Le Grognement de la voie lactée

du 3 au 23 juin 2023
1h40

Le Grognement de la voie lactée

Un stand-up de plusieurs personnages absurdes, une comédie noire loufoque sur les péchés du monde, Paul Moulin et Maïa Sandoz servent ici le meilleur de Bonn Park. Et en musique !

  • Il est temps de nous ressaisir !

Le monde court à sa perte et à vitesse grand V. Il est temps de nous ressaisir ! Ça commence comme ça, par une injonction, celle d’un tout petit extraterrestre, venu nous mettre en garde, nous Terriens irresponsables, incapables que nous sommes d’être à la hauteur de ce que nous avons produit. Sans crier gare, Kim Jong-Un apparaît. Il veut réunir les deux Corées croyant ainsi remédier à la souffrance dans le monde. Puis voilà Donald Trump qui cherche à se débarrasser coûte que coûte de sa fortune colossale…

Dans cette fable intersidérale et délirante, les scènes s’enchaînent, plus baroques les unes que les autres, sombres et lumineuses, ponctuées de chansons de Nirvana ou de K-pop.

Sous la plume de Bonn Park, jeune auteur germano-coréen, les personnages de cette gigantesque fresque utopique et fantasque sont des héros de la pop culture, tout droit sortis de notre mythologie contemporaine. Chacun ayant trouvé la solution pour sauver la planète et l’humanité. Pour prendre à bras-le-corps cette écriture sans filtre, en prise avec la catastrophe mondiale, Maïa Sandoz et Paul Moulin s’entourent d’une bande de 7 acteurs à l’énergie et à l’humour explosifs.

  • La presse

« Une déclaration d’amour à l’humanité, tout autant qu’un appel au ressaisissement. Un rendez-vous nécessaire et festif auquel nous sommes tous conviés. » Les Trois Coups, Bénédicte Fantin

« Le Grognement de la voie lactée balance entre désespoir et farce pop via un texte qui traverse le chaos du monde à la vitesse de la lumière. » Scèneweb, Eric Demey

« La musique est omniprésente, passée au shaker comme les personnages et les samples de la techno se mêlent à la K pop, à Nirvana, Léo Ferré et aux valses de Strauss. Tout va très vite et les comédiens se démènent comme des damnés avec une envie d’en découdre évidente. » Hottello, Louis Juzot

« Tout est tonique, enlevé. Les comédiens et comédiennes ont chacun leur morceau de bravoure dont ils se tirent à leur honneur. Il y a de la danse, des chansons, de la musique, le décor est habile, les éclairages soignés  et l'on ne sent pas le temps passer. Que dire de plus, sinon que les plus jeunes se régaleront. » Regards, Gérard Noël

  • Note d'intention

Nous avons découvert ce texte et cet auteur grâce à la Maison Antoine Vitez. Nous avons senti immédiatement la nécessité et l’urgence de faire entendre cette fable dystopique hallucinante. Bien qu’écrite en 2016, elle est encore inédite en France.

L’écriture explosive de Bonn Park s’inscrit dans le mouvement de la jeune et talentueuse dramaturgie allemande, dit du « théâtre de l'impossible », une dramaturgie libre, qui défie la mise en scène et oblige à l’invention. Tout y est sombre et lumineux. Bonn Park réussit à saisir quelque chose de notre temps, il assume de nous happer dans l’histoire longue et vaste de notre humanité et il nous crie le futur, depuis le futur. Il réussit à transmettre avec son Grognement non seulement des récits bien ficelés mais encore de grands mouvements mélancoliques et drôles, pleins de promesses, de tentatives de nous sauver, d’espoirs, tendus vers une issue que nous connaissons déjà : il est trop tard, l’extinction est déjà là ! On s’y reconnaît. Parce que nos vies, aujourd’hui, sont en prise avec ces questions anxiogènes : comment allons-nous survivre? Comment agir depuis nos prisons individuelles?

Chaque personnage de la pièce est coincé dans un espace-temps, un corps, une fonction, un pouvoir, un devoir, mais lutte avec l’énergie du désespoir pour nous livrer un message de paix et d’amour. C’est beau, irrésistible et déchirant. Pourtant pas de catéchisme ou d’injonction politique ici, à part un leitmotiv, un running gag: « Ressaisissez-vous ! » On trouve dans cette pièce une tension tragique et une démesure burlesque tout à fait salvatrice, et en effet… ça nous réveille! C’est magique, car ce n’est « que du théâtre ». 

Il nous semble qu’avec Le Grognement de la voie lactée, nous sommes en présence d’une œuvre, « importante et futile » comme le disait du théâtre Patrice Chéreau, une œuvre qui se jette dans la lutte avec larmes et paillettes. La mécanique improbable de chacun des récits produit une articulation tout à fait singulière entre la réalité, la fiction et un humour des plus sérieux, rare et précieux. Les situations sont fantastiques et portent quelques coups mé chants et facétieux à l’ordre qui règne, et nous, ça nous fait du bien!

Nous explorons avec Le Grognement de la voie lactée, un nouveau territoire d’écriture, qui laisse entrevoir un possible futur du théâtre.

Paul Moulin, Maïa Sandoz

  • Mot du traducteur

« L’univers de Bonn Park est d’une noirceur multicolore. Résolument et joyeusement théâtrale, son écriture appelle la scène en même temps qu’elle l’affole. Fils d’Internet et de la mondialisation, l’auteur décortique et recycle les grands thèmes de l’humanité, et en particulier cette incapacité - fruit de notre lâcheté ? - qui est la nôtre d’être à la hauteur de tout ce que nous avons produit dans ce monde, et de prendre soin de notre sort et de notre planète. Orgueil, gourmandise, envie, colère, tous les péchés capitaux y passent, dans un véritable festival de situations aussi loufoques que désespérées. D’un geste d’écriture ample et foisonnant, provocateur et plein de tendresse, Le Grognement de la voie lactée est une gigantesque fresque en prise directe avec la catastrophe mondiale. Mais aussi une sorte d’appel (de rappel) à la forme la plus simple et la plus élémentaire d’amour de notre prochain… la dimension religieuse en moins. » Laurent Muhleisen

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête

Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Cartoucherie
  • Métro : Château de Vincennes à 1 km
  • Bus : Cartoucherie à 174 m, Plaine de la Faluère à 366 m
  • Navette : Sortir en tête de ligne de métro, puis prendre soit la navette Cartoucherie (gratuite) garée sur la chaussée devant la station de taxis (départ toutes les quinze minutes, premier voyage 1h avant le début du spectacle) soit le bus 112, arrêt Cartoucherie.

    En voiture : A partir de l'esplanade du château de Vincennes, longer le Parc Floral de Paris sur la droite par la route de la Pyramide. Au rond-point, tourner à gauche (parcours fléché).
    Parking Cartoucherie, 2ème portail sur la gauche.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris
Spectacle terminé depuis le vendredi 23 juin 2023

Pourraient aussi vous intéresser

- 27%
L'Os à Moelle

Artistic Athévains

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

- 22%
La Cantatrice chauve + La Leçon

Théâtre de la Huchette

- 18%
Les Crabes

La Scala Paris

L'Hôtel des Sept

Comédie Saint-Michel

Spectacle terminé depuis le vendredi 23 juin 2023