Prochainement à l’affiche

Heureux les heureux jusqu'à 24% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
La Scala Paris Paris | le 20 novembre 2018 | Durée : 1 heure
CONTEMPORAIN, Comédie noire
RESERVER

À partir de 29,50 € , 22,50 € pour les adhérents

Dans la luge d'Arthur Shopenhauer jusqu'à 23% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
La Scala Paris Paris | du 31 octobre au 24 novembre 2018 | Durée : 1h20
CONTEMPORAIN, Sélection Evénement, Tête d'affiche
RESERVER

À partir de 37,50 € , 29,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Le malade imaginaire

1
2
3
4
5
  • 34 avis
Théâtre Dejazet Paris | du 03 novembre au 31 décembre 2017 | Durée : 2 heures environ
CLASSIQUE, Ados, Comédie de moeurs, Coups de coeur, Sélection pour les fêtes

Spectacle terminé depuis le 31 décembre 2017

 

Photos & vidéos

André Marcon

André Marcon a notamment travaillé au théâtre avec Bernard Sobel dans La Ville de Paul Claudel et Tartuffe de Molière, avec Jean-Pierre Vincent dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, avec Roger Planchon dans No Man’s Land de Harold Pinter, Dom Juan de Molière et Andromaque de Racine, également avec Georges Lavaudant dans Baal de Bertolt Brecht – Prix du meilleur comédien de l’année décerné par le Syndicat de la critique, Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès, La Tempête de Shakespeare.

Il a aussi travaillé avec Klaus Michael Grüber dans La Mort de Danton de Georg Büchner, Peter Zadek dans Mesure pour mesure de Shakespeare, Jacques Lassalle dans L’heureux stratagème de Marivaux, Alain Françon dans La Waldstein de Jacques-Pierre Amette, Le Bruit de la Fureur d’après W. Faulkner, Visage de feu de Marius von Mayenburg, Skinner de Michel Deutch, Oncle Vania d’Anton Tchekhov, Bruno Bayen dans Faut-il choisir, faut-il rêver ?, Plaidoyer en faveur des larmes d’Héraclite de Bruno Bayen, Espions et Célibataires d’Alan Bennett, Michelle Marquais dans Transat de Madeleine Laïck, D’honorables canailles de Grégoire Csiky, Valère Novarina dans Je suis, L’Origine rouge, Le Monologue d’Adramelech, Le Discours aux Animaux, L’inquiétude, Jean-Louis Benoît dans La Parisienne de Henry Becque, François-Michel Pesenti dans Phèdre de Racine, Didier Bezace dans Le Colonel Oiseau de Hristo Boytchev, Luc Bondy dans Une Pièce espagnole de Yasmina Reza, Christophe Perton dans L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Frédéric Bélier-Garcia dans Dans la luge d’Arthur Schopenhauer de Yasmina Reza, Marc Paquien dans La Ville de Martin Crimp, La Locandiera de Pirandello et Le Malade imaginaire de Molière avec Michel Dydim, Yasmina Reza dans Le Dieu du carnage et Comment vous racontez la partie.

Il a mis en scène et interprété Le Monologue d’Adramelech et Le Discours aux animaux de Valère Novarina. Il a reçu le prix du syndicat de la critique pour son interprétation de Baal et pour Discours aux animaux.

Il commence sa carrière au cinéma avec La Communion solennelle (René Féret), suivi de Pourquoi pas ! (Coline Serreau), Des Enfants gâtés (Bertrand Tavernier). Il travaille ensuite avec Michel Deville (Le Voyage en douce, 1980) et Alain Tanner (Une Flamme dans mon coeur, 1987, Requiem, 1998), Christine Pascal, (Zanzibar 1989), Edwin Baily (Faut-il aimer Mathilde ? 1993), Marion Vernoux (Personne ne m’aime 1994). Il travaille avec Jacques Rivette dans Jeanne la Pucelle (1994) et dans Haut Bas Fragile (1995) puis 36 vues du Pic Saint Loup (2009).

Il inspire aussi Olivier Assayas (Fin août, début septembre, Les destinées sentimentales, Carlos, après mai, 1998-2012), Bertrand Bonello (Le Pornographe, 2001) et retrouve Luc Bondy (Ne Fais pas si, ne fais pas ça !, 2004). Il enchaîne ensuite Voleur de vie (Yves Angelo, 1998), La Vie promise (Olivier Dahan, 2002), La Tourneuse de pages (Denis Dercourt, 2006), RAPT (Lucas Belvaux, 2009), Gare du Nord (Claire Simon, 2013), Peau d’ange (Vincent Perez, 2001), Les Brigades du tigre (Jérôme Cornuau, 2005), Le Père de mes enfants, L’Avenir (Mia Hansen-Love), De l’autre côté du périph (David Charhon, 2011), Les Garçons et Guillaume à table ! (Guillaume Gallienne, 2012), Marguerite (Xavier Giannoli, 2014), Au revoir là-haut (Albert Dupontel, 2016)…

Avis du public : André Marcon

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS