Susan

1
2
3
4
5

Théâtre-Studio à Alfortville , Alfortville

Du 13 au 30 mars 2019
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Biopic

Alix Riemer adapte l'interview de Susan Sontag à Rolling Stone magazine, et ses journaux, pour un portrait de l'écrivaine américaine, d'une étonnante actualité.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 11 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Susan

De

Susan Sontag

Mise en scène

Alix Riemer

Avec

Alix Riemer

,

Quentin Vigier

Par la Cie Paper Doll

  • Matériaux

L'interview
« .. être malade, mourir peut-être, et c'est une chose hors du commun que de se préparer à mourir. Je ne veux pas dire que c'était une expérience positive, cela serait trop trivial, mais elle comportait bien sûr un aspect positif. » Sontag, Rolling Stone magazine.

A l’âge de 40 ans Susan Sontag est atteinte d’un cancer du sein. Après de longs mois de lutte, elle guérit, déjouant tous les pronostics qui la disaient condamnée. Suite à cette épreuve elle écrit « La Maladie comme métaphore » essai brillant sur l’image du cancer dans la société.

Peu de temps après la publication de cet essai elle donne une longue interview au Rolling Stone magazine. Dans cette interview, Sontag livre avec une grande force son combat contre la maladie. Elle parle aussi de l'égalité homme/femme et du système patriarcal dans lequel nous vivons. Ses propos livrés il y a 40 ans sont d'une étonnante actualité.

Quand je découvre l'interview de Sontag au Rolling Stone magazine je ne connais rien de son oeuvre. Je suis tout de suite saisie par la grande vitalité qui s’exprime dans sa manière de voir le monde. Ses propos semblent être l’écho de longues épreuves et d’un regard acéré sur la société. Je découvre une femme qui a su tiré de la maladie une grande force et un enseignement saisissant sur le monde des malades. Par ailleurs je découvre une femme entièrement affranchie des conventions et des sentiments négatifs que chaque être peut ressentir à différents moments de sa vie. À lire ses réponses, l’envie fut immédiate de reprendre sa parole pour la faire entendre. A partir de là je me plonge dans son oeuvre et je découvre autre chose de faramineux ; ses journaux intimes.

Les journaux
Sontag écrit dans des carnets. Elle écrit sur l’amour, le sexe, la littérature, le mariage, la famille, la musique. Elle marque ses peurs, ses ambitions, ses révélations, dresse des listes des films à voir, des livres à lire et des musiques à écouter. Son journal commence à l’âge de 15 ans et courent jusque ses 45 ans. C’est du moins c'est ce qui a été publié pour l'instant. C'est son fils David Rieff, qui à la mort de sa mère, va s'attaquer à ces montagnes de carnets, choisir les passages et éditer les journaux.

Quand je découvre ses journaux, je sens qu’il y a là une grande matière pour un spectacle. Il est captivant de suivre la vie d’un être dans le temps. Au fur et à mesure de ma lecture j’entre dans le processus de vie d’une femme. Je découvre la grande ambition qui l’habite dès l’adolescence, les tourments amoureux et identitaires qui la traversent, les frustrations et les difficulté qu’engendrent sa vie d’écrivain. Les passages sont parfois empreints d’une grande mélancolie, de sombres tourments et parfois d’envolées joyeuses, de désir brûlant et de soif de savoir. Ce qui est magnifique c’est qu’elle nous donne à voir ça. Ce que j’aimerais, c'est donner à voir la construction, comment elle s'est faite. Quelles ont été ses inspirations, ses exigences, ses décisions.

« La douleur et l’ambition, ces journaux oscillent entre les deux » écrira le fils de Susan Sontag. En effet, ses journaux et son interview témoignent des épreuves difficiles que l’on peut rencontrer dans une vie, mais ce qui apparait également, c'est la douce idée qu'avec son intelligence, sa sensibilité et sa curiosité, l’être humain peut tout affronter. Que l’art, le savoir et la pensée, nous aident à vivre.

« J'en sais un peu plus maintenant sur ma capacité. Je sais ce que je veux faire de ma vie, tout cela est très simple, bien qu'il ait été si difficile pour moi de le savoir dans le passé. Je veux coucher avec beaucoup de gens – je veux vivre et je hais l'idée de mourir. » Sontag, Journaux.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Susan

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment