Les créanciers

Dans un espace ouvert à l’imaginaire, trois personnages très dessinés illustrent l’analyse des relations amoureuses d’un poète visionnaire au coeur tourmenté.
Un ex-mari manipule le nouvel époux, le faisant douter mortellement de la fidélité de sa femme. Il est question de jalousie, de vengeance, de manipulation dans la société suédoise de la fin du XIXème siècle où la femme veut assumer son désir d’indépendance et de liberté.
  • Une analyse des relations amoureuses

Pour l'immense auteur suédois qu'est August Strindberg, si l'amour n'est pas une monnaie, il n'est pas un acte gratuit non plus : il laisse des créances dans le coeur des amants. Dans les liens qui se tissent, les serments qui s’échangent, chacun est créancier de l’autre et peut à tout moment venir reprendre ses gages.

Créanciers est une double histoire d’amour qui se solde entre une femme romancière renommée et deux hommes follement épris d’elle. Il est question de jalousie, de vengeance, de manipulation dans la société suédoise de la fin du XIXème siècle où la femme veut assumer son désir d’indépendance et de liberté. Subtilement, à la manière d’une histoire à suspens, vont se découdre les liens jusqu’au terme de l’aventure que l’on croirait sortie d’Othello de Shakespeare.

Dans un espace ouvert à l’imaginaire, trois personnages très dessinés illustrent l’analyse des relations amoureuses d’un poète visionnaire au coeur tourmenté.

  • La presse

« Les dialogues (...) sont de vrais moments de théâtre, tendus et bouleversants. (...)  » Télérama

  • Note d'intention

J'envisage Créanciers comme un huis-clos. Une femme, deux hommes. Trois possibilités. La pièce s'ouvrira sur la détresse des hommes.

Bien souvent la pièce de Strindberg a été envisagée avec des costumes et un décor d'époque ou minimaliste, elle n'a, en revanche, jamais été transposée au temps présent.

Le sentiment amoureux et d'abandon, la créance affective, est un sentiment intemporel et transgénérationnel. Il est d'autant plus fort quand il est vécu pour la première fois. Nos premières amours n'ont-elles pas été d'une violence rare lorsqu'elles ont pris fin ? L'idée de vengeance n'a-t-elle pas germée dans nos esprits meurtris ? Et nos rêves n'étaient-ils pas empreints de la plus dure des vérités ?

Voilà pourquoi je veux que cette pièce soit jouée par de jeunes comédiens encore fraîchement meurtris par leur propre première expérience. Des comédiens extrêmement talentueux qui donneront naturellement sans réserve ce qu'ils ont de plus intime et de plus fort en eux.

Mon but dans ce projet est, tout en respectant les codes de cette tragi-comédie, de renouveler son genre pour élargir sa diffusion à un public plus large, notamment auprès des jeunes, et ce, sans trahir les intentions et la philosophie de l'auteur.

Adolf sera un personnage très actuel, beau, tatoué et très attachant. Gustave quant à lui répondra à un style très « bobo », actuellement très répandu. Seule Tekla correspondra à une beauté classique, diaboliquement rousse et dangereusement attirante. La relation entre Gustaf et Aldolf s'enrichira d'un sentiment encore jamais soulevé. Le sentiment amoureux. Adolf ne peut pas ne pas ressentir de l'amour pour cet homme qu'il admire tant et qui lui a redonné le goût de la création. Cet artiste à la sensibilité à fleur de peau ne peut pas ne pas connaître la confusion des sentiments. Un sentiment platonique et nouveau qui planera sans jamais s'exprimer concrètement.

Une musique particulièrement adaptée et très actuelle accompagnera les moments forts de cette pièce pour en faire ressortir l'intensité des sentiments et la puissance des confessions vengeresses. Cette pièce sera donc graphique et musicale.

Une jeune danseuse, donnera vie à la statue qu'Adolf est en train de sculpter, sur une musique endiablée. Sa dancs symbolisera l'état psychologique, dégradé et proche de la mort de ce personnage tourmenté par les mises en garde de Gustaf.

Les costumes évolueront en fonction des états d'âme et la profondeur des personnages. Plutôt clairs au début, ils tireront vers le noir à la fin pour Gustav alors que Adolf verra sa tenue devenir plus clair pour mourir en blanc.

Même si le texte évoque un hall d'hôtel, l'intensité des relations constitue le seul cadre. Il faut que ce cadre soit matérialisé. L'espace doit suggérer une tension, un contraire, comme une photo et son négatif. Aucune pièce réellement définie, ni chambre, ni salon mais plutôt un sas où les personnages vont se rencontrer, s’aimer, se déchirer et se détruire.

Un paravent en forme de vague comme une onde, une méridienne de psychologue faisant plutôt office de lit mortuaire, une statue grandeur nature sous une étoffe de soie, un fauteuil trop petit pour être confortable et un guéridon composeront le décor de cette pièce atemporelle.

Sélection d’avis du public

Tension et émotion Par FRANCOIS M. - 4 avril 2016 à 10h04

Pour un texte très dense et très tendu, comme toujours chez Strindberg, une réelle intensité du jeu des acteurs et des affrontements très convaincants. Une réelle émotion et une grande force.

Époustouflant, magique, transcendant ! Par Emilie R. - 30 mars 2016 à 09h40

Une mise en scène et un jeu d'acteur de très grande qualité !

magnifique et intense Par Martine R. - 27 mars 2016 à 15h43

La mise en scène proposée par Frédéric Fage provoque des émotions intenses. Le jeu des acteurs vous embarque dans une passionnante histoire d amour. Le lieu se prête à l intimité désirée. La Magie de la danse et l intensité de la musique renforcent toutes les émotions ressenties. A voir absolument

spectacle très prenant Par ALAINP - 1er février 2016 à 18h24

mise en scène fluide d'une diabolique vengeance d'un homme jaloux trois acteurs jeunes, beaux et talentueux

Synthèse des avis du public

4,5 / 5

Pour 13 Notes

54%
38%
8%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

4 15 5
Tension et émotion Par FRANCOIS M. (1 avis) - 4 avril 2016 à 10h04

Pour un texte très dense et très tendu, comme toujours chez Strindberg, une réelle intensité du jeu des acteurs et des affrontements très convaincants. Une réelle émotion et une grande force.

Époustouflant, magique, transcendant ! Par Emilie R. (1 avis) - 30 mars 2016 à 09h40

Une mise en scène et un jeu d'acteur de très grande qualité !

magnifique et intense Par Martine R. (1 avis) - 27 mars 2016 à 15h43

La mise en scène proposée par Frédéric Fage provoque des émotions intenses. Le jeu des acteurs vous embarque dans une passionnante histoire d amour. Le lieu se prête à l intimité désirée. La Magie de la danse et l intensité de la musique renforcent toutes les émotions ressenties. A voir absolument

spectacle très prenant Par ALAINP (13 avis) - 1er février 2016 à 18h24

mise en scène fluide d'une diabolique vengeance d'un homme jaloux trois acteurs jeunes, beaux et talentueux

Mise en scène très intéressante. Le 28 janvier 2016 à 12h16

Une mise en scène très intéressante qui rend la pièce parfaitement intemporelle ; la présence de la danseuse (excellente) au début et entre la 1ère et la seconde scène apporte une très belle expression du "subconscient" des personnages. Peut être Gustave pourrait-il paraître davantage cynique.

Le 20 janvier 2016 à 18h30

Un tableau de Caravaggio signé Strindberg

fascinant Par Gladys H. (1 avis) - 20 janvier 2016 à 11h18

Le décors minimaliste permet d'apprécier pleinement le talent des acteurs et du metteur en scène . La musique et la danse ajoutent une dimension onirique à l'exaltation des sentiments. Du bel art. Gladys H.

Excellent Par Nathalie E. (1 avis) - 14 janvier 2016 à 15h05

C'est une adaptation de tres haut vol pour cette pièce au texte si fort. Un moment magique.

Un rêve Par Marilyne D. (2 avis) - 14 janvier 2016 à 15h01

Quel merveilleux moment. Ce spectacle est d'un esthétisme incroyable. Les acteurs sont surprenants. À voir sans hésiter.

Les Créanciers Par PHILIPPE B. (2 avis) - 14 janvier 2016 à 10h35

Belle mise en scène, superbe jeu d'acteurs, on sort de là fasciné et intrigué...

les Créanciers Par Marie-Odile M. (1 avis) - 14 janvier 2016 à 08h59

Très bons spectacle. Beaucoup d'énergie, de jeunes acteurs talentueux, une bonne soirée!

Les créanciers Par Julien F. (5 avis) - 13 janvier 2016 à 11h05

De jeunes acteurs convaincants, un décor faiblard, des costumes bien légers : Est-il utile que les jolis acteurs masculins soient demi-nus, même si leurs anatomies ne sont pas désagréables.. Les moments musicaux et dansés étrangers à Strindberg ne paraissent pas indispensables.

du très grand Strindberg Par Muriel L. (1 avis) - 27 décembre 2015 à 18h08

Pour avoir assisté a la générale, je peux vous dire que c'est du grand, du très grand Strindberg. La mise en scène, les comédiens, tout y est remarquable...Et j'oubliais la musique...magnifique. Bravo.

Informations pratiques

Studio Hébertot

78 bis, boulevard des Batignolles 75017 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Batignolles
  • Métro : Rome à 156 m, Villiers à 274 m
  • Bus : Rome - Batignolles à 70 m, Villiers à 172 m, La Condamine à 284 m, Mairie du 17e à 330 m, Europe à 379 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Studio Hébertot
78 bis, boulevard des Batignolles 75017 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 23 avril 2016

Pourraient aussi vous intéresser

- 31%
L'Épreuve

La Scala Paris

Les Démons

Comédie-Française - Salle Richelieu

- 15%
Illusions perdues

Théâtre de l'Atelier

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

Spectacle terminé depuis le samedi 23 avril 2016