Au pont de Pope Lick

1
2
3
4
5

Théâtre Dunois , Paris

Du 06 au 10 avril 2016
Durée : 1 heure

JEUNE PUBLIC

,

Coups de coeur

,

Avec les ados

,

Pièce historique

En pleine Amérique des années 30 la misère frappe de plein fouet une jeunesse qui ne sait plus comment exprimer sa rage de vivre. C’est l’histoire adolescente d’un jeu fou, juste pour se prouver qu’on existe, parce qu’on risque la mort… A partir de 13 ans.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 10 avril 2016

 

Photos & vidéos

Au pont de Pope Lick

De

Naomi Wallace

Mise en scène

Anne Courel

Avec

Mathieu Besnier

,

Claire Cathy

,

Thomas Guérineau

,

Stéphane Naigeon

,

Jeanne Vimal

A partir de 13 ans.

Nous sommes en 1936, quelque part aux Etats-Unis, à l’ère du capitalisme triomphant... Filant à toute vapeur, l’industrie poursuit son expansion sans état d’âme, et sans voir le visage de ceux qu’elle abandonne et parfois écrase... Au sens propre, dans cette histoire, deux jeunes gens, issus de familles laissées pour compte par la modernité triomphante traînent leur rage de vivre sur le pont de Pope Lick ; là, ils s’amusent à défier la mort ; ils doivent traverser la voie avant que le train de marchandises n’ait eu le temps de franchir le pont ! Évidemment le jeu tourne mal...

Une ambiance de polar pour une œuvre populaire véritable La pièce de Naomi Wallace, auteur dramatique, scénariste et poétesse américaine, nous plonge au cœur des mécanismes de l’american way of life. C’est l’ère de la machine à vapeur qui fonce en exigeant des êtres humains qu’ils s’adaptent. C’est aussi une histoire d’amour, où chacun a joué son va-tout, où personne n’a triché. C’est enfin un livre essentiellement poétique qui dénonce les vies abîmées sans jamais donner de leçon.

La metteuse en scène Anne Courel met la technologie numérique au service du texte en faisant dialoguer les acteurs avec des images en noir et blanc qui évoquent le documentaire. Les références sociales restent en toile de fond pour nous donner à aimer, au premier plan, les individus. Des ombres chinoises plus oniriques sont fabriquées sur scène. La partition sonore, composée de nombreuses archives mêlées à des bruits de piston et aux sifflements assourdissants de la locomotive intervient comme une matière « véridique » indispensable au récit.

Par la Cie Ariadne.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Au pont de Pope Lick

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment