Chrysogone Diangouaya

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Kyoto Forever 2 jusqu'à 33% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Le Monfort théâtre Paris | du 12 au 23 février 2019 | Durée : 1h40
COMEDIE & BOULEVARD, Absurde, Politique
RESERVER

À partir de 11 €

 

Anciennement à l’affiche

Le cri de la girafe

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Théâtre Douze - Maurice Ravel Paris | du 20 au 29 avril 2016 | Durée : 50 minutes
JEUNE PUBLIC, Conte, Familial, Maternelle, Primaire, Théâtre musical

Spectacle terminé depuis le 29 avril 2016

 

Chrysogone Diangouaya

Chrysogone Diangouaya est né en 1967 au Congo Brazzaville. Précurseur confirmé de la danse contemporaine dans son pays, il y développe différentes actions innovantes.

Il fonde en 1992 le Centre d’Expression Corporelle, d’Art Dramatique, de Contes, de Percussions et Chants Africains, qui lui permet dans le cadre de ses recherches de créer sa propre technique d’expression contemporaine (basée sur les danses traditionnelles africaines et les mouvements naturels du corps) et de donner naissance à la première compagnie de danse contemporaine congolaise : le Ballet-Théâtre Monana. En 1994, il crée l’Association des Jeunes Créateurs de Brazzaville dont le but est d’aider à la maturation des jeunes talents et de les faire connaître au grand public ; en 1996, il est à l’initiative du premier Festival chorégraphique de Brazzaville, « Mabina Danse » qui impulsera l’émergence de nombreuses compagnies.

Parmi les nombreuses créations du Ballet-Théâtre Monana :
1993 : Le Sacre et le Sang, Ballet-théâtre créé au Centre Culturel Français de Brazzaville
1995 : Noix de coco, Ballet-théâtre créé au Festival International de Théâtre des Etablissements
Scolaires à Brazzaville ; Koklomdumn, Ballet contemporain africain, sélectionné aux Rencontres
chorégraphiques de Bagnolet et qui obtient le premier prix d’ « Afrique en création » (sélection
nationale de “L’Homme”, extrait de Koklomdumn)
1996 : Wumuka, Ballet contemporain africain
1997 : Niheli Niheli, Ballet contemporain africain
1999 : Noir et blanc, Ballet contemporain africain

Le Congo étant ravagé par la guerre dès 1998, Chrysogone Diangouaya part à la rencontre du continent européen et perfectionne sa technique auprès de nombreux chorégraphes (Germaine Acogny, Carlos Orta, Avi Kaiser, Louise Burn, Elsa Wolliastion…). Il danse pour Suzanne Linke (Allemagne) dans Le Coq est mort, notamment au Théâtre de la Ville à Paris, pour Norma Claire (France) dans Juste un zeste d’amour, pour Jane Lloyd Francis (Pays de Galles) avec l’Equilibre Horse Theater…

Depuis cinq ans, Chrysogone Diangouaya continue son oeuvre de chorégraphe dans le cadre de sa compagnie parisienne Monana et mène de multiples actions artistiques et socio-culturelles tout en cherchant à promouvoir et diffuser la culture africaine.

Claire Verlet et Anne-Marie Raynaud du Centre National de la Danse l’invitent à animer le master-class « Afrique, de la tradition à la modernité » et soutiennent activement les créations de la compagnie Monana.
En 2004, il relance depuis Paris le Festival « Mabina-Danse ».
En 2006, il interprète un des rôles principaux dans Vies courtes (mise en scène de Richard Demarcy- création Naïf Théâtre)
En 2010/2011, il joue dans Un certain Songe d’une nuit d’été (mise en scène de Richard Demarcy- création Naïf Théâtre)
En 2012, il joue dans Peau cassée de Sony Labou Tansi (mise en scène Sophie Binot - Compagnie GEMMES)
En 2013, il met en scène le recueil de poèmes Prémonition d’après « L’Appel du Ténéré » d’IKOUNGA Lié Médard

Avis du public : Chrysogone Diangouaya

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS