Sale type

Paris 18e
du 5 décembre 2001 au 2 mars 2002
1H15

Sale type

Une femme seule, belle, l’ambition chevillée au corps, rêve de devenir célèbre grâce à sa peinture. Elle espère y arriver en se servant d’un peintre connu, qui la veut. Mais rien ne se passe comme prévu : amour, sexe, violence, ambition, tout s’emmêle, tout s’entrechoque et entraîne la jeune femme dans une descente aux enfers et dans un Marseille assez déjanté. Sale type est un miroir pour toutes les femmes offert en cadeau à tous les hommes…

   
Synopsis
Note d'intention

Les gens blessés sont des gens dangereux. Ils savent qu’ils peuvent survivre. (propos de Juliettte Binoche dans le film Fatale de Louis Malle)

Une femme seule, belle, l’ambition chevillée au corps, rêve de devenir célèbre grâce à sa peinture. Elle espère y arriver en se servant d’un peintre connu, qui la veut. Mais rien ne se passe comme prévu : amour, sexe, violence, ambition, tout s’emmêle, tout s’entrechoque et entraîne la jeune femme dans une descente aux enfers et dans un Marseille assez déjanté. Sale type est un miroir pour toutes les femmes offert en cadeau à tous les hommes…

Haut de page

Premiers hasard : l’achat du roman, attiré uniquement par le titre « Sale Type », puis secoué par son contenu.
Deuxième hasard : Ma rencontre avec Géraldine Danon à la recherche d’un texte pour le théâtre. Je lui propose alors de lire le roman de Sylvie Cohen : émotion partagée. Rencontre avec l’auteur. L’aventure commence…
Est-il utile de dire que si le « Sale Type » de Sylvie Cohen n’était qu’un roman érotique de plus dans la « très tendance littérature érotique féminine contemporaine », nous aurions été, certes, ravis de découvrir leur santé sexuelle mais n’aurions pas été émus, voire bouleversés ? En effet, le personnage féminin est bouleversant dans sa quête du bonheur, j’allais dire de l’amour. Quelle solitude étouffante !
Et même, si par le biais de passages érotiques, l’homme, le « Sale Type » n’en sort pas grandi, rien n’apparaît vulgaire dans ce roman. C’est le regard aigu d’une femme. C’est la souffrance d’une femme seule, divorcée, perdue et éperdue. Voilà l’histoire d’un hasard qui est devenu nécessité ! L’effet de cette nécessité, c’est l’adaptation d’un récit romanesque en un langage (discours) théâtral.
Rechercher l’harmonie entre le dit et l’écrit, bref travailler sur le langage, la langue et la parole, au service de l’action théâtrale. Partisan du « On peut faire du théâtre de tout », c’est un bonheur pour moi d’être le « passeur » d’une écriture magnifique à une superbe comédienne. Bonheur qui, on espère, sera partagé par le public. La théâtralité de ce récit, voguera entre le réel et l’imaginaire.
Ses émois, ses fantasmes seront rythmés par des changements de tons et des ruptures de sentiments, passant allègrement du chaud au froid, de l’optimisme au pessimisme, mais elle restera toujours lucide. Elle espère que sa peinture sera reconnue par un peintre branché qu’elle croit et veut aimer aimer. Parcours d’une comédienne tantôt drôle, tantôt déchirante mais toujours en équilibre fragile sur les mots et dans les situations où le sexe, le pouvoir et l’amour s’affrontent.  I. Stéphane

Haut de page

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre Lepic

1, avenue Junot 75018 Paris

Bar Lieu intimiste Montmartre
  • Métro : Lamarck - Caulaincourt à 326 m
  • Bus : Tourlaque à 90 m, Damrémont - Caulaincourt à 101 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Lepic
1, avenue Junot 75018 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 2 mars 2002

Pourraient aussi vous intéresser

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

Denali

Studio Marigny

- 32%
Ether

Théâtre de la Cité Internationale

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

Spectacle terminé depuis le samedi 2 mars 2002