Histoires d'hommes

A la Folie Théâtre , Paris

Du 25 janvier au 31 mai 2018
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Et si des femmes vous livraient sans fard leur version de l'Amour ? Et quelques clés pour l'atteindre... ? Un seule en scène émouvant et pétillant.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 € au lieu de 22,50 € 14,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Histoires d'hommes

De

Xavier Durringer

Mise en scène

Roger Kom

,

Caroline Rabaliatti

Avec

Mina Ségui

  • Des monologues de femmes

Et si des femmes vous livraient sans fard leur version de l'Amour ? Et quelques clés pour l'atteindre... ? Un seule en scène émouvant et pétillant.

Ce sont des monologues de femmes qui parlent des hommes, des instants de vie et de souvenirs tenaces, des amours perdus ou rêvés, de la solitude et du bonheur espéré avec une détermination poignante.

  • L'actrice

Le projet d’incarner sur scène « Histoires d’Hommes » s’est imposé à moi dès la première lecture.

Pourquoi ?

Histoires d’Hommes est un cri, un appel lancé à toutes les femmes, pour leur dire : « Ne laissez pas filer vos vies. L’amour ne peut être fondé ni sur un combat, ni sur une soumission, ni sur un contrôle de l’autre, mais sur la confiance et le partage. Ne lâchez pas vos rêves, n’en ayez pas peur, ne renoncez pas. Certes, ne vous « bousillez» pas en acceptant l’inacceptable, restez lucides et exigeantes, mais n’oubliez pas la confiance. L’amour, le vrai est à votre portée si vous le voulez vraiment, si vous y croyez. Prenez aussi le risque de la rencontre avec un homme et ne restez pas figées sur des concepts, des jugements mais vivez l’amour. En cherchant à vous protéger, à tout contrôler pour ne plus souffrir, vous vous isolez. Vous vous croyez libres ? N’êtes-vous pas en fait prisonnières de vos craintes et de votre soif d’absolu ? ».

En somme, Xavier Durringer, par le monologue, témoigne avec délicatesse, tendresse et bienveillance, beaucoup d’espièglerie et d’humour aussi, et toutefois sans aucune complaisance, de l’histoire de femmes multiples et universelles qui parlent des hommes de leur vie et de leur difficulté à vivre leur rêve d’amour avec un grand « A ».

Il rend compte avec justesse de l’humanité des femmes, nous les montrant à la fois, fragiles et fortes, intraitables et généreuses, courageuses et manipulatrices, touchantes et souvent blessées, sombres et lumineuses, dignes avec un soupçon de folie. A travers elles, il nous interpelle sur l’éternelle difficulté d’aimer. Peut-être même nous suggère-t-il d’autres chemins qui mènent à l’amour ?

C’est ce vibrant et généreux hommage rendu aux femmes dans leur quête de l’amour qui résonne en moi depuis la première lecture. Elles qui m’ont tant touchée par leur force, leur fougue, leur tempérament, je n’ai vraiment pas pu résister à l’envie de les faire vivre ! J’espère pouvoir vous faire partager ce ressenti, et vous faire découvrir ou redécouvrir l’écriture sensible, tendre, forte, franche, instinctive, qui utilise les mots de la rue, de Xavier Durringer.

Pour m’accompagner dans cette aventure, j’ai confié à Alain Bousigue la mise en scène de ce projet fin 2015, convaincue par sa perception de l’écriture de Xavier Durringer, et par son enthousiasme.

Mina Ségui

  • Note de mise en scène

Les oeuvres de Marcel Duchamps, l’esthétique un peu glamour et rétro des films de David Lynch, avec des réminiscences des années 50 et 60 pour évoquer une femme d’hier et d’aujourd’hui, la femme post seconde guerre mondiale qui va, petit à petit, chercher à s’émanciper de son rôle de femme parfaite, sorte de Geisha des temps modernes : la taille corsetée, le buste généreux, le sourire cathodique aux lèvres, dont la fonction principale était de se mettre au service de son homme, à ses petits soins capricieux, de tenir la maison impeccable et de bien élever la marmaille, dans l’abnégation et le sacrifice de ses propres besoins de femme. Des femmes élevées par d’autres femmes. Une aberration de la nature, une oeuvre composite, façonnée de toute pièce par une société, à l’époque, encore très masculine. Le vieux fantasme de la femme idéale. Mère nourricière de tous les désirs de l’homme. Mais aussi, une femme universelle qui à l’instar des héroïnes de David Lynch, s’érige au rang de martyre, de furie, de gorgone, de « Madre dolorosa », de madone, de déesse de l’amour et du sexe. Car il est question de porter le don de soi, le courage, la banalité, l’ennui, la déception, le marasme, le trouble, l’aveuglement, l’ivresse, la douleur, la laideur, au sublime. En faire une force. En faire une oeuvre d’art. Les femmes des textes de Durringer s’engagent dans une quête, un parcours initiatique avec une soif de se trouver. Une rage d’aimer. C’est aussi l’univers épuré et viscéral, parfois surréel et sans concession de Wajdi Mouawad ou encore de Hans Peter Cloos. Une esthétique Rock & Roll ponctuée d’accents électriques ou percussifs avec l’accompagnement d’une batterie et/ou d’une guitare électrique.

C’est à l’occasion d’échanges à propos de la méthode « Acting is Connecting », créée et développée par Caroline Rabaliatti au sein du CRCA - Centre de Recherches et de Créations artistiques d’adlib444 – qu’elle fait d’abord la rencontre de Mina. Elles partagent déjà une vision en adéquation sur le sujet. Puis, après avoir vu Mina sur scène, appréciant sa grande sensibilité d’actrice, elles partagent leurs visions étonnamment proches des textes de Durringer.

Se sentant très en affinité avec elle, tant sur le plan humain que sur celui des références artistiques, c’est tout naturellement que Caroline accepte la proposition de mettre en scène Histoires d’Hommes et d’établir un partenariat entre adlib444 et la Cie Comme des Pépites : une collaboration des plus fructueuses.

Avis du public : Histoires d'hommes

3 Notes

3 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(3)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

LIONEL P. (1 avis) 21 mars 2017

que d'emotions !!! Mina est tellement touchante, tellement vraie, tellement juste et si douce, l'espace d'un instant on en regretterait presque d'être un homme. Allez-y vite, il n'y en aura pas pour tout le monde....
0
0
1
2
3
4
5
Par

Claire B. (1 avis) 06 février 2017

belle performance pour de très beaux moments d'émotions allez y ! le coeur des femmes, touchantes, drôles, parfois pleines de paradoxes et de dérision
0
0
1
2
3
4
5
Par

Marine H. (1 avis) 01 février 2017

Génial! On passe du rire aux larmes. On peut se reconnaitre dans les différentes scènes. Et la capacité de Mina à passer d'un personnage à une autre est remarquable. Je conseille vivement!
0
0

Spectacles consultés récemment