Macbeth (inquiétudes) (Hors les murs)

1
2
3
4
5

Nest-CDN de Thionville-Lorraine , Thionville

Du 04 au 06 février 2010

CLASSIQUE

Macbeth de Shakespeare : une sorcière, le meurtre du roi, les autres meurtres nécessaires, l’obsession du crime, la fuite en avant et la mort de la main d’un homme qui n’est pas né d’une femme. Réalité et souvenirs d’une œuvre-patrimoine. Pour Caroline Guiela et Alexandre Plank, mettre en scène Macbeth, c’est éprouver que Shakespeare est bien notre contemporain. Spectacle Hors les murs à l'Opéra-Théâtre de Metz.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 06 février 2010

 

Macbeth (inquiétudes) (Hors les murs)

De

Caroline Guiela Nguyen

,

Alexandre Plank

Mise en scène

Caroline Guiela Nguyen

,

Alexandre Plank

Avec

Jean-Baptiste Bellon

,

Jean-Charles Clichet

,

Adeline Guillot

,

Antoine Kahan

,

Antoine Philipot

,

Alexandre Plank

,

Pierric Plathier

,

Anaïs Steffan

,

Grégoire Tachnakian

Spectacle Hors les murs à l'Opéra-Théâtre de Metz.

D’après William Shakespeare, Heiner Müller et Ismail Kadaré, adaptation par Caroline Guiela et Alexandre Plank

« Conserver le pouvoir. Dormir. Se barricader. Assassiner les morts. Attendre. Faire sombrer avec soi l’immense Univers. »

Macbeth de Shakespeare : une sorcière, le meurtre du roi, les autres meurtres nécessaires, l’obsession du crime, la fuite en avant et la mort de la main d’un homme qui n’est pas né d’une femme. Réalité et souvenirs d’une œuvre-patrimoine.

Mais comme tout chef-d’œuvre, à chaque génération et pour chaque génération, ou lors de ses redécouvertes, Macbeth pose de nouvelles questions, confronte à de nouvelles interpellations.
Pour les deux metteurs en scène, Macbeth est une œuvre symbolique de cette obligation faite à chacun de «passer à l’acte», d’«entrer dans le monde», de s’interroger sur la façon de le faire et sur les conséquences des choix effectués.

Soucieuse de focaliser l’attention sur cette quête aussi indispensable que bouleversante, Caroline Guiela a, avec Alexandre Planck, adapté le texte de Shakespeare, y intégrant quelques textes de Heiner Müller et Ismail Kadaré.

C’est au cœur des personnages, c’est en eux, que tout se pose, que tout se joue, et non en référence à une quelconque transcendance. C’est pourquoi la sorcière perd son pouvoir prophétique fatal : elle devient une simple parole qui va rencontrer l’aspiration profonde de Macbeth. Sa parole devient mot d’ordre. Et chacun des personnages est confronté à cette même problématique et y répond à sa façon.

Pour Caroline Guiela et Alexandre Plank, mettre en scène Macbeth, c’est éprouver que Shakespeare est bien notre contemporain.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Macbeth (inquiétudes) (Hors les murs)

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment