Personnes sans personne - Hommage à Julien Rey

Laurette Théâtre , Paris

Du 11 au 18 septembre 2015
Durée : 1 heure

CONTEMPORAIN

,

Pour adultes

Une femme est violée à arrêt de bus. Six personnes assistent à la scène sans intervenir : pourquoi n'ont-ils rien fait ? Prix Tournesol Lauréat 2013 du festival d’Avignon. Déconseillé aux moins de 16 ans.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 septembre 2015

 

Personnes sans personne - Hommage à Julien Rey

De

Julien Rey

Mise en scène

Imago des Framboisiers

Avec

Corinne Charvet

,

Pauline Colon

,

Julien Gieu

,

Nicolas Phongpheth

,

Loïc Rottenfus

,

Claire Tatin

,

Floriane Zeisser

Déconseillé aux moins de 16 ans.

Une femme d'une quarantaine d'années est violée à un arrêt de bus. Six personnes assistent au viol sans intervenir. Qui sont-ils ? Pourquoi n'ont-ils rien fait ? En quoi leur absence d'intervention et leurs regards augmente-t-elle la souffrance de la victime ?

Chaque personnage, chaque témoin, en repensant à la scène de viol et à ce qu'il a ressenti pose une problématique de société qui interpelle le spectateur (femme battue, place assignée aux femmes dans la société, famille monoparentale, intériorisation des violences subies...) et le questionne : Que ferait-il à leur place ? Sommes-nous des monstres ?

Personnes sans personne, lauréat du prix Tournesol au festival d'Avignon 2013. Représentations exceptionnelles en hommage à notre ami M. Julien Rey.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Personnes sans personne - Hommage à Julien Rey

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Michele R. (1 avis) 12 septembre 2015

excellent un coup de poing dans l'estomac,ce texte ! la mise en scène et le jeu des acteurs est sobre et efficace, l'émotion est présente sans empêcher la prise de conscience. Quel dommage que cette pièce ne soit jouée que trois fois.
0
0

Spectacles consultés récemment