Penser qu'on ne pense à rien c'est déjà penser quelque chose

1
2
3
4
5

Théâtre de Belleville , Paris

Du 14 décembre 2017 au 04 mars 2018
Durée : 1h15

COMEDIE & BOULEVARD

Dans leur boutique, Paulbert et Gérald pensent que, de nos jours, tout a déjà été dit, toutes les discussions ont déjà été tenues. Paulbert écrit donc des conversations originales. Et ils les vendent. Arrive Barbara, qui cherche une bouteille de vin. Une pièce à l’esprit farfelu et poétique, absolument nécessaire pour qui voudrait continuer à ne pas comprendre le monde.
Continuer la lecture


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Penser qu'on ne pense à rien c'est déjà penser quelque chose

De

Pierre Bénézit

Mise en scène

Pierre Bénézit

Avec

Olivier Broche

,

Vincent Debost

,

Anne Girouard

,

Luc Tremblais

Olivier Broche sera remplacé par Luc Tremblais les 9, 13, 18, 20, 27 janvier et les 2, 6, 8 et 10 février.

  • Farfelu et poétique

Dans leur boutique, Paulbert et Gérald pensent que, de nos jours, tout a déjà été dit, toutes les discussions ont déjà été tenues. Paulbert écrit donc des conversations originales. Et ils les vendent. Arrive Barbara, qui cherche une bouteille de vin.

Une pièce à l’esprit farfelu et poétique, absolument nécessaire pour qui voudrait continuer à ne pas comprendre le monde.

  • Note de mise en scène

Mettre en scène Penser..., c’est s’amuser à faire entendre les répliques des personnages, avec des comédiens inventifs. Trois acteurs (Olivier Broche, Vincent Debost et Anne Girouard) aux univers personnels forts, aux humours et aux esprits communs qui sont la base de cette création. Un mélange de dérision et d’engagement, que nous retrouverons sur le plateau.

Mettre en scène Penser..., c’est travailler sur une partition précise, musicale, composée de rythmes, ruptures, temps et silences. Ma mise en scène est “normopathe”. Comme ma pièce. Au début, on pense que tout est normal, tout revêt l’apparence de la normalité. Et puis doucement, on glisse vers un monde que j’espère drôle et poétique. L’interprétation se veut des plus naturalistes afin d’établir un contraste avec un texte et des situations souvent loufoques. Tout parait naturel, presque improvisé.

Ces trois personnages, dans cette boutique vide, ont le point commun de la pudeur. À vouloir cacher leurs failles, elles n’en sont que plus visibles. Émouvants parcours de personnages qui ne savent pas trop comment vivre, confrontés à la difficulté de dire vraiment les choses.

Il s’agit d’une comédie douce amère, tragique et comique à la fois.

Pierre Bénézit

Avis du public : Penser qu'on ne pense à rien c'est déjà penser quelque chose

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment