Jazz Letters

Sentier des Halles , Paris

Du 25 février au 24 juin 2018
Durée : 1 heure environ

MUSIQUE & DANSE

,

Jazz, blues & gospel

,

Théâtre musical

A travers une série de lettres, Jazz Letters raconte l’histoire d’un amour violent, sensuel, passionné et désespéré. Aux accords du piano jazz, les trois comédiens musiciens y chantent la mélancolie des amours contrariées.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 11 € au lieu de 22,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Jazz Letters

De

Maurice Beillacou

,

Suzanne Beillacou

Adaptation

Florence Beillacou

,

Vivien Guarino

Mise en scène

Florence Beillacou

Avec

Florence Beillacou

,

Cyrille Froger

,

Vivien Guarino

Cela fait près de dix ans que Florence Beillacou lit et relit la correspondance passionnée de ses grands-parents, persuadée qu’il s’agit d’un vrai trésor qui mérite d’être partagé. Avec la collaboration de Vivien Guarino, ils ont décidé de mêler ces textes inédits à la musique jazz des années 50, qui chante elle aussi le blues et la lassitude des nuits passés à s’attendre. Nous suivons ainsi les échanges quotidiens de nos deux amants, les disputes et les soupçons, mais aussi les fantasmagories causées par l’absence, qui nous entraînent de plus en plus loin dans l’irréel.

Le piano et la voix de Cyrille Froger ainsi que les photos de Raphaël Rueb nourrissent l’univers onirique et les images mentales de ce cabaret intimiste. Dans ce dialogue à distance d’un homme et d’une femme, Jazz Letters donne à voir et à entendre d’une façon intime la beauté et les tourments des amours contrariées.

« Je vis dans une féerie de rêves ; je rêve de caresse. De ta caresse. De tes bras. De toi. De toute cette tendresse dont tu m’enveloppais et qui ne me paraît plus qu’un rêve maintenant. J’ai relu tes lettres hier au soir, celles qui ont succédé à mon départ du mois de janvier ; tu me disais que tu dormais là où j’avais dormi, où tu m’avais caressée longuement. Je m’imagine que je ne retrouverai jamais ces sensations. Alors, impuissante, je lis et je compte les jours. Quatre mois exactement nous séparent. Le ciel s’est couvert. J’étouffe, je brûle. Quand viendras-tu me délivrer ? Je t’embrasse avec mon corps »

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Jazz Letters

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Jean-paul B. (1 avis) 15 octobre 2016

Des lettres qui vivent Au moment où sortent les lettres à Anne de François Mitterand, "Jazz Letters" présente cet échange de lettres entre deux amants éloignés qui devient vivant et charnel grâce la la magie de la mise en scène, au style magnifique et concret de ces lettres et aux morceaux de jazz chanté qui les prolongent. Un très beau moment, très original.
0
0

Spectacles consultés récemment