Puis il devint invisible

1
2
3
4
5

Mains d'Œuvres , Saint-Ouen

Du 17 au 18 novembre 2017
Durée : 1h45

MUSIQUE & DANSE

,

Théâtre musical

Après Et le coq chanta… puis D’autres le giflèrent, la Compagnie poursuit son exploration des Passions de Bach. Chanteurs, musiciens, comédiens tous ensemble sur scène et sans partition. Du spectacle total ! Puis il devint invisible nous invite à réactiver notre écoute de Bach, à questionner l’incarnation et la désincarnation dans un dispositif sensitif aux frontières du réel.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 novembre 2017

 

Photos & vidéos

Puis il devint invisible

De

Jean-Sébastien Bach

Adaptation

Alexandra Lacroix

,

Andrea Sarto

Mise en scène

Alexandra Lacroix

Direction musicale

Christophe Grapperon

Avec

Laurent Deleuil

,

Julie Dumas

,

Natalia Jaime Cortez

,

Magali Leger

,

Jean-Christophe Marq

,

Camille Merckx

,

Cyril Métivier

,

Clara Mühlethaler

,

Sven Riondet

,

François Rougier

Après Et le coq chanta… puis D’autres le giflèrent, la Compagnie poursuit son exploration des Passions de Bach. Chanteurs, musiciens, comédiens tous ensemble sur scène et sans partition. Du spectacle total !

Une foule assoiffée arpente la scène désertique, écrasée par la chaleur des projecteurs. Quarante jours qu’ils marchent et s’épuisent. Ils ont soif. L’eau leur tombe dessus comme une douche froide, celle de n’avoir pas résisté à la tentation. C’est Jésus qui s’est chargé de racheter ces péchés en nous abreuvant de son sang, dit-on. Certains l’ont même vu réapparaître après l’évaporation de son corps, donnant l’espoir de retrouver l’éternité perdue. Mirage ou réalité ? Empreintes ou visions ?

Un chirurgien osculte, radiographie, recout et cherche comment étancher la soif de vivre de chacun, une performeuse arrête le temps et nous rattache à l’éternité, des hommes sortis de leur quotidien se rencontrent dans un dialogue entre instruments anciens et instruments modernes, accompagnés d’une bande électroacoustique qui les transporte ailleurs.

Puis il devint invisible nous invite à réactiver notre écoute de Bach, à questionner l’incarnation et la désincarnation dans un dispositif sensitif aux frontières du réel.

Avis du public : Puis il devint invisible

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment