Jérôme Pradon

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Pirates - Le destin d'Evan Kingsley

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Folies Bergère Paris | du 18 octobre au 29 novembre 2020
JEUNE PUBLIC, Comédie musicale
RESERVER

À partir de 17 €

 

Anciennement à l’affiche

Mamma Mia !

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Palais des Sports - Dôme de Paris Paris | du 20 au 22 septembre 2013 | Durée : 2h40 avec entracte
MUSIQUE & DANSE, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 22 septembre 2013

 

Jérôme Pradon

  • Formation

Il a suivi une formation au Cours Florent puis par John Strasberg et Sarah Eigerman.

  • Le chant

Depuis toujours il aime chanter. Alors tout en se formant au métier d’acteur aux cours Florent, il chante dans les bars un répertoire de chansons françaises (Trénet, Aznavour, Brel) mais aussi des airs américains plus récents, de la soul music.

Il est l'auteur, compositeur et interprète de Tendrement (RCA/BMG), et il a également signé deux titres de l'album de Jean Guidoni Tigre de Porcelaine.

  • Au théâtre

Le Café de Goldoni au festival d'Avignon 1984, m.e.s. Raymond Acquaviva (rôle d'Eugénio)
Guerres Privées 1969 de James McLure,  m.e.s. Sarah Eigerman, au Théatre de Dix Heures
Cyrano de Bergerac
Andromaque
La Seconde Surprise de l'Amour
Assassins
de Stephen Sondheim
Road Movie de l’auteur anglais Godfrey Hamilton, un one-man-show dont il assure lui-même l’adaptation française, où il interprète tous les personnages d’une odyssée intérieure, lumineuse et généreuse.

  • Comédies musicales

Un jour une amie lui parle de l’audition pour Les Misérables, la comédie musicale de Boublil et Schönberg, à Paris. Sans savoir de quoi il s’agit, il y va. C’est une révélation…. Après trois auditions, il décroche le rôle de Marius et la belle aventure commence. Après cela il décroche le rôle principal de Miss Saïgon l’autre comédie musicale de Boublil et Schönberg qui triomphe alors à Londres. Toujours plus loin, Jérome part ensuite à Toronto pour créer le rôle-titre de Napoléon, comédie musicale de Williams et Sabiston. Il rentre en France et rejoint la troupe de Roger Louret avec la quelle il joue Le Java des mémoires à Paris. Quelques temps après il retourne à Londres pour créer le rôle de Guillaume dans Martin Guerre, la nouvelle comédie musicale de Boublil et Schönberg.

Après un an sur Martin Guerre, Jérôme est appelé pour jouer le seul rôle masculin dans la version française de Nine, comédie musicale de Maury Yeston, adapté en français par Eric-Emmanuel Schmitt, aux Folies Bergères à Paris.

Mais déjà Londres le rappelle car la production d’Andrew Lloyd Webber souhaite avoir Jérôme pour la version vidéo de Jesus Christ Superstar. Après avoir été habitué aux grandes productions anglaises, Jérôme se tourne vers des spectacles plus intimistes où il se retrouve seul en scène. Il joue dans Crime of Passion spectacle écrit par Pierre Philippe et Astor Piazolla au Festival d’Edimbourg et à Londres.

Il reprend Les Misérables de Boublil et Schönberg, cette fois dans le rôle de Javert, avant de jouer, pendant tout l’été 2003, deux rôles salués par la critique britannique, dans Pacific overtures de Stephen Sondheim à Londres. Jérôme travaillant sans cesse entre Paris et Londres, où il est une star, est enfin de retour dans notre capitale.

En 2006, il joue dans Le cabaret des hommes perdus de Christian Siméon, m.e.s. Jean-Luc Revol.

  • A la télévision

Il décroche une série de petits rôles pour la télévision, dont Marcheloup de Roger Pigaut et L'Eté 36 d'Yves Robert.

  • Au cinéma

Simon Sez
The Dancer
, produit par Luc Besson (2000)
Vatel de Roland Joffé avec Gérard Depardieu.

Avis du public : Jérôme Pradon

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS