Cie Electro Street / Cie Swaggers

1
2
3
4
5

Parc de la Villette - Grande Halle , Paris

Le 19 novembre 2014
Durée : 55 minutes

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

,

Hip-hop

,

Festival

,

Festival Kalypso

Le Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Cie Käfig et ses partenaires présentent la deuxième édition du Festival Kalypso. Dans 8 lieux de 4 départements d’Île-de-France, la programmation éclectique regroupe des premières, des shows et des créations émanant aussi bien de chorégraphes confirmés qu’émergents.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 19 novembre 2014

 

Photos & vidéos

Cie Electro Street / Cie Swaggers

Chorégraphie

Marion Motin

,

Alou Sidibe

Avec

Lydie Alberto

,

Arnaud Bacharach

,

Mamadou Bathily

,

Taylor Château

,

Romain Guillermic

,

Carmel Loanga

,

Julie Moreau

,

Marion Motin

,

Alou Sidibe

,

Adrien Sissoko

,

Rizlaine Terraze

  • Compagnie Electro Street / Alou Sidibé

Z'Up - Pièce pour 6 danseurs - 25 minutes

« Notre première création, Z'Up, est l'aboutissement de notre recherche chorégraphique autour de notre danse électro. Les personnages constituent une sorte de matière qui va évoluer dans un monde, qui va se matérialiser par des formes qui évoluent et des lignes directrices. Nous cherchons à innover en construisant et en définissant les contours de notre propre univers gestuel. Nous créons ensemble des formes géométriques. Entre fluidité des membres supérieurs et illusion de formes, de contorsions, et d’isolations, nous créons un nouveau langage urbain et futuriste. Notre vocabulaire électro apporte une nouvelle écriture chorégraphique au paysage de la danse actuelle.

La famille se construit par des liens de parenté ou d'alliance. Ses membres parlent une seule et même langue sans vraiment se comprendre. Elle peut être composée de membres n’ayant aucun lien de sang mais partageant des valeurs et des idéaux communs. De part sa structure en perpétuel mouvement, la famille d'aujourd'hui est difficile à appréhender. Notre création tente de mettre en scène la complexité ? de cette institution. De la confiance à la trahison, de l’amour fraternel aux incompréhensions multiples, Z'Up se veut une immersion intégrale dans un cercle privé où s’entremêlent querelles et joie. A travers cette métaphore, c'est la culture électro que nous voulons valoriser. Les différentes personnalités et leurs secrets sont mis en évidence afin de mieux comprendre chaque individu et d'évoluer vers une destiné commune, faire face à différentes épreuves et affronter le monde extérieur. Par des mouvements rapides, explosifs nous créons un nouveau langage électrique et assumé grâce auquel nous évoluons ensemble. » Alou Sidibé

  • Compagnie Swaggers / Marion Motin

In the middle - Pièce pour 5 danseuses - 30 minutes

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Albert Einstein

« C’est l’histoire d’un voyage intérieur au cœur de nos organes, nos émotions, nos sensations. C’est une reconnexion avec le corps.

Nous partons à la recherche de l’équilibre interne, de la ligne médiane sur laquelle on se recentre. Le centre est fondamental dans cette pièce. C’est en anglais que le mot semble le plus approprié ; « middle ». Il n’est pas chargé de signification comme en français où l’évocation du milieu social peut, par exemple, transparaître.

Se rapprocher de ce que l’on a oublié, d’une unité intérieure, en relation avec les autres, avec son corps, matière en relation avec les éléments.

Ainsi si cette traversée commence seule, elle se poursuit à plusieurs. Ce voyage mène à la réappropriation du corps. En émane l’extase de le percevoir selon nos envies, notamment grâce aux échanges d’énergie entre les êtres. L’enveloppe corporelle devient alors une note, un instrument, elle s’étend, s’étire ou se transforme. Au-delà de la gravité, l’équilibre intérieur à un effet immédiat sur la perception de notre corps et sur celle de notre équilibre externe.

In the Middle est une ode à l’être humain dans toute sa complexité.

Nous serons cinq danseuses. Sur scène seront exposés nos corps, nos tripes, nos sentiments, nos émotions… Chacune m’inspire par sa spontanéité, ses émotions, sa gestuelle, sa beauté et ses différences qui nous rendent tellement semblables. » Marion Motin

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Cie Electro Street / Cie Swaggers

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment