Le jour où j'ai appris que j'étais juif !

L'Archipel, Théâtre et Cinéma , Paris

Du 04 au 20 octobre 2018
Durée : 1h15

HUMOUR & CAFE THEATRE

,

One (wo)man show

Le jour où... C'est la petite histoire qui raconte la Grande.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 20 octobre 2018

 

Photos & vidéos

Le jour où j'ai appris que j'étais juif !

De

Jean-François Derec

Mise en scène

Georges Lavaudant

Avec

Jean-François Derec

  • Le jour où...

L’action se passe à Grenoble. J’ai 10 ans. Christine, 11 ans, me propose de me montrer ses seins si je baisse mon pantalon. Je suis timide, je décline la proposition. Elle me lance : « Je sais pourquoi tu ne veux pas me le montrer. Parce que tu es juif et que tu as le zizi coupé en deux ! »

Le ciel m’est tombé sur la tête. Ma mère était-elle au courant qu’elle avait mis au monde un enfant juif ? Devais-je lui dire ? Comment arrêter d’être juif et devenir un vrai Grenoblois comme tout le monde ?

  • La presse

« Surprenant et irrésistible. » Fabienne Pascaud, Télérama

« Très touchant et très drôle. » Armelle Héliot, Le Figaro

« Ecriture incisive, mise en scène au corbeau, interprétation hilarante et poignante et excellent viatique antiraciste ! » La Terrasse

« Mis en scène par Georges Lavaudant . Jean Francois Derek se raconte et réalise le tour de force de le faire avec un humour endiablé, qui permet de traverser les époques les plus noires dans un grand éclat de rire, sans oublier une poussière du drame. Du grand art. » L'Humanité

  • Mot de J-F Derec

Il s’agit de l’adaptation au théâtre de mon roman autobiographique éponyme paru chez Denoël. C’est l’histoire d’un petit garçon qui, dans les années 60, découvre qu’il est Juif, alors que ses parents, survivants juifs polonais, ont déployé une énergie surhumaine pour le lui cacher. Et comment il met 40 ans à régler ce petit problème.

C’est l’histoire d’une mère juive qui, toute sa vie, poursuit un rêve : tout oublier, tirer un trait sur son passé, devenir une vraie Française, encore plus française que les Françaises, c’est-à-dire... Grenobloise.

Le devoir de mémoire ? De la rigolade. Pour elle, c’était plutôt le devoir du trou de mémoire qui s’imposait. C’est l’histoire d’un père juif qui racontait des histoires juives et qui voyait toujours le coté positif des catastrophes. A l’inverse de la mère juive qui voit plutôt le coté catastrophique des réussites.

C’est l’histoire d’un futur comique qui apprend l’humour par son père. Et l’angoisse par sa mère. C’est l’histoire de la seule chose que des parents peuvent léguer à leurs enfants, selon un proverbe juif : des racines et des ailes.

C’est aussi l’histoire de ma plus belle rencontre depuis pas mal de temps avec un individu que j’ai connu il y a quasiment 50 ans : Jo Lavaudant. Entre ces deux dates, un léger trou d’environ 45 ans.

Que l’on se soit retrouvé après des parcours si dissemblables, lui le grand homme de théâtre et moi, le comique, qu’il ait accepté de me mettre en scène dans cette histoire qui se passe à Grenoble, la ville qui nous a vu démarrer, voilà un joli pied de nez de la vie, que je n’aurais jamais osé imaginer dans mes rêves les plus fous !

  • Note du metteur en scène

J’ai rencontré Jean-François Derec à Grenoble dans les années « 68 ». Ensemble nous avons fait partie du « Théâtre Partisan ». Jean-François remplissait les fiches de paies, et pour arrondir nos fins de mois nous participions à un trio de clowns avec Ariel Garcia-Valdès.

À l’époque, les sujets qui nous préoccupaient n’avaient strictement rien à voir avec ceux qui nous occupent aujourd’hui. On parlait anarchisme, situationnisme, communisme. On parlait de Rimbaud et de Maïakovski. Nous discutions souvent et tard dans la nuit. On s’engueulait aussi. Un jour Jean-Francois nous a dit qu’il jetait l’éponge, et il est « monté » à Paris comme nous disions à l’époque.

Aujourd’hui, cinquante ans après (cinquante ans ! Je n’arrive pas à y croire - un coup de vent, une porte qui claque), nous nous retrouvons pour une aventure dont je sais qu’elle sera belle et sensible. Aventure autour d’une histoire qui lui tient particulièrement à cœur. Histoire d’une découverte et de ce que cela implique de doute et de recherche. Recherche des origines - mais que faire lorsque tout a été détruit et dispersé...

Sans nostalgie mais avec humour et colère, Jean-François nous raconte son enfance, sa famille, avec un ton particulier qui n’appartient qu’à lui. Délicat et distancié. Je suis très heureux de l’accompagner pour ce voyage et j’espère que vous serez nombreux à nous rejoindre.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le jour où j'ai appris que j'étais juif !

5 Notes

5 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(3)

Très bon


(2)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Julien B. (24 avis) 19 novembre 2018

Un spectacle intime et original Approche décalée de la culture juive et de sa perception, où l'on retrouve toute la sensibilité et l'humour de Jean-François Dérec(zyn...)
1
0
1
2
3
4
5
Par

Laurence R. (1 avis) 09 décembre 2018

Un humour délicat On est nombreux à se reconnaître dans l'épopée du petit Jean-François, entre désir d'intégration et désir de vivre. Un bijou de drôlerie et de sensibilité.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Jean F. (4 avis) 03 décembre 2018

Remarquable De finesse, d’humour. J.F. Derek prend une dimensuin de grand interprète.exceptionnel
0
0
1
2
3
4
5
Par

Hanna B. (1 avis) 29 novembre 2018

À voir absolument Derec, qui aurait pu se douter qu’il était juif... allez voir cette pièce qui dit tout. De l’émouvant à l’humoristique, des mères juives aux camps de concentration en passant par les grenoblois, on passe un bon moment! L’acteur est aussi bon que l’auteur!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Monique L. (1 avis) 21 novembre 2018

Le jour où j'ai appris que j'étais juif plein d'esprit et d'humour mais bientôt obsolète quand les grands mères auront toutes disparues.
0
0

Spectacles consultés récemment