Théâtre de la Ville

2, place du Châtelet, 75004 Paris



Châtelet



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Arturo O'Farrill et The Afro Latin Jazz Orchestra

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre de la Ville Paris | le 08 octobre 2016
MUSIQUE & DANSE, Concert, Jazz, blues & gospel

Spectacle terminé depuis le 08 octobre 2016

 

Théâtre de la Ville

Consulter le programme du Théâtre des Abbesses. Pendant les travaux du théâtre de la ville, voir la programmation à l'Espace Pierre Cardin.

  • Histoire du lieu

A l’origine, le Châtelet était un château fort qui devint par la suite le siège d’une juridiction civile et criminelle du vicomté de Paris. En 1802, tous les bâtiments sont détruits sauf la tourelle du guet.

En 1851 le quartier du Châtelet et tout Paris est repensé sous l’égide de Haussmann en terme d’urbanisme et d’architecture. Ainsi, Paris est traversé par de larges travées et d’imposants bâtiments sont construits en bordure de ces travées.

1860 voit l’architecte Gabriel Davioud construire de part et d’autre de la place du Châtelet et de la colonne du Palmier deux théâtres de même style à la demande du Baron Haussmann.

Davioud est aussi l’architecte de l’ancien Trocadéro aujourd’hui remplacé par des bâtiments dont l’aile gauche abrite aujourd’hui le Théâtre de Chaillot. Le théâtre place du Châtelet est appelé en 1862 Théâtre Lyrique en remplacement de celui du Boulevard du Temple rasé selon les plans de Haussmann. Il est construit à l’emplacement de la rue de la Vieille Lanterne où le poète Gérard de Nerval s’est pendu au dessus de la grille d’un égout en 1855, à l’emplacement de l’ancien trou du souffleur du théâtre.

Incendié pendant la Commune (en 1871), le bâtiment est reconstruit par les soins de la Ville de Paris en 1874. Il prend alors le nom de Théâtre Historique en 1875 puis celui du Théâtre des Nations en 1879 et accueille la Troupe de l’Opéra Comique en 1887.

En décembre 1898, c’est l’illustre tragédienne Sarah Bernhardt qui prend la direction de ce théâtre, lui donne son nom, et anime ce lieu durant 25 ans.

Sous l'occupation, le Théâtre Sarah Bernhardt est renommé Théâtre de la Cité ; c'est Charles Dullin qui en prend la direction. En 1943, la première pièce de Jean-Paul Sartre, Les Mouches, y est créée.

Après la guerre, le Théâtre Sarah Bernhardt reprend son nom, sous la nouvelle direction d'A.M. Julien, et accueille de 1947 à 1957 le Théâtre des Nations qui invite Brecht et le Berliner Ensemble, Visconti, l’Opéra de Pékin, Giorgio Strehler et le Piccolo Teatro di Milano…

A la fin des années 60, le bâtiment nécessite de profondes rénovations. L’intérieur est entièrement démoli et ne sont conservés que les murs, le toit et la façade. La nouvelle salle en amphithéâtre vient répondre aux exigences de la scénographie contemporaine.

L’architecte Jean Perottet, les décorateurs Fabre et Tribel et le scénographe René Allio (auxquels on devra par la suite de très nombreuses réalisations culturelles, dont, à Paris, le Théâtre national de Chaillot) conçoivent une salle de 1000 places réparties sur les gradins qui, construits d’une seule volée de 25 m, sans piliers, au-dessus du foyer du public, susciteront de nombreuses imitations à travers le monde.

Le Théâtre Sarah Bernhardt devient Théâtre de la Ville en décembre 1968 pour sa réouverture au public. La façade de Gabriel Davioud est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1990.

  • Le projet artistique

Vive le mouvement qui déplace les lignes ! (d'après Baudelaire)

Je me permets de changer la formule de Baudelaire, qui évoque – ironique – une Beauté immobile et froide. Le théâtre, en tout cas le nôtre, préfère la beauté des Surréalistes. Est-ce en effet parce que nous sommes parfois lassés du réalisme, parce que le cinéma y réussit mieux que le théâtre, que la réalité quotidienne est décevante, ou que l’état du monde est si pesant (mais aussi si fascinant), que nous avons besoin, au théâtre, du Fantastique ? Par des transpositions, des allégories, des symboles. Il ne s’agit pas un seul instant de fuir le monde et de se réfugier dans le rêve, mais d’aller aussi au théâtre pour s’essayer à une autre vision des choses, pour s’ouvrir à des événements ou à des expériences qui sortent de la norme.

Je me dis alors que nous pouvons contribuer aux divers efforts tentés par un grand nombre des artistes que nous invitons, de nous aider à sortir des normes ; de tous ceux qui, dans le théâtre, la danse et la musique, prennent tant de plaisir à déplacer les lignes. Je me réjouis que bien des spectacles que vous viendrez voir, lors de cette saison, vous donnent l’occasion de côtoyer à votre tour l’étrange, le bizarre, le fantastique, le féerique, l’irréel et le surréel… car rien d’humain comme rien d’inhumain ne devrait être étranger au Théâtre : signe d’un certain retour au surréalisme, auquel nous devons tant d’oeuvres picturales, sculpturales, littéraires et poétiques, et qui ont tant réveillé les arts avant et après la monstrueuse Seconde Guerre mondiale.

Emmanuel Demarcy-Mota

Avis du public : Théâtre de la Ville

3 Notes

3 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(3)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Isidore P. (1 avis) 16 juin 2017

Nom célèbre pour les théâtre afin d'éviter l'oubli cette maladie de notre époque Théâtre de la ville pas très intéressant comme nom pourquoi ne pas donné un nom propre au théâtre celui de sarah Bernardt c'est merveilleux mais nous avons tellement de magnifique nom pour nommer nos théâtres je peux vous en citer 20en 10 secondes alors pourquoi des nom de lieux merci de me lire
0
0
1
2
3
4
5
Par

Pierre L. (2 avis) 17 novembre 2013

programmation Programmation toujours de haut niveau toute l'année, internationale, ouverte à plusieurs écoles et langue set cultures. Un privilège d'avoir un tel théâtre avec cette exigence et cette diversité.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Pierre L. (2 avis) 17 novembre 2013

programmation toujours internationale, ouverte à plusieurs genres et écoles et de haut niveau. Un privilège d'avoir un tel théâtre et une telle programmation annuelle
0
0