Viva Espana

le 9 octobre 2022
1h30

Viva Espana

Ravel et Strauss s'associes le temps d'une soirée sous la fougue du chef d'orchestre Case Scaglione et la complicité du violoncelliste star Johannes Moser.

  • Une soirée espagnole

En France, l’attirance pour l’Espagne n’est pas qu’une légende, elle est bien plus profonde et ancrée dans notre culture. Carmen est devenu le premier de nos opéras et le Boléro demeure l’œuvre symphonique préférée des Français tout en restant la plus jouée dans le monde !

Maurice Ravel a finalement peu connu l’Espagne : elle est plutôt venue à lui quand à Paris il fréquentait les talentueux artistes de la péninsule ibérique : Ricardo Viñes, Isaac Albéniz et Manuel De Falla. Associée à un exotisme chargé d’images folkloriques, sensuelles et sauvages, l’Espagne ouvre également les « portes de l’Orient ». L’Alborada del gracioso (1905) est né au piano, avant de devenir un tableau symphonique scintillant et dansant, tout comme la Rapsodie espagnole (1907).

Quant au fameux Boléro (1928), il n’est presque plus une danse, mais plutôt un vaste et lent défilé qui enfle comme une foule joyeuse. De l’autre côté du Rhin, Richard Strauss s’est également intéressé à l’Espagne avec son poème symphonique concertant Don Quichotte (1897). Le héros n’est autre que le violoncelle solo et pour symboliser Sancho Panza, Strauss utilise trois instruments au sein de l’orchestre : la clarinette basse, le tuba et l’alto. Les grands moments du célèbre roman de Cervantès sont mis en musique dans ces « Variations fantastiques sur un thème à caractère chevaleresque » : le combat contre le troupeau de moutons, les moulins à vent et même le vol dans les airs…

  • Jusqu'à l'apothéose !

Le Boléro de Maurice Ravel est sans doute la partition la plus connue du public dans le registre classique. Cette musique de ballet composée à l’attention de la danseuse et riche mécène russe Ida Rubinstein qui avait commandé au compositeur un “ballet de caractère espagnol” dépasse largement les codes de la chorégraphie, pour atteindre une plénitude sonore extraordinaire.

Ravel imagina une phrase musicale unique devenue le corps d'un mouvement de danse d’un seul tenant, au rythme et au tempo invariable, infinies modulations d'une seule mélodie. Seule l’orchestration est toujours changeante et la mélodie circule à tous les pupitres, pendant un lent crescendo qui soudain explose littéralement. Projet théorique en apparence, qui pourrait se révéler sec et scolaire, il eut dès la première audition un effet hypnotique sur le public, qui ne s'est jamais démenti, et provoque son enthousiasme absolu. Parce que la partition repose sur le seul principe de répétition, elle décontenança bon nombre de compositeurs qui assistèrent à la création, comme par exemple Florent Schmitt.

D’autres relèvent les prouesses d’instrumentation, comme Charles Koechlin, qui indique dans son célèbre Traité de l’orchestration (1954) que “toute cette partition est à étudier en détail, pour l’équilibre et la gradation des sonorités”. Mais il s'agit surtout d'entendre le Boléro comme une partition qui vous accroche doucement en vous interrogeant par cette percussion lancinante du début, pour ne plus vous lâcher jusqu'à l'apothéose !

En complément, le Don Quichotte de Richard Strauss est un magnifique poème symphonique avec violoncelle soliste : ces "Variations fantastiques sur un thème à caractère chevaleresque" composées en 1898 sont devenues une partition culte des orchestres symphoniques. Le violoncelle incarne le personnage de Don Quichotte, tandis que la clarinette basse, le tuba et l'alto jouent le motif bucolique et malicieux qui caractérise son fidèle serviteur, Sancho Pança. La plupart des aventures du chevalier sont décrites : le combat contre le troupeau de moutons, les moulins à vent ou le vol dans les airs. Mais surtout, Strauss s'est dépeint lui-même dans cette œuvre, à travers le caractère à la fois fantasque et nostalgique de Quichotte, et son combat désespéré et ridicule pour trouver l'amour...

Œuvre splendide, ce Don Quichotte requiert toutes les couleurs de l'Orchestre National d'Île-de-France, dirigé avec fougue par son chef Case Scaglione, avec le violoncelliste star Johannes Moser, un Allemand qui fait vibrer les plus belles salles de concert du monde de son énergie indomptable !

  • Programme

Maurice Ravel (1875 – 1937)
Alborada del gracioso
Boléro
Rapsodie espagnole

Entracte

Richard Strauss (1864 – 1949)
Don Quichotte

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine

1, Place Jean Vilar 94400 Vitry sur Seine

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Librairie/boutique Val-de-Marne
  • Métro : Villejuif - Louis Aragon à 2 km
  • RER : Vitry-sur-Seine à 2 km
  • Tram : Mairie de Vitry-sur-Seine à 160 m
  • Bus : Mairie de Vitry-sur-Seine à 66 m, Hôtel de Ville de Vitry à 123 m
  • Voiture : Depuis Paris, prendre la RD5 à partir de la Porte de Choisy (sorties Bd Périphérique Porte d'Ivry ou d'Italie). Après la place de la Libération, tout droit jusqu'à l'Hôtel de Ville. Le théâtre est juste en face. En raison des travaux des futurs tramways et métro, il vous est conseillé de prévoir du temps supplémentaire pour venir jusqu'à nous.

    Navettes gratuites : Aller-retour depuis Paris sur certains spectacles, réservation indispensable au plus tard 2 jours avant le spectacle (dans la limite des places disponibles) au 01 55 53 10 60

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine
1, Place Jean Vilar 94400 Vitry sur Seine
Spectacle terminé depuis le dimanche 9 octobre 2022

Pourraient aussi vous intéresser

- 8%
Ensemble royal de Paris - Vivaldi

Eglise Saint-Julien Le Pauvre

- 15%
Come Bach

Lucernaire

- 10%
Les étoiles du piano

Eglise Saint-Julien Le Pauvre

Spectacle terminé depuis le dimanche 9 octobre 2022