Brèves de comptoir, tournée générale !

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Atelier , Paris

Du 09 novembre au 12 décembre 2021
Durée : 1h30

HUMOUR & CAFE THEATRE

Le retour des brèves de comptoire de Jean-Marie Gouriot dans une mise en scène de Jean-Michel Ribes.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,60 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Consignes sanitaires

En raison des décisions prises par l’exécutif, un pass sanitaire sera exigé à l’entrée de l’établissement. Nous vous invitons à prendre connaissance des mesures en vigueur avant de procéder à votre achat. L’accès au théâtre pourra vous être refusé en cas d’impossibilité de présenter une preuve sanitaire valide.

Le port du masque est obligatoire durant tout leur temps de présence dans l’enceinte du théâtre, y compris pendant la représentation. L’entrée du lieu pourra être refusée aux spectateurs n’étant pas munis de masques.

Afin de respecter les règles de distanciation physique, le placement est susceptible d'être modifié.

 

Brèves de comptoir, tournée générale !

De

Jean-Marie Gourio

Mise en scène

Jean-Michel Ribes

Avec

Philippe Duquesne

,

Nanou Garcia

,

Gilles Gaston-Dreyfus

,

Philippe Magnan

,

Marie-Christine Orry

,

Philippe Vieux

Le bistrot est un espace de liberté, un caisson de résonances où des individus dont la parole et le discours sont peu ou prou neutralisés dans leur travail, dans la rue, dans leur foyer, se mettent soudain à parler. Ils parlent ici comme on ne parle nulle part ailleurs. Ce lieu produit et distribue de l’alcool, mais aussi du langage, celui qu’on écoute ou pas, de tous ceux qui se sentent exclus ailleurs. Le bar est un endroit de banalité où l’on trouve des pépites. Jean-Marie Gourio, dans ces débits de boisson, se met sur une fréquence d’écoute particulière : il guette le génie populaire, il devient le découvreur d’un langage qui naît là, comme d’autres trouvent de l’or dans la boue. Le trésor ici, c’est une parole qui redit le monde, surgie de personnes qui ne sont ni des intellectuels, ni des journalistes.

Il ne s’agit pas de phrases chocs ou de bons mots, mais de jaillissements spontanés d’une grande humanité. On pense à Queneau, à Tzara ; la brève est une pièce en soi, mais elle renvoie sans cesse à l’autre, qui renvoie à son tour à tous autres. Et l’ensemble, au fil d’un cadavre exquis, forme des dialogues, qui à leur tour composent une photographie de l’humanité.

Les brèves seront un matériau idéal pour l’historien qui voudra savoir, dans quelques années, quelles étaient les préoccupations de la chair du peuple. Toutes sont authentiques. Le matériau comme les sujets bougent. La hiérarchie des préoccupations n’a rien à voir avec celle qu’annoncent les sondages, les politiciens et les commentateurs. Les brèves rassemblées s’imposent comme une radiographie du monde contemporain ; de nous-mêmes. Et cette image dénote de celle que véhiculent tous ceux qui nous rappellent sans cesse qu’ils savent mieux que nous qui nous sommes.

L’essentiel reste la dimension humaine de l’ensemble. C’est un théâtre de grand burlesque dramatique, où la drôlerie trouve ses racines dans le désarroi. Le bistrot rassemble des gens un peu trop seuls, abandonnés, qui parlent enfin. Il ne s’agit pas d’une classe sociale précise, d’un genre humain isolé. Il s’agit bien de nous, de nous tous. Sur le plateau, tout doit être sincère et vrai. C’est la vie. Mais nous sommes au théâtre. C’est donc la vie, en mieux.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Brèves de comptoir, tournée générale !

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment