Vingt-quatre mètres cubes de silence

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 24 octobre au 24 novembre 2001

CONTEMPORAIN

Une femme, seule, assise sur un tabouret de bar, nous raconte son histoire, sa douleur : la séparation avec l'être aimé. Un texte dense, dru, plein d'humour, d'une sensibilité exacerbée associé à une grande virtuosité langagière. Le talent d'un écrivain à redécouvrir.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 24 novembre 2001

 

Vingt-quatre mètres cubes de silence

De

Geneviève Serreau

Mise en scène

Gilles Cohen

Avec

Emmanuelle Devos

Une femme, seule, assise sur un tabouret de bar, nous raconte son histoire, sa douleur : la séparation avec l'être aimé. Un texte dense, dru, plein d'humour, d'une sensibilité exacerbée associé à une grande virtuosité langagière. Le talent d'un écrivain à redécouvrir.

  • La presse

Emmanuelle Devos, savamment dirigée par Gilles Cohen, donne chair à cette nouvelle magnifique de Geneviève Serreau. Elle a le regard perdu de ceux qui connaissent le malheur d'aimer, les élans palinodiques de ceux qui s'acharnent contre le désespoir. Elle est défaite et Souveraine. Gwenola David - La terrasse

Premier matin d'absence
Dans ce monologue intense d'aujourd'hui, avec ses gestes timides, économes, ses yeux secs dans un visage d'une étonnante mobilité, elle est l'incarnation de la souffrance immense et pudique à la fois, magnifique. Annie Gopperman - Les Echos 8/11/01 

Petits rites de survie à la disparition de "l'autre corps".
Dans ces vingt-quatre mètre cubes de solitude, Emmanuelle Devos dégage une langueur de vierge ou de prostituée qui n'introduit pasde rupture entre le désastre et le sourire. Elle est étonnante à voir, et très juste à entendre. Brigitte Salina - le Monde 3/11/01

De sa voix au timbre clair, légèrement métallique, le ton appliqué, neutre, comme le son d'une voix intérieure, elle décrit la reprise en main, l'effort pour remplir les 24 mètres cubes de silence, ne pas se les "faire retomber dessus", combien chaque geste est à la fois minime et harassant. L'exercice est fascinant. A.C Le Journal du Dimanche 4/11/01

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Vingt-quatre mètres cubes de silence

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment