Feel Good

Manufacture des Abbesses , Paris

Du 18 mai au 02 juillet 2022

CONTEMPORAIN

,

Société

La rencontre de deux galériens qui décident de saisir leur dernière chance en organisant un braquage. Mais un braquage sans violence, sans arme, sans victime et... sans rien à voler.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 € au lieu de 29,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Consignes sanitaires
La présentation du pass vaccinal est suspendue dans tous les endroits où il était exigé. Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé.
 

Feel Good

De

Thomas Gunzig

Adaptation

Leïla Moguez

,

Nicolas Morvan

Mise en scène

Leïla Moguez

,

Nicolas Morvan

Avec

Leïla Moguez

,

Nicolas Morvan

  • Le spectacle

Feel Good, c'est l'histoire d'Alice, mère célibataire à bout de force et de ressources, qui décide d'enlever un bébé riche et de demander une rançon. Et puis c'est aussi l'histoire de Tom, écrivain en manque de reconnaissance, qui trouve sur son pare-brise une demande de rançon qui ne lui était pas destinée.

La rencontre de deux galériens qui décident de saisir leur dernière chance en organisant un braquage. Mais un braquage sans violence, sans arme, sans victime et... sans rien à voler.

  • Note d'intention

Nous aimons tous les deux, depuis longtemps, l’univers de Thomas Gunzig. Leïla Moguez a d’ailleurs monté en 2017 Et avec sa queue il frappe !, pièce qui parle de la transmission d’un père à son fils. Quand son dernier roman, Feel Good, est sorti, il nous est vite apparu que le porter à la scène avait  un vrai sens. Parce que Feel Good traite d’un sujet de société : l’argent. Un sujet si présent, si fondamental  qu’il  en  devient  un  véritable  questionnement  philosophique. Dans nos sociétés, peut-on exister sans argent ? Et que devient la morale quand on a vraiment besoin d’argent ?

Feel good est une satire féroce qui dénonce les inégalités sociales et la précarité grandissante dans nos pays pourtant si riches. Thomas Gunzig parle de vivre en étant "tout juste". Cette expression revient comme un mantra dans la vie d’Alice. Tout juste pour les fins de mois, tout juste pour manger, tout juste pour payer les factures... "Tout juste" c’est une expression plutôt anodine. Ça arrive d’être "tout juste"...  Alice qui élève seule son enfant avec un salaire modeste est tous les mois "tout juste". Elle sait qu’elle peut à tout moment basculer dans la misère, la vraie. Ce qui lui arrive quand elle perd son emploi. Alice est une héroïne à laquelle on peut facilement s’identifier. Elle n’a pas vécu de grandes tragédies... quelques malheurs, une ou deux galères, une boutique qui doit fermer et la voilà qui se retrouve dans un monde  parallèle.  Un  monde  dans  lequel  elle  doit  nourrir  son  enfant  en  volant  dans  les  supermarchés,  un  monde qui la force à envisager la prostitution, un monde où elle décide d’enlever un bébé, parce que les solutions « honnêtes » ne suffisent plus pour survivre.

Parce que Feel Good est aussi une fable. Il y a de la fantaisie dans cette histoire, les évènements prennent des proportions folles, les personnages sont pris dans un tourbillon. C’est cette fantaisie appliquée à un sujet grave qui fait l’originalité et la force de cette histoire. Thomas Gunzig est une sorte de pessimiste joyeux qui réussit à rendre léger et souvent drôle le désespoir. C’est aussi ce qui nous intéresse en l’adaptant à la scène : raconter une histoire dramatique où réussissent à cohabiter émotions, réflexions et humour.

Enfin, parce que Feel Good questionne le processus de création d’une œuvre, cette magie qui naît parfois de l’urgence ou comme ici de la nécessité de survie. Si le roman de Gunzig raconte les destins croisés de deux personnages, Tom et Alice, nous avons dans notre adaptation pour le théâtre, choisi de recentrer l’action sur l’histoire d’Alice. C’est en effet son personnage qui porte la problématique sociale qui nous intéresse.

Nous avons conçu ce spectacle comme un conte moderne. Le roman de Gunzig est une fable : il fallait re-trouver à la scène la folie et la liberté de ton que se permet le roman. Pour cela, nous avons pris le parti d’être uniquement deux sur scène et de jouer tous les personnages, d’être parfois Tom ou Alice, parfois des person-nages secondaires ou même des conteurs. Conteurs qui brisent sans cesse le quatrième mur, créant ainsi un lien plus intime avec le public. Car nous aimons aussi l’idée de nous adresser directement aux spectateurs, de créer une proximité, voire une complicité avec eux. Cette liberté de ton, des ruptures de rythme, des instants musicaux participeront à faire de ce spectacle un moment joyeux et plein de surprises.

Leïla Moguez et Nicolas Morvan

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Feel Good

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Adrienne R. (1 avis) 19 mai 2022

Jubilatoire C’est une pièce courte et vive. Engagée mais légère. Drôle et pleine d’émotions. Qui parle de nous, de nos angoisses, de nos espoirs, à travers deux loosers magnifiques interprétés par Nicolas Morvan et Leila Moguez. Une histoire de braquage pacifique et de happy end. Adaptée avec subtilité du roman de Thomas Gunzig, on passe un moment forcément feel good!
0
0

Spectacles consultés récemment