Nagasaki

Lorsque la bombe lancée par les américains en 1945 explosa, des ombres de disparus restèrent imprimées sur les murs. La vie de l’héroïne du roman d’Éric Faye est comme ces ombres : l’image furtive et dramatique d’une vie.

  • S'effacer pour exister

Lorsque la bombe lancée par les américains en 1945 explosa, des ombres de disparus restèrent imprimées sur les murs, les piliers, photographiées par l’intensité lumineuse et destructrice de l’effet de l’explosion. Ce sont les seules traces de ces êtres, encore vivants quelques instants auparavant. La vie de l’héroïne du roman d’Éric Faye est comme ces ombres : l’image furtive et dramatique d’une vie.

  • Note d'intention

Lorsque la bombe lancée par les américains en 1945 explosa, des ombres de disparus restèrent imprimées sur les murs, les piliers, photographiées par l’intensité lumineuse et
destructrice de l’effet de l’explosion. Ce sont les seules traces de ces êtres, encore vivants quelques instants auparavant.

La vie de l’héroïne du roman d’Éric Faye est comme ces ombres : l’image furtive et dramatique d’une vie.

Comme dans Vies Minuscules de Pierre Michon, les protagonistes de Nagasaki traversent leurs vies modestes sans aspérité et ne laisseront aucune empreinte derrière eux.

C’est cette absence de traces dont il est question dans Nagasaki, mais cette absence, ce vide, ce rien, finalement, emplit l’espace de rencontres ratées, de drames de l’existence, de virages mal négociés, de regards donnés au mauvais moment, de phrases ou de gestes maladroits.

Ce qui fait le sujet de toutes les belles aventures dramatiques...

Et ce « rien » nous ramène à notre vanité d’êtres humains, n’être plus rien après notre passage. Shimura et son double féminin sont à l’opposé de ceux qui souhaiteraient ETRE QUELQU’UN, se détacher du nombre. Ils n’aspirent à rien d’autre que persister dans l’existence sans trop de douleurs ni de souffrances, sans aventures incertaines et s’effacer doucement après leur passage.

Nagasaki est un texte consolateur. Éric Faye nous aide à supporter et accepter ce constat.

Comme des couples de danseurs fatigués, plein de bonne volonté, mais qui danseraient à contre-temps, certains ne sont pas faits pour les histoires d’amour...

Olivier Cruveiller, metteur en scène

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois

Cartoucherie - Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Cartoucherie Restaurant
  • Métro : Château de Vincennes à 1 km
  • Bus : Cartoucherie à 210 m, Stade Léo Lagrange à 560 m
  • Navette : Sortir en tête de ligne de métro, puis prendre soit la navette Cartoucherie (gratuite) garée sur la chaussée devant la station de taxis (départ toutes les quinze minutes, premier voyage 1h avant le début du spectacle) soit le bus 112, arrêt Cartoucherie.

    En voiture : A partir de l'esplanade du château de Vincennes, longer le Parc Floral de Paris sur la droite par la route de la Pyramide. Au rond-point, tourner à gauche (parcours fléché).

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois
Cartoucherie - Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris
Spectacle terminé depuis le dimanche 15 janvier 2023

Pourraient aussi vous intéresser

Denali

Studio Marigny

Inconnu à cette adresse

Théâtre Antoine - Simone Berriau

Passeport

Théâtre de la Renaissance

Le Chant de l'infirmière

Guichet Montparnasse

Spectacle terminé depuis le dimanche 15 janvier 2023