La peste

1
2
3
4
5

Déchargeurs , Paris

Du 09 novembre au 21 décembre 2019
Durée : 1h15

CONTEMPORAIN

A Oran, un jour d’avril 1940, le docteur Rieux découvre devant le palier de sa porte un cadavre de rat. Quelques jours plus tard, six mille sont retrouvés morts. A travers le regard du docteur et sous la forme d’une chronique, nous suivons l’enlisement de toute la population d’une ville confrontée à la réminiscence d’un fléau que tous pensaient révolu : la peste. Face à la maladie, la ville ferme ses portes, les réactions divergent et les luttes commencent à s’organiser.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 20 € au lieu de 31,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Photos & vidéos

La peste

De

Albert Camus

Adaptation

Nordine Marouf

Mise en scène

Nordine Marouf

Avec

Nordine Marouf

  • Le chef d'oeuvre de Camus

A Oran, un jour d’avril 1940, le docteur Rieux découvre devant le palier de sa porte un cadavre de rat. Quelques jours plus tard, six mille sont retrouvés morts. A travers le regard du docteur et sous la forme d’une chronique, nous suivons l’enlisement de toute la population d’une ville confrontée à la réminiscence d’un fléau que tous pensaient révolu : la peste. Face à la maladie, la ville ferme ses portes, les réactions divergent et les luttes commencent à s’organiser.

  • La presse

« Nordine Marouf, passeur idéal de la pensée et de l’écriture d’Albert Camus. » Le Figaro

« Nordine Marouf, en passeur, porte, avec justesse, une parole actuelle, forte, vivifiante. » L’Humanité

« Un moment de théâtre fraternel et pur. C'est la probité de Nordine Marouf qui frappe. » Le Figaroscope

  • Note d'intention

J’ai choisi Albert Camus pour l’homme qu’il était avant tout. Il n’hésitait pas, pour défendre ses idées, à dénoncer les inégalités, à prendre le risque de se mettre en situation inconfortable, voir en danger. Il était un homme intègre refusant toute compromission. De ce fait, l’homme engagé et l’écrivain ne faisaient qu’un, l’un servant à l’autre et vice et versa.

Albert Camus, que rien ne prédestinait à un parcours exceptionnel, est l’exemple même de la victoire sur le déterminisme : de son enfance à Mondovi (Algérie) à son prix Nobel (1957).

J’ai choisi aussi Albert Camus pour remettre en lumière ses valeurs humaines et ainsi montrer que par son parcours tout est possible. Aujourd’hui, cet écrivain continue à nourrir la réflexion de nos contemporains. Pour moi, bien plus qu’un écrivain il était un témoin de son temps, une conscience universelle.

Nordine Marouf

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La peste

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment