Mesure pour Mesure

1
2
3
4
5

Comédie de Reims , Reims

Du 28 février au 01 mars 2002

CLASSIQUE

Depuis bientôt quatorze ans, le Duc de Vienne a lâché prise. Il ne dirige plus rien. La corruption a tout gangrené, le sexe se vend à tous les tarifs. La Vienne de Mesure pour Mesure est devenue la capitale des bordels. Incapable de nettoyer de telles écuries, le duc préfère s'enfuir…
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 01 mars 2002

 

Mesure pour Mesure

De

William Shakespeare

Mise en scène

Jacques Nichet

Avec

Pierre Baux

,

Alan Boone

,

Elodie Buisson

,

Philippe Demarle

,

Frédérique Dufour

,

Jacques Echantillon

,

Stéphane Facco

,

Philippe Fretun

,

Loïc Houdré

,

James Joint

,

Vanessa Larré

,

Robert Lucibello

,

Richard Mitou

,

 Mouss

Depuis bientôt quatorze ans, le Duc de Vienne a lâché prise. Il ne dirige plus rien. La corruption a tout gangrené, le sexe se vend à tous les tarifs. La Vienne de Mesure pour Mesure est devenue la capitale des bordels. Incapable de nettoyer de telles écuries, le duc préfère s'enfuir. Il confie tous ses pouvoirs à un suppléant, un puritain, une sorte de Savonarole au nom ironique, Angelo. Cet ange exterminateur est chargé par le Duc de manier le glaive à sa place.

Aussitôt dit, aussitôt fait : l'incorruptible Angelo s'attaque au sexe. Il fait démolir les bordels et rétablit d'anciennes lois intégristes, punissant de mort tout acte sexuel, en dehors des liens religieux du mariage.

Heureusement, le Duc veille au grain. Il n'a fui que pour revenir incognito, déguisé en frère mendiant. Il est devenu l'espion de son propre royaume. Il surveille avec jubilation celui qu'il a installé au gouvernement, mais assiste aussi, sur le terrain, aux funestes conséquences d'une politique de terreur. Il va essayer d'enrayer la machine judiciaire qu'il a pourtant contribué à remettre en marche.

" Machiavel du bien ", le Duc se prend au jeu. Ce philosophe désenchanté retrouve les joies de l'équivoque et de la vengeance : il se réjouit de remplacer son remplaçant au point de lui reprendre non seulement son trône mais aussi la jeune vierge convoitée.

William Shakespeare écrit Mesure pour mesure (titre emprunté à l'Évangile selon saint Matthieu) vers 1604. Les pièces écrites à cette époque, sous le règne de Jacques 1er, montrent qu'il était en proie à un grand trouble. L'ironie et le dégoût transparaissent à travers Troïlus et Cressida, Tout est bien qui finit bien et Mesure pour Mesure. Dans cette dernière, la comédie malmenée et menacée de basculement tragique, reprend in fine ses droits et joue avec brio de ses ressorts les plus traditionnels - cascades d'imprévus, de travestissements, d'interversions et de coups de théâtre -, tous auront appris, au cours de ce voyage nocturne, à éprouver leur commune fragilité, à composer avec l'imperfection humaine et le cours tragi-comique d'un monde boiteux.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Mesure pour Mesure

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment