Des journées entières dans les arbres

1
2
3
4
5
  • 2 commentairess
Gaîté Montparnasse, Paris
Du 21 janvier au 30 mars 2014
Durée : 1h40

Avis du public

Le besoin d'amour, ultime rempart
1
2
3
4
5
Par

30 mars 2014 à 00:05

Le besoin d'amour, ultime rempart On évoque souvent le cliché de l’amour absolu qu’éprouve une mère pour son fils, à propos de cette femme en bout de course et personnage central de la pièce. Mais d’absolu, il y a surtout ici la volatilité de l’objet sur lequel se dépose ce désir d’amour. Le désenchantement, les rebuffades, la lucidité quant à l’indignité du fils, n’y changent rien. Le besoin d’amour demeure, ultime rempart avant le fossé. Par un curieux détour, la pièce revient ainsi sur une vérité si dérangeante notamment incarnée, il y a bien longtemps, dans le Cosi fan tutte de Mozart et son librettiste Da Ponte : le désir existe indépendamment de son objet. Peu importe l’objet, le désir sait se suffire à lui-même. Il y a une grande mélancolie dans cet apprentissage. Et c’est essentiellement cette mélancolie que l’on retrouve mise en scène ici.
des journées entières dans les arbres
1
2
3
4
5
Par

21 mars 2014 à 21:45

des journées entières dans les arbres s'il faut lire le résumé et les notes d'intention pour suivre une pièce, cela devient difficile de penser que le théâtre nous emporte dans sa grâce. Je n'ai rien à dire sur les comédiens, bien choisis, et qui se "donnent"C'est le texte qui a mal vieilli,ce qui devrait constituer le mystère m' ennuie considérablement; Le meilleur est dans la jeune actrice qui réussit à toucher par sa vulnérabilité incarnée avec talent;