Le Balcon aux enfers

1
2
3
4
5

Les Voûtes , Paris

Du 19 au 21 juillet 2012
Durée : 1h30

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

Le Balcon, collectif de jeunes musiciens enthousiastes, adoubé par Pierre Boulez, refuse les frontières entre musique classique et contemporaine, entre concert et expérience. Démonstration d’un éclectisme revendiqué avec les créations de deux compositeurs colombiens. Dans le cadre de Paris quartier d'été.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 21 juillet 2012

 

Le Balcon aux enfers

De

Pedro Garcia-Velasquez

,

Marco Suarez Cifuentes

Avec

Valentin Brucke

,

Julie Brunet-Jailly

,

Gianni Caseroto

,

Elise Chauvin

,

You-Jung Han

,

Juliette Herbet

,

Claire Lûqiens

,

Camille Merckx

,

Adrien Pinot

,

François-Xavier Planqueel

,

Ghislain Roffat

,

Olivia Stahn

Pourquoi se pencher sur le Balcon ? Pour sentir l’arrivée d’un air nouveau et être aux avant-gardes de ce que l’on verra bientôt venir. Ce collectif de jeunes musiciens enthousiastes, adoubé, excusez du peu, par Pierre Boulez, refuse les frontières entre musique classique et contemporaine, entre concert et expérience. Démonstration d’un éclectisme revendiqué avec les créations de deux jeunes compositeurs colombiens.

Jouer aussi bien Fauré que Stockhausen, interpréter Mahler sur des instruments sonorisés… Pourquoi pas ? Compositeurs, instrumentistes, chanteurs ou ingénieurs du son, les membres du collectif Le Balcon ont l’âge des audaces et la culture des rébellions. Pour preuve, c’est sous les Voûtes de l’ancienne gare frigorifique de Paris-Ivry, un lieu arty intrigant et peu dévolu aux concerts classiques qu’ils ont décidé de présenter deux créations non moins étonnantes.

La première, composée par Pedro Garcia-Velasquez et réalisée par Luis Nieto, s’intitule Plip et elle s’inspire de l’une des nouvelles du Livre de sable de Jorge Luis Borges, Utopie d’un homme qui est fatigué, esquisse mélancolique d’une autre société possible. Pièce audiovisuelle en deux parties pour 9 instruments acoustiques, électronique et installation vidéo, Plip jette les bases d’un lieu fantastique, où la perception et la mémoire du spectateur sont sans cesse mises en doute. Qu’a-t-on vraiment vu, entendu ? Et est-ce seulement important de le déterminer ? Comme l’écrit Borges : « Personne maintenant ne s’intéresse aux faits. Ce ne sont que de simples points de départ pour l’invention et le travail de l’esprit. »

L’autre pièce, L’Enfer musical, Trois monologues, de Marco Antonio Suarez Cifuentes et Émilie Aussel, est un opéra construit comme une fiction poétique, proposant, dans trois espaces différents trois regards sur une seule femme, représentée par trois chanteuses différentes. Cette femme aux multiples visages, c’est la poétesse argentine Alexandra Pizarnik, dont L’Enfer musical dessine un portrait en mouvement. Ses poèmes et journaux, écrits entre 1954 et 1971, révèlent un regard acéré sur le monde, tantôt lumineux, tantôt sombre, évoquant aussi bien Robert Walser que Franz Kafka. La forme se fait ici l’écho de ses interrogations, par un jeu de décalage et de démultiplication des points de vue, et le flux et le reflux d’une pensée qui virevolte sur elle-même, jusqu’à s’interroger : « Si je suis folle, pourquoi est-ce je me plie aux conventions ? »

Compositeurs : Pedro Garcia-Velasquez et Marco Suarez Cifuentes
Par l'ensemble Le Balcon, direction musicale Maxime Pascal.

Dans le cadre de Paris quartier d'été.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le Balcon aux enfers

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment