Les sidérées

du 20 au 24 janvier 2017
1h45

Les sidérées

Jeune collectif à découvrir : Lena Paugam et Antonin Fadinard s'intéressent à l'état, tendu entre désir et sidération, qui saisit l'individu confronté à la responsabilité de son existence. Librement inspiré de Tchekhov.
Lena Paugam et Antonin Fadinard s'intéressent à l'état de suspension, tendu entre désir et sidération, qui saisit l'individu confronté à la responsabilité de son existence, dans un spectacle librement inspiré des Trois soeurs.
  • La crise du désir

Depuis 2012, dans le cadre d’un vaste chantier de recherche intitulé Au point mort d'un désir brûlant, le théâtre de Lena Paugam explore un moment complexe dans la trajectoire d'un individu, d’un groupe ou d'une société, celui de la crise du désir. La metteure en scène s'intéresse à l'état de suspension, tendu entre désir et sidération, qui saisit l'individu confronté à la responsabilité de son existence. Les Sidérées, texte issu d'une commande d'écriture passée au dramaturge et comédien Antonin Fadinard, s'inspire librement de la pièce Les Trois Sœurs de Tchekhov.

Olga, Macha et Irina parlent toujours d'aller à Moscou, mais cette aspiration à une vie autre reste seulement une projection et ne devient jamais un projet susceptible d'être réalisé. En n'accomplissant pas leur désir, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, les héroïnes de Tchekhov se condamnent à l'immobilisme.

Lena Paugam s’interroge sur ce que signifie le fait de rester figer ainsi « en puissance mais jamais en acte ». Est-ce que cela ne renvoie pas à un certain renfoncement contemporain à l'action et à l'engagement politique ? C'est cette tension entre une aspiration profonde et l'absence de réaction qu'accompagne paradoxalement ce sentiment d’alerte qu'elle s'efforce d'exprimer dans son théâtre, car comme le disent ses héroïnes, « il faut vivre tout de suite, sans attendre, quoi qu'il en coute de douleurs, de deuil, d'effacement ». Avec le souci d'élaborer un langage approprié pour rendre compte d'une sensibilité au monde qui, au delà de tout récit, est éprouvée comme un état physique.

Par la Compagnie Lynceus théâtre.

  • La presse

« Ce texte foisonnant est mis en scène avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité par Lena Paugam. Il est servi par des comédiens remarquables qui savent rendre avec finesse les diverses facettes de leurs personnages.  » Jean François Picaud, Les Trois Coups

  • Note d'intention

Initiée par un trio de monologues féminins composé autour des trois phrases finales des Trois soeurs de Tchekhov (« Si l’on pouvait savoir » dit Chloé / Olga, « Il faut vivre » dit Eileen/Macha, « Je travaillerai » dit Joyce/Irina), la pièce se construit comme un commencement ininterrompu, une succession de propositions pour construire un devenir commun auxquelles viennent s’opposer les irréductibles points de vue existentiels.

Chaque personnage revendique une manière de penser et d’envisager le sens de son existence. La vente de la maison apparait comme un prétexte pour les faire dialoguer. Se succèdent seize scènes faisant alterner des tableaux vivement rythmés aux dialogues entrelacés où l’ensemble des personnages se répartissent des micro-actions de registres divers, et des scènes intimes dans lesquelles deux personnages confrontent leurs points de vue et envisagent (sans succès) une association au nom d’une attirance mystérieusement réciproque.

La pièce d’Antonin Fadinard reflète la turbulence impatiente d’une société incapable de s’entendre. Ses personnages sont constamment tendus par des fantasmes impossibles à réaliser reposant sur des principes non compris, non pensés, figés idéologiquement dans des gestes et des paroles usées. Ils héritent d’un blocage et ne parviennent pas à le dépasser, si ce n’est à la fin en jouant comme six enfants à faire la liste pléthorique de ce dont ils auraient envie.

La pièce nous invite à réfléchir sur la responsabilité qui incombe à ceux qui considèrent les cendres du passé et s’engagent aujourd’hui à reconstruire les conditions de possibilités de nouveaux lendemains.

Lena Paugam

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre de Gennevilliers (T2G)

41, avenue des Grésillons 92230 Gennevilliers

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Hauts-de-Seine Librairie/boutique Restaurant
  • Métro : Gabriel Péri à 464 m
  • RER : Les Grésillons à 1 km
  • Bus : Marché de Gennevilliers à 15 m, Place Voltaire à 293 m, Gabriel Péri - Métro à 371 m
  • Transilien : Asnières-sur-Seine à 2 km
  • Voiture : Porte de Clichy, direction Clichy-centre. Tout de suite à gauche après le Pont de Clichy, direction Asnières-centre.
    A 86 Sortie Paris Porte Pouchet. Au premier feu tourner à droite, avenue des Grésillons.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de Gennevilliers (T2G)
41, avenue des Grésillons 92230 Gennevilliers
Spectacle terminé depuis le mardi 24 janvier 2017

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

- 40%
Cookie

Théâtre de la Huchette

- 22%
Enfance

Théâtre de Poche-Montparnasse

Spectacle terminé depuis le mardi 24 janvier 2017