J'ai terriblement envie de vivre

Petit Saint-Martin , Paris

Du 17 septembre au 20 décembre 2014
Durée : 1h40

CONTEMPORAIN

,

Biopic

,

Coups de coeur

Après Romain Gary, Bruno Abraham-Kremer nous fait découvrir la vie, l'oeuvre, les amitiés d'Anton Tchekhov. A travers sa correspondance, ses pièces, ses récits, une plongée sensible dans les coulisses de la création d'un auteur à la fois drôle et tragique, profondément humain.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 20 décembre 2014

 

Photos & vidéos

J'ai terriblement envie de vivre

De

Anton Tchekhov

Adaptation

Bruno Abraham-Kremer

,

Corine Juresco

Avec

Bruno Abraham-Kremer

  • Raconter la vie d’Anton

Après La Promesse de l’Aube d’après Romain Gary et La vie est une géniale improvisation d’après Vladimir Jankélévitch, J’ai terriblement envie de vivre d’après les écrits d’Anton Tchekhov.

Tout le monde a entendu parler de Tchekhov, l’auteur le plus joué actuellement dans le monde, le plus aimé des acteurs… mais qui connaît vraiment Anton ? Pourquoi ce petit-fils de serf, né en 1860 dans une obscure province russe, nous parle toujours si profondément de nous-même, comme si nous étions ses contemporains, ses frères ? Comment est-il devenu un tel écrivain ?

C’est ce mystère que nous voulons partager avec le public : écouter Tchekhov lui-même, raconter la vie d’Anton. Et quel meilleur espace pour le rencontrer, qu’un plateau de théâtre ? Lui, qui fut l’inventeur du théâtre moderne ! À travers ses lettres, en résonnance intime avec son œuvre littéraire et théâtrale, Anton dévoile, avec un humour féroce, sa « terrible envie de vivre ». Il se révèle comme un personnage. Tchekhovien par excellence ! Et nous invite à devenir les « acteurs » de nos vies. « Surtout, ne jouez pas, disait-il aux acteurs… essayer d’Être ! »

Corine Juresco et Bruno Abraham-Kremer

  • Notes de Corine Juresco et Bruno Abraham-Kremer

Pourquoi Tchekhov est-il l’auteur le plus joué dans le monde ? Il semble que son oeuvre réponde à cette « crise de l’humanité » que nous traversons en ce début de XXI ème siècle, une vraie crise du sens ! Tchekhov est l’homme de tous les paradoxes : petit-fils de serf, enfant battu en quête d’absolue liberté, écrivain, homme de théâtre et médecin, médecin et malade, idéaliste et réfractaire à toutes idéologies, pacifique et révolté, souffrant du manque d’argent, et généreux avec tous, soignant les pauvres gratuitement ; avec, au fond du coeur, cette haine de toutes les tyrannies – des parents sur les enfants, des hommes sur les femmes, des puissants sur les faibles… Si drôle et tragique, si cruellement tendre avec le genre humain, décrivant les hommes sans complaisance, mais sans jamais les juger…

Sa voix, comme le dit si bien Vassili Grossman, est aussi une « voie », celle d’une vraie démocratie « humaine » qui remettrait l’homme au centre de tout : « Tchekhov a fait entrer dans nos consciences toute la Russie dans son énormité ; des hommes de toutes les classes, de toutes les couches sociales, de tous les âges… Mais ce n’est pas tout ! Il a introduit ces millions de personnes en vrai démocrate, comprenez-vous ? Il a dit comme personne ne l’a fait avant lui, pas même Tolstoï, que nous sommes avant tout des êtres humains ; comprenez-vous : des êtres humains !

Il a dit que l’essentiel, c’était que les hommes sont des hommes, et qu’ensuite seulement, ils sont évêques, russes, boutiquiers, tatares, ouvriers. Vous comprenez ? Les hommes sont bons ou mauvais non en tant que Tatares ou Ukrainiens, ouvriers ou évêques ; les hommes sont égaux parce qu’ils sont des hommes. »

Nous approchons Tchekhov comme des amoureux, tout en douceur, comme il était, en essayant de garder la tête la plus froide possible… et peu à peu, nous découvrons le mystère qui se tisse entre sa vie, et son oeuvre immense : 4 500 lettres, 635 nouvelles, ses notes de Sibérie, ses carnets, 16 pièces, plusieurs milliers de lettres échangées… alors… en route !

Le spectacle est un voyage… Il nous raconte son enfance à Taganrog, sa jeunesse à Moscou, ses premières expériences de médecin, l’immensité de la steppe, ses succès – et ses échecs ! - dans les théâtres de Saint-Pétersbourg, sa traversée de la Sibérie jusqu’au bagne de Sakhaline, ses amours avec les actrices, son bonheur à Melikhovo où il écrira La Mouette… son séjour à Nice où il prend la défense du capitaine Dreyfus ; son exil forcé à Yalta, son dernier amour avec la belle Olga Knipper et sa lutte contre la tuberculose, jusqu’à sa mort, à Badenweiler, en 1904… une coupe de champagne à la main !

... dans les coulisses de sa création. « J’ai terriblement envie de vivre ! », nous dit le personnage de Platonov, le pistolet sur la tempe. Mais où Tchekhov puise-t-il cet appétit de la vie, cette vigueur ironique, qui jaillit dès sa première pièce - écrite à 19 ans - et qui animera toute son œuvre, jusqu’à sa mort…

D’où surgissent Ivanov, La Mouette, Oncle Vania, Les trois soeurs, La Cerisaie ?... C’est ce qu’on découvre à l’écoute de ses lettres adressées à ses frères, sa sœur, ses éditeurs, ses amis - Souvorine, Tolstoï, Gorki -, et peu à peu, on entre dans le secret de sa création, depuis ses premiers récits dans les revues humoristiques, jusqu’à l’incroyable aventure du « Théâtre d’Art de Moscou-Accessible à tous », avec Stanislavski, Nemirovitch-Dantchenko, Meyerhold… Un compagnonnage qui fera d’eux les inventeurs du théâtre du XXème siècle… et de lui le précurseur de l’écriture dramatique contemporaine.

Oui, c’est un pur bonheur, d’être là, dans l’intimité du théâtre, et d’entendre Tchekhov lui-même nous parler de sa vie. Comme le disait Gorki, « il fait bon se rappeler un tel homme, votre vie recouvre aussitôt sa vigueur, elle reprend un sens clair. »

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : J'ai terriblement envie de vivre

10 Notes

14 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(3)

Très bon


(3)

Bon


(4)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Catherine D. (1 avis) 22 décembre 2014

j'ai terriblement... aimé cette interprétation très incarnée de la littérature de tchekov , une très belle introspection sur le théâtre dans le théåtre aussi, et qui m'ont donné envie de me replonger dans ses oeuvres , peut-être "les trois soeurs" ä la Cartoucherie " Belle chance ä Bruno Kremer !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Marie louise V. (29 avis) 15 décembre 2014

une belle évocation j'ai beaucoup apprécié la présence et le jeu de B A K, mais après Jankélévitch cela m'a semblé plus terne, le titre génère une attente et une pulsion que l'on ne sent pas vraiment - merci en tous cas de m'avoir donné envie de voir ou revoir les pièces de Tchekov
0
0
1
2
3
4
5
Par

Geneviève C. (3 avis) 05 décembre 2014

Décevant Je suis l'acteur depuis longtemps, mais je trouve que ce Tchekov est ennuyeux jusqu'au moment où Olga fait irruption dans sa vie - ce qui veut dire la dernière demi-heure. On est loin du Gary. Peut-être faudrait-il que BAK change d'inspiration ?
0
0
1
2
3
4
5
Par

Geneviève C. (3 avis) 05 décembre 2014

Décevant Je suis l'acteur depuis longtemps, mais je trouve que ce Tchekov est ennuyeux jusqu'au moment où Olga fait irruption dans sa vie - ce qui veut dire la dernière demi-heure. On est loin du Gary. Peut-être faudrait-il que BAK change d'inspiration ?
0
0
1
2
3
4
5
Par

Sylvie G. (29 avis) 27 novembre 2014

Un gros travail sur l'homme, sa vie, son oeuvre...et une bonne interprétation, mais il manquait ce petit quelquechose qui crée l'émotion, que l'on s'attendait à ressentir comme dans la ''Promesse de l'aube''.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Monique H. (9 avis) 06 novembre 2014

Un spectacle de vrai théatre grâce à ce merveilleux acteur auteur qu'est Bruno Abraham Kremer que je suis depuis des années à commencer par ce petit bijou qu'était monsieur Ibrahim et les fleurs du coran à ne pas rater .
0
0
1
2
3
4
5
Par

FRANCOISE L. (1 avis) 10 octobre 2014

ambiance tchekovienne maximale une excellente performance d'acteur et un décor parfait pour nous transporter dans l'âme de la Russie profonde qu'a étudiée Tchekov tout au long de sa courte vie : un beau voyage dans le temps mais avec des messages si actuels. A voir !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Catherine P. (1 avis) 09 octobre 2014

Superbe Trop rare spectacle - sensible, fouillé, sans artifices, une magnifique prestation d'un auteur chercheur interprète à l'approche originale et passionnante.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Yves S (4 avis) 28 septembre 2014

J'ai terriblement envie de vivre Pas mal du tout.... Beau spectacle et très belle performance d'acteur
0
0
1
2
3
4
5
Par

joeld (3 avis) 28 septembre 2014

encore un beau voyage Après Gary, Jankélévitch, Tchekhov....B A Kremer possède le grand art de nous transporter avec les personnages qu'il interprète, tout en finesse et profondeur, cette fois ci moins d'émotion, mais un grand message, ce qui caractérise un artiste c'est son insatisfaction devant le monde tel qu'il est.......VRAIMENT "du grand Art"
0
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment