Les étés de la danse 2019 - Carmen

1
2
3
4
5

Mogador , Paris

Du 08 au 17 juillet 2019

MUSIQUE & DANSE

,

Danses latines

,

Festival

,

Sélection Evénement

,

Sélection Evénement

Pour sa 15e édition, le festival reçoit la Compañía Nacional de Danza de España au Théâtre Mogador du 8 au 17 juillet avec le ballet Carmen revisité par Johan Inger. Un spectacle vibrant qui vous envoûtera !
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 69 €

Prix tous frais inclus
Il n'y a plus de places disponibles pour ce spectacle.
 

Photos & vidéos

Les étés de la danse 2019 - Carmen

Chorégraphie

Johan Inger

,

José Martinez

  • Une héroïne contemporaine

Qui mieux que la Compañía Nacional de Danza de España pour épouser le tempérament passionné et fougueux de Carmen  ?

Surtout quand son directeur artistique, José Martínez, confie la chorégraphie à un homme venu du Nord, Johan Inger ! Revisitant le mythe sans jamais le trahir, le chorégraphe suédois déplace savamment le cadre originel du roman – l’usine de tabac, les abords de Séville et les montagnes de Ronda – dans un univers plus urbain et une temporalité trouble.

Jeux de miroirs démultipliant les silhouettes à l’infini, spectre lumineux entre éclats colorés et ombres noires : l’alliance du chaud et du froid donne un nouveau souffle à ce ballet qui redouble d’énergie et de volupté.

Plus que jamais Carmen est une héroïne libre, courageuse et contemporaine.

Johan Inger a créé une nouvelle version de Carmen en évitant de se limiter au romantisme de l’histoire. L’image romantique de l’amour démesuré, de la jalousie incontrôlée et de l’angoisse de l’abandon se cristallisent dans la frayeur du regard d’un enfant, témoin de l’histoire et compagnon du spectateur. La Carmen de Johan Inger ne se base pas sur une esthétique de flamenco ou de folklore espagnol mais sur celles d’un XXe siècle urbain. Les espaces, définis par des structures d’un ton gris et noir, nous plongent dans une atmosphère subtile qui nous fait penser aux années 60.

Près de deux siècles après la publication du roman de Mérimée, Carmen a échappé aux mains de son créateur. En flirtant avec le cinéma, l’opéra, la danse et même la peinture, elle est devenue un symbole, une transcendance, le véhicule parfait dont les créateurs s’emparent pour parler de liberté.

Distribution en alternance.

  • La presse

« Inger a ce don rare d'aller jusqu'au bout d'une idée en faisant souffler un vent de théâtralité sur le plateau. Surtout, le chorégraphe signe des pas de deux au cordeau, précis et expansif à la fois. » Philippe Noisette, Les Échos Week-End

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Les étés de la danse 2019 - Carmen

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment