Prochainement à l’affiche

Narcisse et Écho jusqu'à 25% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Nouveau théâtre de Montreuil (CDN) Montreuil | du 13 au 17 décembre 2019 | Durée : 1h35
MUSIQUE & DANSE, Opéra, Sélection Evénement, Sélection Mythe sur scène, Théâtre musical
RESERVER

À partir de 9 €

 

Anciennement à l’affiche

Le clavier bien tempéré

1
2
3
4
5
  • 0 avis
MC93 Bobigny | du 27 janvier au 13 février 2012
MUSIQUE & DANSE, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 13 février 2012

 

David Marton

  • Metteur en scène hongrois

David Marton a atterri à Berlin en 1996. Au départ, ce natif de Budapest voulait seulement achever sa formation de pianiste en Allemagne. Mais la ville, qui dans les années qui suivirent le « tournant » connaissait encore une renaissance culturelle passionnante, l’a fasciné. La direction d’orchestre est venue s’ajouter au piano, la mise en scène à la direction d’orchestre, puis des premiers contacts avec le théâtre comme musicien et arrangeur, et très vite ses propres mises en scène. La vie culturelle de Berlin, radicalement ouverte, permettait un tel parcours : celui qui avait du talent trouvait des possibilités pour expérimenter de nouvelles formes. David Marton a saisi cette opportunité.

À 36 ans aujourd’hui, il est courtisé par les plus grandes scènes européennes. Ces dernières années, il a attiré l’attention avec des mises en scène dans lesquelles le théâtre est pensé à partir de la musique, mais qui n’ont cependant rien à voir avec le théâtre musical traditionnel. Marton ne réduit pas l’opéra au format du théâtre, tout comme il n’utilise pas la musique comme un complément de la langue ou une alternative à celle-ci afin de créer des atmosphères riches d’émotion et de sensibilité. « La musique n’est pas simplement un moyen de traduire une émotion au milieu d’une histoire, mais une façon d’appréhender le monde », affirme-t-il.

« La musique, là où on aurait normalement un déroulement scénique ou des rapports entre des individus organisés selon des règles psychologiques précises, laisse au contraire apparaître des règles qui lui sont propres. Je considère cela comme une étape importante dans ce questionnement incessant sur la façon dont on doit faire du théâtre musical ».

Il tente en particulier d’explorer la musicalité des comédiens et la corporéité des musiciens, de concentrer en une authentique composition l’action, les tableaux et la langue. Pour une telle démarche, les critères habituels permettant d’apprécier la qualité de la technique lyrique ne l’intéressent pas, même s’il travaille avec des musiciens professionnels de très grand niveau. La musique classique est croisée avec des arrangements très libres, du jazz ou de l’improvisation, dans les livrets s’enchâssent d’autres textes, la structure musicale de la langue et de la littérature est mise en valeur. L’objet premier de Marton est la musicalité fondamentale de l’être humain, dont l’individualité et l’intériorité s’expriment à travers les sons. Sur la scène, musique et chant sont des réalités tangibles dans l’exploration des facettes de la condition humaine. Et, espère David Marton, « la musique devient ainsi partie intégrante de l’existence. »

  • Mises en scène

Nackt entblößt, sogar, une soirée de théâtre musical d’après le Freischütz de C. M. von Weber, Villa Elisabeth / Sophiensaele, 2004.
Lukullus-Etüde, d’après Brecht et Dessau, contribution théâtrale et musicale à la série « 40 Jahre DDR » au Maxim Gorki Theater, Berlin, 2005.
Fairy Queen oder Hätte ich Glenn Gould nicht kennen gelernt, d’après Henry Purcell et Thomas Bernhard, Sophiensaele, 2005, invitation à la Schaubühne am Lehniner Platz et au Theaterspektakel de Zurich en 2006, au festival Impulse en 2007.
Der feurige Engel, d’après Valery Brjussow, Sophiensaele, 2006.
Café Vaterland – Eine Matthäuspassion, Maxim Gorki Theater, Berlin, 2007.
Exit Hamlet, court-métrage produit par Bipolar et la société Heiner Müller, 2007.
Wozzeck, d’après Georg Büchner et Alban Berg, Volksbühne am Rosa-Luxemburg-Platz, Berlin, 2007.
Don Giovanni – keine Pause, Sophiensaele, 2008.
Lulu, d’après Frank Wedekind et Alban Berg, Schauspielhaus de Hanovre, 2009, repris en 2010 au Staatsschauspiel de Dresde.
Insomnia, Théâtre royal de Copenhague, 2009.
Harmonia Caelestis, d’après le roman de Peter Esterházy, Burgtheater de Vienne, 2009.
Die Krönung der Poppea (Le Couronnement de Poppée), Thalia Theater de Hambourg, Septembre 2010.
L’or du Rhin, Staatsschauspiel de Dresde, Juin 2011.
Das Wohltemperierte Klavier (Le Clavecin bien tempéré) de Johann Sebastian Bach, Co-création et Coproduction Schaubühne Berlin, MC93 Bobigny, Janvier 2012

Avis du public : David Marton

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS