Face Nord (Paris Quartier d'été)

1
2
3
4
5

Centre culturel irlandais , Paris

Du 02 au 06 août 2016
Durée : 1 heure environ

CONTEMPORAIN

,

Familial

,

Cirque

,

Festival Paris l'été

Défenseurs d’un cirque qui serait “un art d’action vers la recherche d’humanité”, les acrobates de la compagnie Un loup pour l’homme mettent les belles paroles en actions, pas moins belles à voir. De portés en pyramides, d’escalades en étreintes, les quatre hommes jetés dans l’arène expriment tour à tour la solidarité, le doute, la confiance… avec quelques viriles prouesses à l’appui.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 06 août 2016

 

Photos & vidéos

Face Nord (Paris Quartier d'été)

Mise en scène

Pierre Déaux

Avec

Alexandre Denis

,

Arno Ferrera

,

Alexandre Fray

,

Mika Lafforgue

Tout public dès 8 ans.

  • Avancer à plusieurs

Quatre hommes, ou plutôt lutteurs, épris de puissance et de liberté, s’avancent sur un tatami carré, arène de leur défi.

Chutes, équilibre, rebonds, sauts, ces acrobates /porteurs / voltigeurs n’auront de cesse d’éprouver les limites de leurs corps, de les pousser dans un combat sans fin grâce à leur force, leur adresse et leur détente, avec une adéquation parfaite entre la beauté du geste et le risque inhérent à cette expérience.

Tenir debout, faire face, ensemble. Précaires échafaudages humains, et soudaines envolées acrobatiques, petits jeux et gros obstacles, ils ne perçoivent qu’à peine le véritable défi de l’épreuve : « avancer à plusieurs ».

Par la Cie Un loup pour l'homme.

  • La presse en parle

« Une chorégraphie audacieuse. Sur de la musique baroque ou en silence, les quatre artistes s'agrippent, se survolent et livrent un corps à corps puissant. » Thierry Voisin, Télérama TT, 6 août 2016

« Quatre acrobates-porteurs-voltigeurs nous emportent dans un univers physique, fait de relations dangereuses et de corps qui s'entrechoquent. » Télérama

« Spectaculaire ! Avec énormément d’humour, dans une gestuelle souvent burlesque qui fait éclater de rire les enfants, ces quatre acrobates s’inventent des montagnes à franchir en testant les limites du possible.  » France Inter

« Ils frôlent en permanence la franche fraternité comme le combat d'hommes, sur de la musique baroque sublime ou en silence. C'est brut et puissant. » Télérama Sortir

  • Se lancer des défis

Au départ, ils étaient deux acrobates : le porteur français Alexandre Fray et le voltigeur québécois Frédéric Arsenault. Puis, ils se sont multipliés grâce à deux nouveaux partenaires : Mika Lafforgue “masse puissante et instinctive” et Alexandre Denis “voltigeur espiègle et un brin dandy”. Quatre gars, quatre athlètes aux corps hyper entraînés, quatre physiques avec leurs forces, leurs agilités et aussi leurs limites. Ensemble et sur scène, ils explorent quelques figures masculines presque imposées : la compétition, la puissance, la violence, la combativité… Mais aussi la fraternité, les plaisirs enfantins du jeu, ou les joies et les douleurs du sport vécu comme “une lutte, avec la physique, la nature, avec soi, l’autre, le frère, le copain”. “Je récuse l’idée de compétition, écrit Alexandre Fray, mais apprécie l’acte de se mesurer à. Se jauger, s’apprécier. Se lancer des défis, se mettre à l’épreuve. Sans forcément qu’il y ait échec ou réussite.”

Autant que l’homme est un loup pour l’homme, l’acrobate est une restriction pour l’acrobate, selon le credo de la compagnie qui “s’attache à défendre une vision de l’humanité faite d’êtres sociaux, différents autant que dépendants les uns des autres. Épris de puissance et de liberté, l’acrobate y apparaît sans cesse aux prises avec ses limites ; l’homme y révèle dans l’épreuve de sa relation à l’autre grandeur et faiblesses, la complexité de sa nature”. Force, fragilité, contact : ces questions, Alexandre Fray les a explorées jusque dans un projet surprenant, intitulé “Grand-mère”, où il confrontait sa pratique de porteur au contact de personnes âgées, ménageant l’intimité d’une rencontre entre une vieille dame et un acrobate.

Mais c’est sur un autre versant, par la face nord, qu’on trouve ici le quatuor. Cernés par un public tout proche, les quatre y affrontent des obstacles invisibles, vont devoir se serrer les coudes, se tenir la main, marcher, courir, sauter, attraper, grimper, grimper encore, avancer toujours… Un spectacle qui a failli s’appeler “Un combat douteux”, pour citer John Steinbeck, qui citait lui-même le poète John Milton : “Qu’importe la bataille perdue ? Tout n’est pas perdu – la volonté indomptable, la revanche, la haine immortelle, et le courage qui jamais ne cède ni se soumet.”Inlassables, obstinés, jetés à terre pour mieux se relever, les acrobates ne cèdent pas un pouce de leur terrain et leur jeu, aux règles étranges et sans cesse renouvelées, devient un plaidoyer, masculin et sensuel, pour la communauté. Rien de nouveau, pourra-t-on dire : ne nous a-t-on pas toujours répété que l’union faisait la force ? Sauf que c’est beaucoup moins palpitant à entendre qu’à regarder.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Face Nord (Paris Quartier d'été)

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment