Anciennement à l’affiche

L'absence de guerre

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 08 janvier au 03 février 2019 | Durée : 2h30
CONTEMPORAIN, Pièce d'actualité, Politique, Thriller

Spectacle terminé depuis le 03 février 2019

 

David Hare

Né en 1947, David Hare suit des études à Cambridge. Il fait partie de la seconde génération de dramaturges politiques (après celle de John Osborne et d’Arnold Wesker) qui commence à écrire dans les années 1970 en Angleterre. D’abord situé radicalement à gauche, il fonde avec Howard Brenton la compagnie « Portable Theatre » pour laquelle il travaille de 1968 à 1971, et qui se propose de faire descendre le théâtre dans la rue. C’est là qu’il produit sa première pièce, Slag (1970). Les deux dramaturges signent ensuite un certain nombre de pièces (Lay By -1971 ; Brassneck - 1973 ; Pravda - 1985...) qui donnent forme à ce théâtre très proche de l’agit-prop, dans sa technique comme dans son idéologie.

Fanshen (1975) marque pour David Hare le point indépassable d’une telle esthétique : dans cette pièce construite en tableaux, à la manière brechtienne, des personnages s’adressent directement au public pour lui expliquer les moments clés de la révolution chinoise. Il est dramaturge résident au Royal Court Theatre (1970-71) puis au Notthingham Theatre (1973). Il condamne sans appel le capitalisme notamment dans Knuckle - 1974. Dès la fin des années 1970, David Hare va se dégager de l’étiquette politique radicale et accepte d’écrire pour les grands théâtres nationaux.

Entre 1978 et 1997, une douzaine de ses pièces, à commencer par Plenty, sont jouées au National Theatre, dont il devient le directeur associé en 1984. À partir de Teeth’n’Smiles (1975), l’exploration psychologique des personnages prend davantage d’importance dans ses pièces. David Hare excelle dans l’art de cerner, en se concentrant sur un individu, les turbulences qui affectent tout un groupe social. Ces pièces se construisent autour de personnages féminins idéalistes (Plenty - 1978 ; Skylight - 1995 ; Amy’s View - 1998) qui établissent les normes morales permettant de juger le degré de déviance de la société. Formellement, David Hare revient à un théâtre qui se noue autour d’une histoire proche de la comédie de moeurs, même si celle-ci n’est qu’un prétexte pour explorer l’état de la nation. Son analyse s’attaque à tous les rouages de la société : respectivement l’éducation dans Skylight  ; l’Église, la justice et le Parti travailliste dans sa trilogie (Racing Demon - 1990 ; Murmuring Judges - 1991 et The Absence of War - 1993) ; ou encore l’héritage (The Secret Rapture - 1988). David Hare a écrit deux autres pièces, Stuff Happens (2004) et The Vertical Hour (2006), qui ont pour thème la guerre en Irak et le rôle qu’y joua Tony Blair.

En parallèle de son activité théâtrale, David Hare crée en 1982 une société de films et écrit des scénarios pour la télévision aussi bien que pour la télévision (BBC).

David Hare a été récompensé par un BAFTA Award (1979), le New York Drama Critics Circle Award (1983), un Ours d’Or au Festival de Berlin pour Wetherby (1985), un Laurence Olivier Award et (1990), un London Theatre Critics’ Award (1990). Il a été fait chevalier en 1998.

Avis du public : David Hare

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS