Le déni d'Anna

Lucernaire , Paris

Du 15 mars au 24 mai 2017
Durée : 1h40

COMEDIE & BOULEVARD

,

Coups de coeur

,

Comédie dramatique

Un noyau familial assiste, démuni, à la disparition de la mère. Pour ne pas en pleurer, chacun s’engouffre dans un tonitruant déni familial. Quand 20 ans plus tard, les enfants réclament l’urne de la défunte, personne n’est fichu de savoir où elle est passée. Une tragi-comédie avec de très bons acteurs à l’humour irrésistible !
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 24 mai 2017

 

Photos & vidéos

Le déni d'Anna

De

Isabelle Jeanbrau

Mise en scène

Isabelle Jeanbrau

Avec

Maxime Aubry

,

France Cartigny

,

Benjamin Egner

,

Mathias Guallarano

,

Karine Huguenin

,

Daniel Jea

,

Cécile Magnet

,

Bertrand Noël

,

Sandra Parra

,

Thibaut Wacksmann

  • Tragi-comédie familiale

Chez les Dunel, quand Anna disparaît, chacun réagit comme il peut : faire les courses, s'engueuler, refouler son chagrin, rire aux éclats, danser la musique à fond, se faire engueuler aussi, préparer en boucle les menus de la semaine, avoir des tocs, poser trop de questions aux adultes. Dans un hymne à la vie, chacun y va de son énergie à interdire la douleur.

Vingt ans plus tard, Diane et Matthieu, devenus adultes, décident de récupérer l'urne de leur mère. Mais bon sang ! D'ailleurs, où elle est passée cette urne ?

Distribution en alternance.

  • La presse

« De manière vive et astucieuse, Isabelle Jeanbrau met en scène une famille qui voit la vie basculer après la mort de la mère. Le spectacle, bien joué, parle d'un sujet grave mais avec légèreté et parfois drôlerie. » Télérama TT

« Une équipe qui, telle un Splendid du XXIe siècle, donne un nouvel éclat à la comédie populaire en bousculant les codes du genre comique. » WebThéâtre

« Un travail théâtral qui se révèle au final d'une force dramatique inoubliable. Dans la lignée des pièces d'Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri. » Froggy's Delight

  • Notes d’intention

La pièce
Faire faire la grimace au drame : rien de plus grotesque ! Ce qui m’importe en tant qu’auteure, c’est avant tout de faire rire de ce tragi-comique dans lequel le déni entraîne les personnages. Peindre une famille écrasée par le drame et qui se lance à corps perdu dans la négation du chagrin. La mort presque transmuée en source de joie par des adultes hagards qui réfutent tout tragique pour épargner de la douleur aux enfants.

La pièce se déroule sur trois tableaux que vingt années d’une vie désormais sans la mère, séparent… Adultes, les enfants prennent enfin la parole et viennent récupérer « leur mère » pour la mettre là où chacun lui refuse sa place : au cimetière.

Les personnages se parlent sans cesse sans jamais s’écouter. Chacun ne pense qu’à continuer à vivre, à manger, dormir, se soucier des petites choses du quotidien. La drôlerie des situations autant que leur gravité mènent la danse. Drame que cette comédie humaine ! À fuir de toutes ses forces le chagrin, cette famille danserait presque sur le lit de mort de la mère, pour l’exorciser rendant les situations loufoques. Mais la petite musique de la mort rôde… Ainsi la guitare vient faire entendre le personnage de la mère mourante, puis défunte, partition émotionnelle de ce personnage qu’on ne voit jamais, murmure des non-dits au sein de cette trop humaine famille…

La mise en scène
« Le Déni d’Anna est un spectacle qui pousse au fou rire. Les adultes de la pièce s’épuisent à préserver les enfants du chagrin, de la violence de la vie qui pourtant n’épargne personne… La profonde douleur, parce qu’elle est refoulée chez les personnages adultes, fait sombrer les uns et les autres dans des comportements excessifs de déni. En conséquence, des situations ahurissantes tant elles sont tragi-comiques… La mise en scène éclaire ce déni, dindon de la farce, décline cette grande fresque familiale comme un oeil cinématographique. Et les acteurs dans un jeu très réaliste soulignent l’irrésistible comique inhérent au refoulement de la souffrance chez les personnages.

Le texte navigue dans une partition musicale : celle des émotions humaines, les avouées et les non-dites. La lumière comme la musique live racontent le coeur de l’atmosphère. Le découpage de l’espace scénique par la lumière, tantôt pour mettre en exergue certains dialogues, tantôt pour laisser la place à un émotionnel sans mot, pose une mise en scène sobre au service des situations.

À jardin en fond de scène, une lumière chaude raconte la chambre de la mère. Tel un coeur qui bat à l’unisson des parties musicales… Le choix d’une musique interprétée dans le temps réel de l’histoire, sur le plateau, par un guitariste et un batteur crée une forme d’étrangeté, participe du mystère évanescent du personnage de la mère… Au centre de la scène, dans un décor simple et symbolique, les cinq personnages encadrés des deux musiciens évoluent dans les limites de cette vie de famille. »

Isabelle Jeanbrau

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le déni d'Anna

8 Notes

8 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(5)

Très bon


(1)

Bon


(2)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Maryse H. (17 avis) 23 mai 2017

Le déni d'Anna Texte très subtil sur le sujet de la mort qu'on a du mal à évoquer à notre époque. Comment chacun parvient à se remettre de la disparition d'un être cher. Les acteurs sont tous convaincants. Une soirée émouvante.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Gwenaelle L. (1 avis) 15 mai 2017

Un bon moment Un début plutôt plombant, mais la suite est bien: le texte m'a plu, il y a de bonnes répliques qu'on a envie de retenir. Il y a de l'humour, on éclate de rire. Les personnages sont touchants, même si j'ai un faible pour le père et ses enfants adultes. Le thème du décès est bien traité. Les acteurs jouent bien, même si certains crient beaucoup. Quant aux musiciens, leur présence sur scène est vraiment bienvenue, mais ils font des têtes d'enterrement. Est-ce pour rester dans le thème?
0
0
1
2
3
4
5
Par

Maria-teresa Z. (13 avis) 08 mai 2017

Acteurs excellents Très bon moment on arrive à sourire et même rite bien que le sujet ne soit pas drôle du tout, au fond. Excellent ponctuation par la musique tout le long drôle la pièce. Mise en scène très originale. Bravo à tous!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Victor S. (1 avis) 09 avril 2017

touchant Autour du drame, ces deux enfants nous transmettent leur humanité et leur force. La musique, sert une mise en scène subtile, moderne et rythmée.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Marie B (9 avis) 02 avril 2017

Bravo aux acteurs et musiciens Le sujet de la pièce est intéressant mais m'a parfois (surtout au premier acte) laissée perplexe. Mais a voir parce que les acteurs sont excellents et la mise en scène musicale vraiment originale
0
0
1
2
3
4
5
Par

Denis M. (1 avis) 21 mars 2017

Bravo Le sujet du décès d'une mère est traité ici avec justesse et tendresse, le tout éclairé par une musique qui joue un rôle essentiel. Les personnages sont attachants et on ne tombe jamais dans le larmoyant bien au contraire, tant les tocs du père sont amusants. Je vous encourage donc tous à allez voir cette pièce, qui mérite de rencontrer un nombreux public.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Elvyre A. (15 avis) 16 mars 2017

Une belle réussite ! Faire rire avec du triste est un pari osé que ces acteurs ont relevé avec brio ! Mention spéciale pour Benjamin Egner qui joue à merveille le père, qui refoule sa souffrance à outrance pour se protéger lui et ses enfants. Touchant, et cruellement drôle !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Clara33 (4 avis) 15 mars 2017

A voir ABSOLUMENT ! Ayant eu la chance de voir la pièce lors de sa présentation fin 2016, j'y cours la revoir... Un très beau texte, des comédiens et musiciens pleins de talents qui nous portent de l'émotion au rire...Un rire irrésistible !
0
0

Spectacles consultés récemment