les envoûtements. Riche en couleurs, la voix d’Hanna Schygulla se balade aisément sur les hauteurs avant de plonger dans les profondeurs.

« C'est un instrument sur lequel je peux compter. Je ne suis pas une chanteuse, mais une actrice qui chante. » Quand Hanna s'exprime, une irrésistible langueur slave berce l'espace autour d'elle. Cela s'appelle la grâce. « Elle éclaire jusqu'à nos ombres ».

Jean-Claude Carrière

Avis du public : Hanna Schygulla

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS